Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1746 fois

Israël -

Halutz ordonne à l'IDF de mettre fin immédiatement à la pratique des "boucliers humains"

Par

Amos Harel, Yuval Yoaz et Gideon Alon, Haaretz Correspondents, and the Associated Press

Le chef d'Etat-Major des Forces de la Défense israélienne, Dan Halutz, a ordonné jeudi à l'armée de mettre en application immédiatement la décision de la Cour Suprême proscrivant l'utilisation "des boucliers humains" palestiniens lors des raids d'arrestation de l'IDF.

L'IDF a également commencé à formuler les procédures alternatives d'arrestation qui permettront à l'armée de continuer de faire des incursions de grande envergure tout en réduisant au minimum le danger pour les soldats.

L'IDF est autorisée à continuer des pratiques telles que l'envoi de chiens dans les maisons des hommes récherchés et la destruction des maisons dans lesquelles ils se cachent s'ils refusent de se rendre.

Des responsables de l'IDF ont déclaré que les soldats devraient faire des rapports sur toute utilisation de boucliers humains et que l'armée examinerait et s'occuperait de ces cas, a indiqué Radio Israël.

La décision de la Cour Suprême, annoncée jeudi matin, interdit également le procédé "de détection précoce" de l'IDF, par lequel les soldats utilisent des civils palestiniens en tant que boucliers seulement si les civils ont été explicitement d'accord pour collaborer et si l'action ne mettait pas leurs vies en danger.

La "détection précoce" était la réponse de l'IDF à une injonction provisoire de 2002 proscrivant l'utilisation des boucliers humains. La décisionr de jeudi a renforcé l'injonction.

Les membres de la Droite à la Knesset ont critiqué la décision de la Cour Suprême, alors que les députés de Gauche ont salué la décision.

Le député Effi Eitam, du parti National Religieux Sioniste, a déclaré que la justice "lie les mains de l'IDF, qui se bat dans une guerre contre le terrorisme sans frontières."

Le Président du parti National Religieux, Zevulun Orlev, a également formulé une dure critique de la Cour Suprême. "Cette décision, avec la décision contre la barrière de sécurité, représente une tendance dangereuse – La Cour Suprême est prête à mettre en danger la vie des soldats de l'IDF et des citoyens israéliens afin d'éviter de blesser des Palestiniens."

Le Président Eli Yishai di Shas a également insisté en décrivant la décision comme "rendant perplexe et étonnante."

"Toutes les incursions d'arrestation de l'IDF sont conçues pour empêcher des attaques terroristes et pour sauver des vies. Le besoin non expliqué de se présenter comme des grands coeurs est dangereuse et est susceptible de mettre en danger inutilement la vie des soldats et des citoyens " a poursuivi Yishai.

Le député du Likoud, Gilad Erdan, a déclaré que la Cour Suprême limitait à nouveau la capacité des soldats à se défendre et à lutter dans la guerre contre le terrorisme . "La Cour Suprême révèle de nouveau, à ma consternation, une compréhension plus profonde de la souffrance des Palestiniens que du danger mortel posé à nos enfants qui luttent dans la guerre contre des meurtriers."

Le député du Meretz-Yahad, Yossi Beilin a, d'autre part, indiqué que la Cour "a prouvé aujourd'hui qu'Israël peut se défendre sans perdre son humanité. Il est regrettable que le gouvernement en Israël ne puisse pas comprendre par lui-même que "la procédure du voisin" (le terme de l'IDF pour le processus d'utilisation de bouclier humain) comme la souffrance de ceux qui font l'objet d'une enquête par le Shin Bet, ternit l'image d'Israël inutilement et abime sa position de seule démocratie au Moyen-Orient.

"Le gouvernement israélien doit encore remercier la Cour Suprême d'exister, parce qu'encore une fois, la Cour a sauvé le gouvernement de lui-même," a poursuivi Beilin.

Pendant des incursions et des arrestations massives en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, l'IDF a utilisé par le passé des civils palestiniens comme stratagème pour capturer des militanux recherchés, en forçant des civils à s'approcher des maisons et des cachettes des personnes recherchées. Dans certains de ces cas, les civils ont été pris dans l'échange de tirs et ont été blessés ou tués.

Le juge en chef Aharon Barak qui donnait sa décision en réponse aux pétitions de l'Association pour les Droits Civils en Israël et l'Organisation des Droits de l'Homme Adalah, a indiqué que la pratique violait le droit international.

"Vous ne pouvez pas exploiter la population civile pour les besoins militaires de l'armée, et vous ne pouvez pas les forcer à collaborer avec l'armée," a dit Barak. "Basé sur ce principe, nous jugeons illégal d'utiliser des civils comme boucliers humains, et nous jugeons également illégal d'employer des civils pour passer des avertissements militaires de l'armée à ceux que l'armée veut arrêter."

Barak a critiqué la procédure "de détection précoce", en citant l'interdiction de la Convention de Genève pour une armée d'occupation d'utiliser des civils dans des opérations militaires contre leur gré.

Barak a invité l'IDF à cesser sa procédure actuelle, en disant que bien qu'elle prenne en compte techniquement la volonté des civils, "il est rare qu'il y ait vraiment de véritable volonté... 99 fois sur 100, ce n'est pas vraiment volontairement. Il est très difficile de confirmer , et je me demande si quand une unité de l'armée vient la nuit, quelqu'un refusera de collaborer, sans crainte."

En réponse à la décision de la Cour, le député Zahava Gallon-On (Meretz-Yahad) a indiqué, "la Cour Suprême empêche des attaques contre des personnes innocentes et fait la différence entre le sang et le sang. (Elle décide qu'une armée dans un état démocratique ne peut pas agir comme des troupes terroristes."

Le député Raleb Majadele, Président du Comité à l'Intérieur de la Knesset a félicité la décision de la Cour et a déclaré que cela servirait de brèche dans la façon dont les soldats traitent les Palestiniens.

Source : Haaretz

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même auteur

Haaretz

Même date

6 octobre 2005