Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2096 fois

Liban -

Cheikh Kassem: l'Egypte veut se venger du Hezbollah

Par

Le vice-secrétaire général du Hezbollah Cheikh Naïm Kassem a assuré que l'affaire des 49 accusés en Égypte est "fabriquée de toutes pièces" et constitue un acte de "vengeance" à l'égard de son mouvement: "Tous les détails sont inventés par les services de renseignements et le régime égyptiens et n'ont aucune valeur car il s'agit d'allégations qui ne se basent sur aucune preuve", a déclaré cheikh Kassem.

Il est devenu clair pour l'opinion arabe qu'il s'agit d'accusations fabriquées de toutes pièces", a-t-il insisté.

Les relations entre l'Egypte et l'Iran, déjà tendues depuis l'offensive israélienne contre la bande de Gaza car les autorités égyptiennes ont maintenu la fermeture du terminal de Rafah, se sont dégradées depuis que Le Caire a annoncé la semaine dernière l'arrestation de dizaines de personnes accusées d'être affiliées au Hezbollah et d'avoir planifié des attaques sur le sol égyptien.

Des accusations que le chef du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah avait niées catégoriquement, affirmant que le Hezbollah ne s'ingère jamais dans les affaires internes des autres pays arabes, et signalant que la mission du résistant libanais arrêté, Sami Chéhab était uniquement logistique et se limitait à faire parvenir du matériel militaire aux Palestiniens de Gaza.

"Le régime égyptien veut se venger et ternir l'image du Hezbollah (...) en raison de sa position durant l'agression contre Gaza et sa revendication de l'ouverture du terminal de Rafah", a estimé cheikh Kassem.



L'auteur égyptien Howaydi soupçonne l'affaire des 49 accusés d'être inventée

L'affaire montée des 49 accusé, sois disant recrutés par le Hezbollah et accusés par le régime égyptien de vouloir déstabiliser le pays consterne plus d'un en Egypte. Elle a été décortiquée par un journaliste et auteur égyptien de renommée, Fahmi Howaydi, qui dans un article publié dans le quotidien qatari arabophone, ash-Shark, ( l'Orient) et dans lequel il met en garde contre le fait de prendre des conclusions à la hâte, rappelant la règle d'or d'une Justice qui se veut juste: "tout accusé est innocent avant qu'il ne soit condamné", et surtout l'affaire "Touffaha" inventée par l'ancien président égyptien Anouar Sadate pour se débarrasser de ses rivaux politiques internes.

Dans son analyse des faits, Howaydi retourne en arrière dans le temps, consultant à nouveau un article publié le 12 février dernier dans le journal égyptien " ad-Dostour" ( la constitution), et qui cite que les forces de sécurité de l'état ont arrêté un citoyen libanais qui s'appelle Sami Shéhab, avec un nombre d'Egyptiens, et les ont accusés de travailler pour le compte du Hezbollah libanais, et de s'infiltrer dans la Bande de Gaza pour procurer une assistance financière au mouvement Hamas.

Consultant un autre quotidien arabophone qui paraît à Londres, ash-Shark el-Awçat, dans son numéro paru le 10 avril dernier, Howaydi observe qu'il fait état de l'arrestation de Shéhab, le 19 novembre dernier, c'est-à-dire 40 jours avant l'offensive israélienne contre le Band de Gaza.

Il rapporte aussi un troisième article, du quotidien égyptien, " al-Masri al-Yaoum" (l'égyptien aujourd'hui) paru le 12 avril dernier, et qui cite que le procureur général de l'état a entamé l'enquête avec un groupe dirigé par un Libanais, arrêté depuis trois mois, évoquant les mêmes accusations du quotidien ad-Dostour, avec un plus: celle du prosélytisme chiite.

Howaydi s'étonne que le lendemain, le 9 avril, le procureur général soit paru pour parler d'un " plan terroriste" destiné à déstabiliser l'Egypte, et rapportant un communiqué des services de renseignements égyptiens qui accuse le commandement du Hezbollah d'envoyer ses cadres en Egypte, en vue d'effectuer des attentats hostiles à l'intérieur du pays.

Il révèle les accusations proférées par ces derniers: contrôler les navires qui traversent le Canal de Suez, les installations touristiques au Sinaï, et surveiller les localités et villages situés à la frontière égypto-palestinienne.

Howaydi rapporte les assertions du journal pro-gouvernemental al-Ahram qui citant une source responsable, prétend que le mot de passe pour que la cellule entreprenne ses actes terroristes contre des positions égyptiennes vitales a été le discours de Sayed Hassan Nasrallah le jour de la commémoration d'Achoura ( 28 décembre)

Dans ces assertions Hawaydi entrevoit des contradictions flagrantes: alors que les premières accusations font état d'actions pour aider les Palestiniens, la dernière version parle de tentative de semer les troubles en Egypte. Ce qui selon lui pose une question cruciale: si le commandant de ce groupe a été arrêté le mois de novembre, comment prétendre que les membres de ce groupe voulaient perpétrer leurs troubles après avoir reçu le mot de passe de Sayed Nasrallah dans son discours du 28 décembre dernier?

Selon le journaliste égyptien, cette fausse affaire rappelle celle perpétrée en 1981 " Touffaha" lorsque le président Anouar Sadate qui voulait se débarrasser de ses rivaux politiques, à leur tête Mohammad Abdel Salam Zayyat, qui était alors le directeur de l'ancien Conseil de sécurité égyptien, l'a alors accusé ainsi que d'autres hommes politiques et académiciens de contacter l'Union soviétique.

L'accusation avait alors été relayée par le journal de parti national, (Mai) les qualifiant de traîtres. Mais après avoir enquêté sur l'affaire, le procureur général a conclu qu'il n'y avait pas d'affaire, affirmant qu'elle est montée de toute pièces.

Source : http://almanar.com.lb/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Collabos

Même auteur

Al Manar

Même date

15 avril 2009