Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1757 fois

Liban -

Agression Sioniste au Liban : Bulletin d'information n° 13

Par

> celwan@wanadoo.fr

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé hier que sa formation allait tirer des roquettes "au-delà" de la ville de Haïfa, "quelles que soient les conséquences de ces bombardements".
Quatre observateurs de l'ONU tués dans un raid israélien.
Manifestations contre l'offensive israélienne en France, à Athènes, en Tunisie et au Pakistan.
Le Sri Lanka appelle ses ressortissants... à rester.

Nasrallah promet de passer à l'"après-Haïfa"

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a annoncé hier que sa formation allait tirer des roquettes "au-delà" de la ville de Haïfa, "quelles que soient les conséquences de ces bombardements".

Dans un message adressé peu avant l'aube, sayyed Nasrallah a démenti la chute de Bint Jbeil et indiqué qu'en capturant les deux soldats israéliens, le Hezbollah avait "déjoué un plan israélien qui consistait à lancer une attaque surprise contre le parti de Dieu pour le détruire en peu de temps."

Selon lui, cette attaque était prévue pour fin septembre-début octobre.

À la veille de la réunion de Rome, il a affirmé rejeter « toute condition ou formule allant à l'encontre de l'intérêt national ».



Quatre observateurs de l'ONU tués dans un raid israélien

Quatre observateurs de l'ONU, un Autrichien, un Canadien, un Finlandais et un Chinois, ont été tués hier soir dans un raid aérien israélien qui a détruit leur position à Khiam.

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, s'est déclaré "choqué" par le bombardement israélien "visant apparemment délibérément" la position des Casques bleus. Il a demandé à Israël d'ouvrir une enquête.

L'armée israélienne a par ailleurs annoncé la mort d'un chef militaire du Hezbollah pour le Liban-Sud, Abou Jaafar, tué lors de combats près de Maroun el-Ras. Mais cette information a été démentie par la formation chiite.



Manifestations contre l'offensive israélienne en France, à Athènes, en Tunisie et au Pakistan

Les manifestations dans le monde contre l'offensive israélienne au Liban se poursuivent. Entre 250 et 350 personnes se sont rassemblées hier soir près de la tour Eiffel à Paris pour demander la fin du conflit armé entre Israël et le Hezbollah, à l'appel d'un groupe de "Libanais et amis du Liban".

De nombreux manifestants brandissaient des pancartes "Stop au massacre", "Honte au silence", ou portaient des drapeaux libanais. La foule a observé une minute de silence puis a chanté l'hymne national.

Selon un communiqué appelant au rassemblement, les manifestants demandaient "l'arrêt de la violence et un cessez-le-feu immédiat, avant toute négociation et avant toute discussion du conflit israélo-libanais".
"Nous refusons le cynisme du monde diplomatique qui laisse du temps à Israël pour "finir le travail", car notre pays se meurt », indique le communiqué.

À Paris, place de la Sorbonne, un sit-in permanent pour le Liban est organisé tous les jours de 16 heures à 20 heures.

À Athènes, des incidents ont éclaté à la fin d'une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes, qui ont défilé pour protester contre "l'offensive israélienne" au Liban et réclamé "la paix dans la région".

À l'issue de la manifestation, une cinquantaine de jeunes portant des foulards et des cagoules ont lancé des cocktails Molotov, et des pierres en direction des policiers et de l'ambassade d'Israël, gardée par d'importantes forces de police. Les forces antiémeutes ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser le groupe après plusieurs échauffourées.

Les manifestants ont défilé en deux cortèges distincts qui, selon la police, réunissaient quelque 3 000 personnes. Le premier cortège rassemblait les centrales syndicales GSEE, Adedy et le Front social grec.

L'autre était formé de militants du Front de lutte syndicale (PAME) proche du Parti communiste grec (KKE).

Les militants du PAME ont renversé une grande statue de l'ancien président américain Truman, érigée par la diaspora gréco-américaine en hommage à l'aide américaine à la Grèce après la Seconde Guerre mondiale.

Des manifestations similaires ont été organisées aussi au Pakistan où plusieurs milliers de personnes habitant les zones tribales proches de la frontière afghane ont défilé dans les rues de Parachinar, principale ville de la région semi-autonome de Kurram, aux cris de "À bas Israël", "À bas l'Amérique" et "Longue vie au Hezbollah".

