Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 9016 fois

Gaza -

Gaza un responsable de l'ONU dénonce les crimes de guerre "lâches" d'Israël

Par

L’attaque israélienne contre un bureau du gouvernement du Hamas, qui a causé de graves pertes en vies humaines lors d'une fête de mariage qui se déroulait à proximité était un «crime de guerre» et les responsables doivent être punis a déclaré samedi, un responsable des Nations Unies.

Gaza un responsable de l'ONU dénonce les crimes de guerre 'lâches' d'Israël


John Dugard, le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme dans les territoires palestiniens, a également critiqué le massacre de Palestiniens dans d'autres attaques et la fermeture des points de passage frontaliers.

Le rapporteur spécial de l'ONU pour les droits de l'Homme dans les territoires occupés, John Dugard, a dénoncé samedi les crimes de guerre "lâches" commis par Israël dans la bande de Gaza lors des raids de la semaine écoulée.

Dans un communiqué diffusé par le Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l'Homme à Genève, l'expert indépendant a accusé Israël de recourir à un châtiment collectif et de ne pas distinguer entre cibles militaires et civiles.

«La mort de 40 Palestiniens dans la bande de Gaza la semaine dernière, le tir de missiles sur un bureau du gouvernement à proximité d’un lieu où se déroulait une cérémonie de mariage qui devait être prévu pour causer des pertes en vies humaines et blesser de nombreux civils, et la fermeture de tous les passages dans la bande de Gaza soulèvent de très graves questions au sujet du respect du droit international d'Israël et de son attachement au processus de paix», a indiqué Dugard dans une déclaration.

"Cette récente action viole la stricte interdiction de châtiments collectifs contenus dans la Quatrième Convention de Genève," a accusé Dugard dans une déclaration diffusée par la Commission des droits de l'homme de l'ONU.

"Cela viole également l'un des principes fondamentaux du droit international humanitaire disant que les actions militaires doivent faire la distinction entre des objectifs militaires et des objectifs civils."

Il a déclaré qu '«Israël devait être au courant » de la fête de mariage dans la bande de Gaza près du ministère de l'Intérieur quand il a tiré vendredi des missiles contre le bâtiment du ministère.

La frappe aérienne a détruit le bâtiment de l’ex-Ministère de l'Intérieur dans la ville de Gaza, maintenant abandonné, envoyant une pluie d'obus s'écraser contre les immeubles voisins et tuant une femme de 47 ans.

Environ 50 personnes ont été blessées dans l'explosion, dont plusieurs enfants. Au moins 30 des victimes assistaient à la cérémonie de mariage à proximité du bâtiment.

"Les responsables de ces actions lâches sont coupables de graves crimes de guerre et devraient être poursuivis et punis pour leurs crimes», a déclaré Dugard.

Les États-Unis et les autres participants à la conférence d'Annapolis en novembre pour relancer le processus de paix au Moyen-Orient "sont à la fois un cadre juridique et une obligation morale pour contraindre Israël à cesser ses actions contre la bande de Gaza et à restaurer la confiance dans le processus de paix, à faire respecter le droit international et protéger la vie des civils", a-t-il ajouté.

"Nous avons attaqué le bâtiment et rien d'autre", israélienne a déclaré vendredi un porte-parole de l'armée au sujet du raid, en qualifiant la cible de "quartier général" du mouvement radical Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Jeudi, Israël a annoncé la fermeture totale de la bande de Gaza après une forte escalade des attaques au mortier et aux roquettes par des militants palestiniens sur les communautés israéliennes de l’autre côté de la frontière et des raids de représailles par l'armée israélienne.


Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU se réunira mercredi en session extraordinaire afin d'examiner la situation dans les territoires palestiniens, à la demande des pays arabes et islamiques qui ont réuni 22 signatures sur les 47 pays membres du Conseil, a annoncé l'ONU vendredi soir.


Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://news.yahoo.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

ONU

Même auteur

AFP

Même date

20 janvier 2008