Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1700 fois

Gaza -

CESSEZ LE BLOCUS DE LA BANDE DE GAZA

Par

Depuis les élections parlementaires palestiniennes de 2006, Israël et les Etats-Unis ont mené une campagne de sanctions internationales contre le Hamas et le gouvernement élu palestinien. Cette campagne s’est intensifiée en Juin 2007 quand le Hamas a pris le contrôle de Gaza. Depuis lors, Gaza a été presque entièrement coupée du monde extérieur.

CESSEZ LE BLOCUS DE LA BANDE DE GAZA

Aujourd’hui, les conséquences du blocus imposé à la Bande de Gaza sont devenues plus visibles à cause de leurs effets sur tous les aspects de la vie. Il est pratiquement impossible d’entrer ou de sortir de Gaza. L’approvisionnement en eau et nourriture, le traitement des eaux usées et les soins médicaux de base ne peuvent plus être tenus pour acquis.

Le bouclage et l’effondrement de l’économie ont pour conséquence la rareté des denrées, aussi bien que de l’argent pour se les procurer.
Les prix pour la nourriture sont en augmentation et la farine, le lait pour bébé et l’huile de cuisson sont de plus en plus rares.

Le déficit de l’électricité est de 20% à Gaza, ce qui a déjà de sérieuses implications sur le fonctionnement des hôpitaux, des pompes du traitement des eaux, et d’autres institutions publiques. La situation n’a fait qu’empirer depuis qu’Israël a commencé à couper l’approvisionnement en électricité et en fioul en Février 2008.

Les restrictions sur le fioul qui entre à Gaza signifient que la principale source d’énergie de Gaza est en train de cesser de fonctionner.

Sans fioul, les générateurs des hôpitaux ne fonctionnent plus, des douzaines d’enfants qui survivent grâce aux incubateurs sont confrontés à la mort, les médicaments gardés au froid se détériorent, les patients sous dialyse sont en danger, tout comme le sont les innombrables patients qui dépendent d’un traitement nécessitant des appareils électriques.

Sans fioul, les produits agricoles ne peuvent être acheminés sur les marchés, la distribution de nourriture est menacée, ce qui accroît la faim et la malnutrition.

Sans nourriture, sans médicaments, électricité, fioul, eau potable et chauffage, les Gazaouis sont victimes d’une punition collective infligée par Israël. La souffrance, la violation de la dignité humaine, le stress et la peur d’une population civile sans défense sont incommensurables.

L’impact courant du long blocus sur la vie des Gazaouis se définit par :

La pauvreté

• 80% des familles à Gaza dépendent de la nourriture fournie par les aides sociales, comparés aux 63 % en 2006. Ce qui avoisine les 1,1 million de gens ( OCHA,2007)

• En 2007, les foyers dépensaient approximativement 62 % de leurs revenus en nourriture ; le chiffre était de 37 % en 2004. ( WFP, 2007)

• Durant la seule période de Mai et Juin 2007, les prix courants pour la farine, le lait pour bébé et le riz ont augmenté de 34 %, 30 % et 20,5 % respectivement. (WFP,2007)

• Durant la période de Juin à Septembre 2007, le nombre de foyers qui gagnaient moins de $ 1,2 par personne et par jour a fait un bond de 55 % à 70 %. (WFP,2007)


L’effondrement économique

• En septembre 2000, quelques 24 000 Palestiniens sortaient de Gaza quotidiennement pour se rendre au travail en Israël (World Bank, 2006). Aujourd’hui, le chiffre est zéro.

• Le chômage à Gaza est près de 40 % à Gaza et on s’attend à ce qu’il atteigne les 50 %. (OCHA,2007)

• Dans les mois qui ont précédé le blocus, à peu près 250 camions entraient quotidiennement à Gaza par le poste-frontière de Soufa avec de l’approvisionnement ; maintenant 45 camions au maximum y passent quotidiennement. Dans la plupart des cas, ce nombre est à peine atteint.

• 95 % des activités industrielles de Gaza sont suspendues à cause de l’embargo sur les matériaux bruts d’importation et le blocage sur les exportations (World Bank, 2007)


Les services de base

• Entre 40 à 50 millions de litres d’eaux usées sont déversées dans la mer quotidiennement (Oxfam, 2008)

• En conséquence des restrictions en fioul et électricité, les hôpitaux subissent à présent des coupures d’énergie qui durent de 8 à 12 heures chaque jour. Actuellement, le manque de diesel nécessaire aux générateurs des hôpitaux varie entre 60 à 70 % selon les rapports.


La santé

• 18,5 % des patients requérant un traitement d’urgence dans des hôpitaux à l’extérieur de Gaza se sont vus refuser le visa de sortie. (WHO, 2007)

• La proportion des patients autorisés à quitter Gaza pour raisons médicales a chuté de 89,3% en janvier 2007 à 64,3% en décembre 2007, une baisse sans précédent. (WHO,2007)

• Durant la période d’Octobre à Décembre 2007, WHO a confirmé la mort de 20 patients dont 5 enfants ( parmi les personnes en attente d’un visa) (WHO,2007)

La situation actuelle dans la bande de Gaza est rapidement en train de dégénérer en terrible crise humanitaire.
La Société d’Aide Médicale Palestinienne (PMRS), en tant qu’une des plus grandes ONG dispensatrices d’aide médicale en Palestine pour 1,4 million de Palestiniens dans plus de 490 villes et villages en 2007, menace de suspendre ses services dans la bande de Gaza dans les prochains jours, du fait du blocus continu de Gaza, puisqu’elle n’a pas d’autre choix, sans médicaments, sans essence pour les transports de ses employés et pour les opérations, et peut-être même sans électricité.


• La PMRS sonne l’alarme sur le risque grave de catastrophe sanitaire et humanitaire, avec ses conséquences négatives sur ses services et programmes sanitaires, y compris ses services de premiers secours sanitaires, ses services de rééducation, ses cliniques mobiles, ses secours d’urgence, ses soins aux individus et aux communautés qui ne sont pas bénéficiaires de l’aide sociale. Tous ces services sont menacés d’être suspendus par les crises actuelles si nous n’agissons pas maintenant, de manière claire et efficace.

C’est pourquoi la PMRS appelle ses amis, ses supporters, les communautés internationales et tous ceux qui croient en l’inviolabilité des droits universels de l’homme et de la loi internationale dans le monde entier à exiger qu’Israël se plie à la loi humanitaire internationale et aux résolutions de l’ONU en mettant un terme immédiatement à sa politique de punition collective et au blocus de la bande de Gaza.


Comment aider ?

Continuez à mener des actions pour soutenir les efforts de l’aide humanitaire et médicale à Gaza tout en appelant à lever le blocus.

Vous pouvez…

• Faire pression pour faire lever le blocus sur Gaza, à un niveau local et international.

• Aider à envoyer du matériel humanitaire à Gaza.

• Raconter aux gens les conditions de vie à Gaza.

A moins que le blocage ne cesse dès à présent, Gaza ne pourra pas éviter le désastre et tous les espoirs de paix pour la région seront anéantis.

Merci.

Abdalhadi Abu Khousa
Union of Palestinian Medical Relief Committees


Source : Palestinian Medical Relief Society

Traduction : LZ de Palestine 13

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même auteur

PMRS

Même date

22 mai 2008