Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1914 fois

Gaza -

Des Gazaouis réfléchissent sur l'héritage du Hamas

Par

Le 14 décembre 1987, Sheikh Ahmed Yassin et Mohammad Taha, deux éminents membres des Frères Musulmans à Gaza, formaient le Harakat al-Muqawama al-Islamiya, Hamas, comme alternative à l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP).

Des Gazaouis réfléchissent sur l'héritage du Hamas


Depuis sa création, le Hamas s'est frayé un chemin à l'intérieur de la structure socio-économique palestinienne en ouvrant des programmes d'aide sociale, en dirigeant des hôpitaux et des écoles et en subvenant aux besoins des familles des combattants tués.

Depuis les premier et deuxième Intifada (les soulèvements de 1987 et 2000), le Hamas a gagné du pouvoir politique qui a culminé lors de sa victoire surprise des élections parlementaires de 2006.

Cependant, Israël, l'Union Européenne et les Etats-Unis ont refusé de reconnaître sa victoire électorale et ont massivement préféré traiter avec le mouvement Fatah de l'OLP.

En juin 2007, les hostilités entre le Fatah et le Hamas ont éclaté, conduisant à l'éviction des députés de ce dernier de Cisjordanie .
La tension continue entre le Fatah et le Hamas.

Le Hamas est sur la liste des organisations terroristes aux USA, au Canada, en Grande-Bretagne et il est interdit en Jordanie.

Israël accuse le Hamas de lancer, depuis la Bande de Gaza, des attaques à la roquette artisanale, et a imposé un siège qui étrangle le territoire depuis plus d'un an.

Les organisations pour les Droits de l'Homme ont critique le siège, disant qu'il a privé les Palestiniens ordinaires du fuel, des aliments et médicaments de bases et pourrait plonger le territoire dans une crise humanitaire.

Al Jazeera a discuté avec des Palestiniens de Gaza sur les 21 ans de pouvoir du Hamas, et voici ce qu'il en ressort.

- Majed Abdullah, 55 ans, ancien professeur d'université aux Etats-Unis

"Je pense que le Hamas a ramené la question palestinienne à ces racines islamiques en dépit des efforts israéliens du contraire. Le Hamas a restauré la culture de résistance, qui avait été enterrée par les soi-disant accords de paix successifs.

Maintenant, nous savons quels gouvernements arabes soutiennent vraiment la cause palestinienne et ceux qui ne le font pas.

Le Hamas a offert des contributions significatives au travail de la résistance palestinienne, en dépit de ce qu'en dit la communauté internationale. Qu'a fait la communauté internationale pour le peuple palestinien, à part étiqueter le Hamas comme organisation terroriste ?

En ce qui concerne le désaccord politique Hamas-Fatah… eh bien, ce qui se passe n'est pas entre le Hamas et le Fatah, mais entre le Hamas et ceux qui dirigent le Fatah au nom d'un processus de paix illusoire – les gens que j'appelle 'l'équipe d'Oslo'.

Je ne vois pas d'avenir pour un dialogue interne entre le Hamas et le Fatah, mais je suis plein d'espoir au sujet de la création d'un Etat palestinien, puisque nos dirigeants démocratiques actuelles semblent être inébranlables sur les principes d'un Etat palestinien."

- Mofeed Ahmed, 35 ans, journaliste

"21 ans, ce n'est pas long dans les annales de l'histoire. Néanmoins, les réalisations du Hamas pendant ces années sont considérables lorsque vous les comparez à d'autres mouvements révolutionnaires de par le monde.

Il a commencé comme un petit groupe de résistance, puis il est devenu un parti d'opposition actif et, dans quelques années, il pourrait devenir le parti principal lorsqu'il obtiendra une victoire écrasante aux élections législatives.

Nul ne peut nier que la présence d'un groupe comme le Hamas a aidé les Palestiniens à revenir à leur résistance nationale, mais sa direction politique n'a peut-être pas servi nos rêves de résistance comme nous l'avions espéré.

Cependant, nous pouvons dire qu'il a essayé de fusionner politique et résistance et ce serait une très bonne chose s'il réussissait à le faire.

Nous avons vraiment besoin d'un médiateur pour aider à la résolution des problèmes entre le Hamas et le Fatah, un médiateur objectif. L'Egypte ne convient pas pour ce rôle parce qu'elle est soumises aux pressions israéliennes et américaines. En définitive, les Egyptiens soutiendront ceux des côtés qui ont signé beaucoup d'accords de paix et de sécurité avec les Israéliens.

Des changements régionaux fondamentaux qui acceptent l'idée d'une nation palestinienne à côté de la nation israélienne sont nécessaires. Et ce n'est pas difficile à faire."

