Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1520 fois

Naplouse -

Ecole occupée par l'armée israélienne : l'agence d'aide aux Palestiniens proteste

Par

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestinien appelle le Gouvernement israélien à respecter le droit international et ses engagements envers elle et proteste contre l'utilisation par l'armée israélienne de ses écoles en Cisjordanie et à Gaza comme centres de détention et d'interrogation.

« Au matin du 24 août, les forces militaires israéliennes sont entrées en force dans l'école de filles de l'UNWRA du camp de réfugiés d'Askar en Cisjordanie et s'en sont servis comme d'un centre de détention et d'interrogation pour des centaines de résidents du camp âgés de 16 à 40 ans », informe l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens dans un communiqué paru hier.


« L'agence proteste fermement contre cette violation flagrante des privilèges et immunités de l'ONU », déclare l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNWRA selon son acronyme anglais).


« L'occupation de l'école de filles d'Askar ne constitue pas la première violation des locaux humanitaires de l'UNWRA en Cisjordanie et dans la bande de Gaza », indique l'agence de l'ONU qui souligne que « pas moins de 10 écoles ont été occupées au cours de l'opération Bouclier défensif » et que des soldats israéliens ont occupé l'école de filles dans le camp de Tulkarem, le 9 mars 2002 et le 3 avril 2003, s'en servant comme d'un centre de détention pour les hommes du camp.


Des événements semblables se sont produits dans l'école de garçons du camp d'Amari en Cisjordanie , souligne l'UNWRA, qui indique que ses protestations auprès des autorités israéliennes n'ont produit aucun effet, « comme le montrent les dernières violations ».


Dans tous ces cas, « il n'est pas question de nécessité militaire dans la mesure où les forces israéliennes pourraient utiliser d'autres locaux ou construire les leurs », rappelle l'agence pour les réfugiés palestiniens qui ajoute que « les locaux de l'UNWRA ne sont saisis et utilisés comme centre de détention et d'interrogation que par simple solution de facilité au niveau administratif pour les forces militaires israéliennes ».


Le communiqué note par ailleurs que « l'UNWRA rappelle constamment au Gouvernement israélien que l'armée israélienne doit respecter son droit à mener ses opérations humanitaires sans interférence et sans restrictions, un droit qui lui a été conféré par la Convention de 1946 sur les privilèges et immunités de l'ONU ainsi que par l'Accord conclu en 1967 entre l'UNWRA et le Gouvernement israélien ».


« Il est inacceptable que l'armée israélienne continue d'utiliser les locaux de l'UNWRA pour rassembler et interroger des Palestiniens malgré nos appels répétés à mettre fin à cette pratique. Toutes les explications données par l'armée israélienne ne tiennent pas compte du fait qu'elles violent les normes internationales », souligne à cet égard Anders Fange, le Directeur des opérations de l'agence en Cisjordanie .

Source : www.un.org/apps/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

ONU

Même auteur

UNWRA

Même date

26 août 2004