Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1621 fois

Europe -

Appel pour un arrêt des échanges commerciaux entre l'Union Européenne et Israel

Par

Les échanges commerciaux entre l'Union Européenne et Israel devraient être interrompus pour protester contre les violations des droits de l'homme dans les Territoires Palestiniens, selon une conférence des Nations Unies.

Appel pour un arrêt des échanges commerciaux entre l'Union Européenne et Israel


Photo Hatem Omar/MaanImages : Les réfugiés palestiniens reçoivent l'aide alimentaire donnée par l'Union Européenne et distribuée par l'agence pour les réfugiés palestiniens des Nations Unies, l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Rafah dans le sud de la Bande de Gaza, juillet 2006

Dans le cadre de l'accord d'Association, Israël jouit actuellement d'un libre échange pour ses produits industriels et d'un traitement préférentiel pour ses produits agricoles qui entrent dans l'Union Européenne

Luisa Morgantini, vice-présidente du Parlement Européen, a déclaré que son institution avait réclamé la suspension de cet accord.
Cependant, ces appels ont été pour l'instant rejetés par les gouvernements de l'Union Européenne et par la direction de la Commission Européenne, malgré l'article 2 de l'Accord, entré en vigueur en 2000, qui engage les deux parties à respecter les droits de l'homme

Morgantini intervenait dans une conférence des Nations Unies sur le conflit israélo-palestinien à Bruxelles les 30 & 31 août dernier.

Elle a expliqué que l'Union Européenne avait fait "beaucoup d'erreurs" dans sa gestion de ses relations avec le Moyen-Orient, en particulier au cours de l'année dernière.

C'était une erreur, a-t'elle déclaré, quand l'Union a suspendu son aide directe à l'Autorité Palestinienne en 2006, quand le parti islamiste du Hamas a gagné de façon écrasante les élections parlementaires que l'Union considérait officiellement comme juste et démocratique.

Elle a aussi dénoncé la décision de l'Union Européenne de concentrer son soutien sur la Cisjordanie plutôt que sur Gaza.
"En tant qu'Européens, nous devons faire nos efforts pour ne pas diviser mais pour unir les Palestiniens. Notre politique est parfois exactement l'inverse."

Elle a également exprimé le malaise au sujet de la façon dont l'Union Européenne avait, depuis 2005, géré une mission d'aide frontalière à Rafah, l'unique point de liaison entre Gaza et le monde extérieur

Le passage a été en grande partie fermé par les forces israéliennes depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en juin, sans que le personnel de l'Union Européenne impliqué dans la mission d'aide ne prenne aucune mesure pour lever les restrictions au mouvement des Palestiniens.


Eoin Murray de Trócaire, l'organisation irlandaise qui combat la pauvreté, a déclaré que l'Union Européenne était devenue "un sous-traitant pour l'occupation" de la Palestine et que la mission de l'Union Européenne à Rafah devrait être abandonnée.

Chaque matin, a-t'il déclaré à l'IPS, les membres de la mission de l'Union Européenne se rendent à un point situé à côté du passage connu des Palestiniens sous le nom de Karim Abu Salam, et des Israéliens sous le nom de Kerin Shalom.
"Les Israéliens disent alors qu'ils ne peuvent pas entrer pour des raisons de sécurité", dit-il.
"Et l'Union Européenne l'accepte tout simplement."

"L'ouverture de Rafah est essentielle pour donner le moral aux gens et mettre fin à l'étouffement de Gaza. En ce moment, si vous avez le cancer à Gaza, vous mourrez juste parce que les Israéliens ne vous permettront pas d'aller en Egypte pour être soigné."

Murray a invité l'Union à repenser la volonté qu'elle a montré à réparer l'infrastructure civile, y compris des écoles et des hôpitaux, détruits par Israël.

La Commission européenne a estimé à 44 millions d'euros (60 millions de dollars) la valeur des dégâts faits par Israël aux projets financés par l'Union Européenne dans les Territoires Palestiniens.

"L'Union Européenne a payé l'addition pour Israël", a-t'il déclaré. "L'UE a payé la reconstruction et n'a jamais réclamé de remboursement. Elle a permis à Israël d'ignorer ses responsabilités en vertu du droit international."


Richard Kuper, le porte-parole de lorganisation londonienne Juifs Européens pour une Paix Juste, a allégué qu'Israël a effectué "de graves infractions" à la Quatrième Convention de Genève ; signée en 1949, qui fixait les droits des peuples vivant sous occupation étrangère.

Il a affirmé que les Etats-Unis et l'Union Européenne avaient décidé d'accord un "traitement spécial" à Israël. À la différence d'autres pays dans la région, Israël a été autorisé à développer des armes nucléaires et n'a pas été tenu de rendre des comptes pour avoir ignoré les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU.

Kuper a critiqué le Centre de Surveillance du Racisme et de la Xénophobie de l'Union Européenne à Vienne (maintenant renommé Agence des Droits Fondamentaux) pour son assimilation de toute critique d'Israël à de l'anti-sémitisme.

En 2005, le Centre de Surveillance a publié une liste de six exemples qui pourraient être considérés comme de l'anti-sémitisme. Cinq d'entre eux sont liés à des commentaires au sujet d'Israël.

Il a invité l'agence à repenser cette définition et à indiquer clairement que la critique des violations des droits de l'homme par Israël n'est pas équivalente à une haine générale des juifs.
"Importer le conflit du Moyen-Orient en Europe est la pire chose qui puisse être faite aux Juifs d'Europe et aux Musulmans d'Europe," a-t'il déclaré à l'IPS

"Il va de soi que nous sommes totalement opposés à l'anti-sémitisme, puisque nous sommes opposés à toutes les formes de racisme. Nous sommes profondément concernés par toute preuve de sa renaissance, comme les attaques contre des cimetières, des synagogues ou des individus qui sont attaqués juste parce qu'ils sont juifs."

"Néanmoins, nous ne sommes pas impressionnés par les tentatives de définir "un nouvel anti-sémitisme" dans lequel Israël occupe une position centrale. Il nous semble qu'une tentative concertée est en cours pour rendre suspecte toute critique d'Israël."

Le représentant de l'Autorité Palestinienne en Malaisie, Abdelaziz Aboughosh, a déclaré que "l'impossibilité de résoudre le conflit Israëlo-Palestinien" a causé "une profonde colère et frustration" chez les Musulmans du monde entier.

Il a cité l'utilisation du véto des États-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU comme un facteur dans la persistance du conflit.

"Quand l'ONU tente de protéger les Palestiniens des violations flagrantes et récurrantes des droits de l'homme et des atrocités quotidiennes commises contre eux, il se retrouve désespérément face au pouvoir d'un veto. Et pendant ce temps, il y a des documents des droits de l'homme qui sont utilisés contre certains Etats du tiers monde pour des violations bien moins graves."


Participez à la Campagne de War on Want pour demander la rupture de l'Accord d'Association entre Européenne et Israël

Source : http://www.ipsnews.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

ONU

Même auteur

David Cronin

Même date

4 septembre 2007