Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4097 fois

Israël -

Entrée en Israël : l'inspection du courrier électronique autorisée

Par

Le service de sécurité intérieure d'Israël pourra désormais demander aux voyageurs étrangers "suspects" d'ouvrir leurs comptes de messagerie personnels pour inspection à l'entrée dans le pays.

Entrée en Israël : l'inspection du courrier électronique autorisée

Aéroport Ben Gourion : un inspecteur de la sécurité fouille le sac d'un voyageur
Le procureur général d'Israël, Yehuda Weinstein, a donné son accord pour que les fonctionnaires du Shin Bet aient recours à cette mesure dans les cas qu'ils jugent exceptionnels, malgré une pétition en annulation de la décision par un des principaux groupes de défense des droits civils.

"L'utilisation de citoyens étrangers à des fins terroristes est une tendance croissante," a dit Nadim Avod, avocat au bureau du procureur général. "La fouille d'un compte de messagerie sera menée dans des cas exceptionnels, seulement après identification d'une information suspecte ou pertinente."

L'examen des comptes de courriels devra cependant être exécuté en présence de l'individu concerné.

L'autorisation ne va pas jusqu'à permettre aux officiers de sécurité de demander les mots de passe ou autre information qui permettraient aux officiers du Shin Bet d'accéder aux comptes de messagerie.

Les courriels peuvent être examinés pour des informations incriminantes, en lien à la sécurité publique ou nationale, a écrit Avod. Les voyageurs étrangers peuvent refuser de coopérer mais risquent en conséquence de se voir refuser l'entrée dans le pays.

L'approbation de la mesure par le procureur général fait suite à une pétition lancée par l'Association pour les Droits civils en Israël (ACRI), d'après des témoignages d'individus, parus dans les médias, à qui on a demandé d'ouvrir leur messagerie pendant l'interrogatoire à l'aéroport Ben Gourion.

Un cas rapporté par Associated Press concernait Sandra Tamari, 42 ans, citoyenne américaine d'origine palestinienne, qui était soupçonnée d'être une activiste pro-palestinienne. Tamari a refusé de donner aux officiers du Shin Bet l'accès à son compte email et s'est vue refuser l'entrée en Israël.

Lila Margalit, avocate d'ACRI, a dit : "'Le consentement', donné sous menace d'expulsion, ne peut servir de base à une atteinte aussi drastique à la vie privée. Dans le monde actuel, l'accès au compte email d'une personne équivaut à accéder à ses pensées les plus intimes et à sa vie personnelle. Autoriser des agents de sécurité à prendre des mesures aussi invasives selon leur bon vouloir et sur la base d'un consentement aussi ténu n'est pas digne d'une démocratie."

L'aéroport Ben Gourion est connu pour la rigueur de sa sécurité. Les passagers sont systématiquement interrogés sur les raisons de leur visite, leurs bagages sont fréquemment fouillés manuellement et certains voyageurs sont obligés de subir des fouilles à nu.


Source : The Guardian

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

The Guardian

Même date

26 avril 2013