Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 943 fois

France -

Déclaration du sommet de Paris retardée par un désaccord quant à la définition d’"Israël"

Par

Les dirigeants palestiniens et israéliens n'ont pas pu se mettre d'accord sur une définition de l'état d'Israël, a déclaré lundi le ministre des Affaires Etrangères français, Bernard Kouchner. Le litige a retardé la publication d'une déclaration prévue à la fin du Sommet de l'Union Pour la Méditerranée de Paris.

Les deux jours de sommet avaient été organisés par le président français Nicolas Sarkozy afin de tenter de rassembler les pays riverains de la Méditerranée dans une nouvelle union qui examinerait les problèmes écologiques, commerciaux et de transport.

Les discussions entre Sarkozy et les dirigeants palestiniens et israéliens ont eu lieu en marge du Sommet, et étaient destinées à faire progresser le projet pour une fin des hostilités et la création d'un État palestinien libre de toute occupation militaire israélienne.

Mais, alors que le Premier ministre israélien Ehud Olmert et le président palestinien Mahmoud Abbas (représentant du gouvernement Fatah) discutaient avec le Président français Nicolas Sarkozy de la formulation d'une déclaration publique, les deux dirigeants n'ont pas pu se mettre d'accord sur les termes de la déclaration.

Les dirigeants palestiniens ont contesté la double définition d'Israël : "Etat du peuple juif» et «national et démocratique". Ces deux définitions, toutes les deux dans la même déclaration, se contredisent et abrogent les droits internationalement reconnus des Palestiniens.

La reconnaissance d'Israël en tant qu’«Etat juif» est depuis longtemps un point litigieux pour les Palestiniens, en particulier pour le gouvernement du Hamas élu démocratiquement (un rival du parti d’Abbas, le Fatah).

Le Hamas a refusé de reconnaître le caractère juif de l'État d'Israël, puisqu’en faisant cela, ils renient le droit au retour de près de cinq millions de réfugiés palestiniens qui ont été chassés de leurs foyers lorsque l'État d'Israël a été créé sur leurs terres en 1947.
Le Hamas estime que le droit au retour des réfugiés reconnu internationalement devrait être appliqué aux réfugiés palestiniens.

Le texte final de la déclaration du Sommet de Paris a été intentionnellement vague, afin d'éviter les contentieux, a déclaré représentant du président français Sarkozy.

Source : http://www.imemc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Réfugiés

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

15 juillet 2008