Les dirigeants d'une organisation musulmane sunnite, Choura wihdat-el-islam (Conseil de l'unité islamique), se sont adressés aux quelque 15 000 personnes qui s'étaient réunies dans la ville.
À Tunis, près de 5 000 personnes ont voulu exprimer leur « solidarité avec le Liban et la Palestine », et dénoncer l'intervention militaire d'Israël ainsi que l'attitude des États-Unis.

"Arrêtez les massacres au Liban et en Palestine", "Non à la guerre, oui à la paix", ont scandé les manifestants, dont certains brandissaient des portraits du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, tandis que d'autres dénonçaient les "régimes arabes complices".



Le Sri Lanka appelle ses ressortissants... à rester

Le ministre sri lankais de l'Emploi chargé des expatriés a demandé, hier, aux 80 000 ressortissants sri lankais présents au Liban, le plus important groupe étranger dans le pays, de ne pas chercher à rentrer chez eux.

"Nous ne les encourageons pas à revenir", a déclaré Athauda Senevirathne lors d'une conférence de presse. Interrogé sur le millier de Sri Lankais qui ont déjà été évacués ou sont en passe de l'être, il a répondu : "En fait, nous voulons qu'ils retournent au Liban".

Colombo avait pourtant lancé lundi un appel afin de l'aider à localiser et évacuer une partie de ses ressortissants. Le gouvernement avait cependant précisé que la plupart des Sri Lankais - essentiellement domestiques, chauffeurs routiers, nourrices - avaient fait le choix de rester et s'étaient déplacés dans des zones plus sûres avec leur employeur.

"Je ne pense pas qu'un grand nombre de personnes veulent rentrer. Ils sont habitués » à des conflits, a ajouté le ministre dans une allusion aux violences séparatistes qui perdurent depuis trente ans au Sri Lanka.
Le ministre a appelé les familles présentes au Sri Lanka à ne pas téléphoner à leurs proches au Liban, afin de ne pas les pousser à rentrer.

Environ 1,2 million de Sri Lankais travaillent à l'étranger. L'an dernier, ils ont transféré au Sri Lanka 1,5 milliard de dollars, ce qui représente la première source de devises de l'île de moins de vingt millions d'habitants.

776 Sri Lankais doivent être évacués du Liban jeudi. Le week-end dernier, un premier groupe de 276 Sri Lankais avait quitté le pays.



Israël utilise des grenades à fragmentation au Liban, selon HRW

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a accusé Israël d'avoir utilisé la semaine dernière des grenades à fragmentation dans un village libanais au cours d'un raid contre le Hezbollah.

L'organisation, basée aux États-Unis, affirme avoir identifié ces grenades dans l'arsenal de l'armée israélienne entreposé du côté israélien de la frontière avec le Liban et dit les avoir photographiées. HRW affirme par ailleurs qu'un raid de Tsahal mercredi dernier contre le village libanais de Blida, au cours duquel des grenades à fragmentation ont été utilisées, a fait au moins un mort et douze blessés.

"Les munitions à fragmentation sont des armes d'une imprécision et d'une non-fiabilité inacceptables lorsqu'elles sont utilisées contre des civils", déclare dans un communiqué le directeur de l'organisation, Kenneth Roth. "Elles ne devraient jamais être utilisées dans des zones habitées" , a-t-il ajouté.

L'armée israélienne déclare pour sa part dans un communiqué que "l'utilisation de munitions à fragmentation est légale en vertu du droit international et les IDF (Forces israéliennes de défense) utilisent ce type de munitions en accord avec les normes internationales".

HRW estime que l'usage de ces munitions dans des zones habitées pourrait constituer une violation du droit humanitaire international qui interdit les attaques sans discernement.

"Nos travaux de recherche en Irak et au Kosovo montrent que l'usage de munitions à fragmentation dans des zones habitées entraîne inévitablement de fortes pertes civiles", affirme Kenneth Roth.





Soutien aux Palestiniens du Liban

Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani (AFCGK) lancent une souscription exceptionnelle pour l'aide aux Palestiniens du Liban.

Dans la situation actuelle, le moindre soutien est le bienvenu. Nous organisons donc une collecte de fonds exceptionnelle. Si vous désirez nous aider rien de plus simple adressez un chèque à :
Association Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani , 1 avenue Saint-Thomas 44100 Nantes.

Vous pouvez vous reporter à notre site actualisé sur http://fcgk44.free.fr

Merci d'avance pour votre soutien
Erwan KERIVEL pour l'AFCGK

contact : celwan@wanadoo.fr



Source : Les Amis de la Fondation Culturelle Ghassan Kanafani

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Incursions

Même auteur

AFCGK

Même date

26 juillet 2006