Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 5162 fois

Egypte/Israël -

Campagne de "pipi" contre l'ambassade israélienne au Caire

Par

08.09.2011 - Décidément, les révolutionnaires égyptiens ne manquent pas d'originalité. Pour faire face au mur érigé aux abords du bâtiment qui abrite l’ambassade d’Israël en Égypte, et assimilé au mur de séparation construit en Cisjordanie occupée, ils ont proposé une toute nouvelle idée : « Du pipi collectif sur le mur de l’ambassade israélienne ».

Campagne de 'pipi' contre l'ambassade israélienne au Caire

Comme d’habitude, la campagne a été lancée par les révolutionnaires égyptiens sur Facebook. En moins de 24 heures, 3000 internautes ont exprimé leur disposition à en faire partie. Il s’agit, selon les organisateurs, d’uriner sur le mur construit par les autorités municipales égyptiennes jusqu’à ce que les odeurs nauséabondes infestent les fonctionnaires de l’ambassade située au 17ème étage du bâtiment.

Bien sur la suggestion n’est pas sans inconvénient. L’odeur va infester aussi les autres résidents de l’immeuble. Dans leur communiqué, les organisateurs leur demandent de la soutenir tout de même. Et puis, les femmes ne pourront y participer, et peut-être devraient-elles s’abstenir de venir le jour de la campagne.

Une autre proposition a été suggérée pour faire face à ce mur : le détruire. Proposée par le mouvement de la révolution arabe, elle suggère à ceux qui voudraient y participer de se rendre vendredi prochain au mur, avec des marteaux à la main !

Par ailleurs, deux autres affaires préoccupent non sans indignation la rue égyptienne.

D’abord celle liée aux avocats koweïtiens venus en Égypte pour défendre le dictateur déchu Hosni Moubarak, sous prétexte qu’il a soutenu le Koweït contre  l’invasion irakienne en 1990. « L’Égypte de Moubarak a ouvert ses bras à tous les Koweïtiens, », ont argué ces avocats, non sans heurter les Egyptiens : « Ce sont les soldats égyptiens qui ont été tués et qui se sont sacrifiés durant cette guerre, pourquoi en attribuer les faveurs à Moubarak tout seul ? » ont répliqué d’aucuns sur Facebook. 

D’autres commentaires estiment que le Koweït ne devrait nullement contrecarrer la volonté du peuple égyptien ! Alors que certains rappellent que c’est parce que le régime koweïtien est tribal qu’il craint un destin similaire à celui de Moubarak.

En tout cas, les avocats koweïtiens n’ont toujours pas obtenu l’autorisation de l’ordre des avocats égyptiens pour mener à terme leur assistance juridique. Et puis une nouvelle délégation d’avocats koweïtiens est arrivée au Caire avec pour mission d’offrir ses services juridiques aux familles des martyrs de la révolution.

Concernant le jugement de Moubarak qui en était à sa troisième session, les journaux égyptiens se sont penchés sur les témoins à charge qui ont soudain changé la teneur de leur témoignage, niant que Moubarak ait donné l’ordre d’ouvrir le feu sur les manifestants.

« Les témoins à charge se sont transformés en témoin de défense » titre le journal AshShorouk, signalant que des familles des martyrs ont été battues sévèrement !

S'agissant de la deuxième affaire qui suscite l’opprobre égyptien, elle vient également d'un pays du Golfe : l’Arabie saoudite. Non seulement en raison de sa sympathie pour Moubarak, qu’elle a tenté de sauver en échangeant son amnistie contre des projets économiques juteux et une assistance généreuse, mais aussi en raison du traitement humiliant infligé aux pèlerins égyptiens de retour de la Mecque pendant le mois de Ramadan. Certains d’entre eux ont décidé de porter plainte contre les autorités saoudiennes de l’aéroport. Des appels via les sites sociaux appellent les autorités à ne pas se laisser faire. 
 
À la lumière de ces trois dossiers, constatent les observateurs des évènements égyptiens, il semblerait fort qu'un fossé sépare la volonté populaire et celle du commandement politique. D'ores et déjà, le rassemblement de vendredi prochain est baptisé : Le vendredi de la récupération de la révolution.

Informations recueillies du journal AlAkhbar

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte/Israël

Même sujet

Actions

Même auteur

Al Manar

Même date

9 septembre 2011