Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1639 fois

Israël -

Déclaration sur l'ajournement de la Conférence de l'AAUP sur la Liberté et le Boycott universitaires

Par

> info@pacbi.org

Nous les soussignés, universitaires et chercheurs invités à participer à la conférence sur la liberté universitaire et les boycotts universitaires organisée par l'Association Américaine des Professeurs d'Université (AAUP), souhaitons condamner la stratégie utilisée par des critiques de la conférence pour émettre des doutes sur l'intégrité des organisateurs et de certains des participants, et pour finalement les pousser à abandonner.

Selon les termes de Joan Scott, ancienne présidente du Comité de l'AAUP sur la Liberté Universitaire et l'un des principaux organisateurs de cette conférence, l'ajournement est effectué en raison "d'une campagne soigneusement orchestrée pour faire avorter la conférence" par des groupes qui pensent que "toute représentation d'un point de vue autre que le leur est anathème; en effet ils réclament que la liberté universitaire soit la liberté d'écouter seulement ceux qui sont d'accord avec eux [ ]."(1)


Il y a suffisamment de preuves pour suggérer que cette campagne, organisée par des organisations et des universitaires Americains, Anglais et Israéliens, aient remis en cause l'idée même de la conférence et aient trouvé la participation de certains des invités répréhensible. (2)


Nous pensons que la réunion de l'AAUP, qui devait se tenir en Italie ce mois-ci, a été soigneusement conçue et organisée pour fournir une plateforme ouverte pour un véritable débat respectueux et érudit entre des points de vue contradictoires sur la question du boycott universitaire et sa position sur le principe de la liberté universitaire. Une majorité absolue des invités et des organisateurs était contre le boycott, pour différentes raisons.


Tandis que certains d'entre nous perçoivent le boycott universitaire comme moralement sain, une forme de résistance non-violente à l'injustice et que d'autres le voient -- en principe -- comme une infraction à la liberté universitaire, nous convergeons collectivement sur le rêle et la valeur indispensables que cette discussion aurait eu pour favoriser une compréhension plus profonde -- de tous les cêtés -- des questions actuelles.

Ceux qui manquent du pouvoir de logique pour poursuivre ce débat ont recours à la logique du pouvoir; et seuls ceux qui ne peuvent pas discuter rationnellement de leurs opinions adoptent la stratégie de la brutalité et de l'intimidation.


En outre, nous sommes étonnés et profondément déçus par le retrait des financiers de ce projet.
En cédant à la pression de lobbies politiques fortement partisans, ils ont encouragé la suppression de la liberté universitaire par l'hésitation dans leur soutien à la convocation d'une réunion universitaire qui avait indiscutablement pour but de favoriser le dialogue et la discussion.

Nous restons engagés dans l'application universelle de la liberté universitaire et des obligations qui vont avec, en particulier "le devoir de respecter la liberté universitaire des autres, de garantir la juste discussion des opinions contraires, et de traiter tout le monde sans discrimination [ ]."(3)






(1) Joan Scott a exprimé son opinion en commentaire d'un article dans Inside Higher Education : http://www.insidehighered.com/news/2006/02/09/aaup

(2) Tamara Traubmann, " Des Juifs Américains bloquent une conférence qui devait inclure des professeurs anti-Israëliens;"
et commentaire d'Edward Beck. Ha'aretz, 10 février 2006.
Il est également clair que l'intégration négligente par l'AAUP d'un article blessant dans les documents de fond pour la conférence n'ait pas été un facteur crucial dans l'ajournement de la conférence.
Malgré le fait que l'AAUP ait immédiatement fait des excuses aux participants et a demandé qu'ils enlèvent l'article de la liste, la gaffe a été manipulée par le lobby, déclenchant la décision d'ajourner la conférence.


(3) UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights, The Right to Education(Art.13), December 8, 1999.





Signataires :


Hilary Rose
Emerita Professor of Social Policy,
University of Bradford, UK



Salim Vally
Senior Researcher, Education Policy Unit, School of Education
University of the Witwatersrand, South Africa



Rema Hammami
Assistant Professor of Anthropology
Birzeit University, Palestine



Sondra Hale
Professor of Anthropology and Women's Studies
University of California, Los Angeles, USA



Ur Shlonsky
Professor of Linguistics
University of Geneva, Switzerland



Lisa Taraki
Associate Professor of Sociology
Birzeit University, Palestine



Shireen Hassim
Associate Professor, Political Studies
University of the Witwatersrand, South Africa



Omar Barghouti
Independent Researcher
Palestine



Anat Biletzki
Associate Professor of Philosophy
Tel Aviv University, Israël



Jonathan Hyslop
Professor and Deputy Director, Wits Institute for Social and Economic Research
University of the Witwatersrand, Johannesburg

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Boycott

Même auteur

PACBI

Même date

12 février 2006