- Wael al-Mana'mi, 37 ans, professeur d'université

"Le Hamas est un mouvement de résistance islamique qui est né de beaucoup de différents mouvements laïques et de gauche de l'arène palestinienne. Je pense que sa popularité a grandi si rapidement à cause de la culture islamique des Palestiniens.

Je crois aussi qu'il est arrivé à un moment où la résistance nationale a cessé d'être un impératif pour les mouvements laïques et de gauche.

Par exemple, toutes les branches militaires de ces mouvements mentionnés plus haut ont estimé qu'elles n'avaient pas d'idéologie rationnelle à suivre et en conséquence, elles ont adopté la résistance islamique, que le Hamas était le premier à pratiquer.

Pour ce qui est des roquettes artisanales tirées sur Israël, ces roquettes Qassam sont simples, mais elles sont considérées comme une réalisation remarquable pour la résistance palestinienne.

Ces simples armes, que possèdent tous les autres combattants palestiniens, ont forcé les Israéliens à demander à de nombreux médiateurs différents de faire le maximum pour convaincre le Hamas d'en interdire l'usage.

Cependant, nous sommes aujourd'hui une nation divisée.
La dispute politique entre le Hamas et le Fatah a produit une division palestinienne sans précédent, et les deux bords en portent la responsabilité.

J'accuserai aussi l'occupation et la communauté internationale, qui soutient un côté aux dépens de l'autre.

Le Fatah et le Hamas se combattent, mais c'est nous, les Palestiniens moyens, qui souffrons. Ils combattent pour ce qu'il est pense être tout – le pouvoir – et pendant ce temps, nous n'avons rien.

Mais s'ils donnaient la priorité aux points d'accords qui existent entre eux, ils pourraient s'accorder et s'unir.

Et pour l'Etat palestinien, c'est un rêve qui sera atteint après longtemps car il nécessite d'énormes efforts, non seulement de la part des Palestiniens, mais aussi des nombreux autres acteurs régionaux."

- Ghasan al-Shami, 28 ans, agent de relations publiques

"Ce que le Hamas a montré, de son premier jour à aujourd'hui, prouve qu'il est inébranlable sur ses principes. Il a commencé comme petit mouvement venant des mosquées, de petits groupes qui combattaient avec des pierres, ensuite il a formé des groupes plus larges qui ont combattu avec des fusils (les opérations martyrs) et puis avec des roquettes, et il est devenu le principal parti d'opposition, puis le parti principal au parlement.

Le Hamas a survécu à plusieurs crises, à commencer par l'emprisonnement de tous ses dirigeants, dans les débuts de sa création, par l'occupation israélienne, le coup sévère de l'Autorité Palestinienne en 1996 et enfin l'assassinat de la plupart de ses fondateurs.

Et tout ça en 21 ans. C'est pourquoi, à part son attitude religieuse, il est considéré comme une grande réussite et il devrait servir de modèle aux autres.

Malheureusement, le Fatah ne s'est pas montré à la hauteur de ses promesses de rendre le pouvoir après les élections parlementaires. Le Fatah tient encore tous les appareils sécuritaires et tous les ministères.

Cela a conduit à deux gouvernements – le Hamas à Gaza et le Fatah en Cisjordanie .

Je pense que la dispute politique entre le Hamas et le Fatah se terminera lorsque ils considèreront que le bénéfice national et plus important que leur bénéfice personnel.

Je suis désolé mais il ne peut pas y avoir d'Etat palestinien sans la réforme de l'OLP."

- Jameel Megbel, 45 ans, directeur d'école

"Je pense que le Hamas a réalisé quelque chose d'incroyable si on compare son jeune âge à ses énormes réalisations. Mais je pense qu'il aurait dû faire une place aux groupes qui ont dirigé les Palestiniens d'un point de vue historique et qui, en conséquence, ont plus d'expériences pour gérer le conflit avec les Israéliens.

Le Hamas a remporté les élections en 2006, mais le monde a imposé un siège contre lui, pour essayer de l'obliger à se mettre à l'écart et laisser les autres faire la politique.

Ce fut l'erreur de la communauté internationale, qui a donné naissance au conflit interne Fatah-Hamas que nous voyons aujourd'hui.

Je pense que les deux bords devraient se rencontrer, avec des intentions sincères de se réconcilier et laisser le bien commun de leur peuple prendre le pas sur leurs bénéfices personnels.

J'espère qu'ils mettront fin aux hostilités et s'accorder sur un programme de libération parce que l'alternative est un état de guerre perpétuel dont nous ne verrons la fin.

C'est alors, et seulement alors, que nous pourrons commencer à voir le rêve d'un Etat palestinien porter ses fruits."

Source : Aljazeera

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Même auteur

Motasem Dalloul

Même date

18 décembre 2008