Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2376 fois

USA -

Discours Obama : le Moyen-Orient attend des actes plutôt que des paroles

Par

La plupart des représentants des partis politiques dans la région, ont appelé le président américain à joindre les mots aux actes.

Au Liban, le député libanais du bloc de la résistance, Hassan Fadlallah, a déclaré que le discours du Caire ne contenait "aucun changement réel" dans la politique américaine, évoquant des mots "vides de sens".

Fadlallah a précisé que "le monde islamique et arabe n'ont pas besoin de prêches, mais d'actes réels et d'un changement radical dans la position américaine envers la cause palestinienne". "Le problème des musulmans avec la politique américaine est dû à son soutien aux agressions israéliennes contre le peuple palestinien et libanais, à la poursuite de l'occupation de l'Irak et de l'Afghanistan, et à son ingérence dans les affaires du Liban", a-t-il ajouté.

En Palestine, le Hamas, a relevé "un changement tangible", mais aussi "des contradictions".

Le porte-parole du mouvement, Fawzi Barhoum a dit que "le Hamas était soutenu par le peuple palestinien mais le président américain n'a pas appelé au respect de la légitimité du Hamas qui a été démocratiquement élu".

Il lui a aussi reproché d'avoir passé sous silence "l'holocauste que l'occupation israélienne a causée" à Gaza, où plus de 1.400 Palestiniens sont tombés en martyre dans la guerre israélienne de décembre/janvier contre Gaza.

Auparavant, Nabil Abou Roudeina, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, avait qualifié le discours de "pas politique novateur" par rapport a "la précédente politique américaine partiale" en faveur d'"Israël".

La Syrie a dit attendre de Washington "plus de sérieux" dans le processus de paix et "des pressions concrètes sur Israël", selon Elias Mrad, rédacteur en chef du quotidien officiel al-Baas.

En Egypte, l'analyste égyptien Mohamed El-Sayyed Saïd a trouvé Barack Obama "très, très faible" concernant la "dimension pratique, notamment sur la question du conflit israélo-palestinien".

Opposant au président égyptien Hosni Moubarak, le blogueur Wael Abbas a estimé que M. Obama avait eu tort de "faire appel au sentiment musulman". Il "devrait s'adresser à la raison pas aux émotions", a-t-il réagi.

En Irak, le leader Sayed Moqtada Sadr, a affirmé ne pas croire en la sincérité de l'hôte de la Maison Blanche.



Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Même auteur

Al Manar

Même date

5 juin 2009