Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2639 fois

Gaza -

Hamas : Le Fatah utilise des méthodes "d'insurrection"

Par

Après avoir échoué à organiser un soulèvement populaire contre le Hamas à Gaza, le Fatah a recours à des méthodes "d'insurrection" afin d'affaiblir le mouvement islamiste, selon des hauts responsables du Hamas.

Des hauts responsables ont déclaré au Jérusalem Post que des miliciens du Fatah étaient derrière une série d'attaques à la bombe qui ont visé des membres et des institutions du Hamas au cours des dernières semaines.

Mardi, trois hommes du Fatah ont été tués dans un "accident de travail" pendant qu'ils essayaient de placer une bombe près d'une installation de sécurité du Hamas à l'ouest de la ville de Gaza. Les trois hommes, Hudaibi Khader, Yusef Hamadeh et Mu'taz al-Qami, appartenaient à la branche armée du Fatah, les Brigades des Martyrs Al-Aqsa.
"Ils ont été tués quand la bombe qu'ils transportaient a explosé prématurément," selon un haut responsable du Hamas.
"Nous avons les preuves que le Fatah est derrière une série d'explosions qui se sont produites dans Gaza récemment."

Le responsable a qualifié de fausses les affirmations du Fatah disant que les trois hommes ont été tués quand des miliciens du Hamas ont tiré une roquette sur leur véhicule.

Les Brigades des Martyrs Al-Aqsa ont menacé de venger la mort de ses membres. Le groupe accuse le Hamas d'avoir éliminé les trois hommes "alors qu'ils étaient sur une mission de jihad" – ce qui signifie une attaque contre des cibles israéliennes.

Jeudi matin, trois miliciens du Hamas servant dans la police locale ont été blessés, et l'un d'eux est dans un état critique, quand une bombe a explosé près de leur véhicule au carrefour d'Askoulah dans la ville de Gaza. Le Hamas accuse le Fatah d'être derrière l'attaque.

Les forces de sécurité du Hamas ont arrêté jeudi Maher Khwaiter, un activiste du Fatah originaire du quartier Zeitun, soupçonné d'avoir participé à l'attaque.

Un autre responsable du Hamas a déclaré au Post que le Fatah était derrière au moins 14 attaques contre des personalités et des institutions du Hamas dans la Bande de Gaza, le mois dernier. Il a ajouté que la décision du Fatah de recourir à la "lutte armée" reflétait la frustration du Fatah après n'avoir pas réussi à susciter un soulèvement populaire contre le Hamas.

Au cours des deux mois derniers, le Fatah a organisé une série de protestations pacifiques contre le Hamas dans la Bande de Gaza ; des milliers de partisans du Fatah ont participé aux prières en plein air pour protester contre le "coup d'état" de juin du Hamas.

Les protestations, qui ont été entre-temps suspendues, ont mené à des confrontations de rues entre les deux partis, embarrassant sérieusement le gouvernement du Hamas du premier ministre Ismail Haniyeh.

La plupart des opérations attribuées au Fatah ont visé des véhicules de la sécurité utilisés par les Forces du Hamas dans la bande de Gaza.
Après les attaques, le ministère de l'Intérieur du Hamas, qui est responsable de la sécurité dans la Bande, a ordonné à tous ses employés de vérifier leurs véhicules avant de les utiliser et d'être vigilants face aux bombes placées en bord de route.

"Apparemment, le Fatah tente d'imiter les méthodes des insurgés anti-Américains en Irak", a déclaré un journaliste palestinien dans la ville de Gaza. "C'est ironique de voir que le Hamas décrive maintenant les attaques du Fatah comme des actes terroristes".

Khaled Abu Hilal, un dissident du Fatah étroitement lié au Hamas, a indiqué que la dernière vague d'attaques à la bombe était conçue pour déstabiliser la situation dans la bande de Gaza.
En accusant les responsables du de Fatah à Ramallah qui ordonnent à leurs hommes d'attaquer le Hamas, il a déclaré : "Ces crimes reflètent la mentalité terroriste des meurtriers et de ceux qui leur donnent les instructions depuis Ramallah."

Niant les allégations, les responsables du Fatah à Ramallah ont déclaré qu'ils ignoraient "une résistance armée" contre le Hamas.

"Le Hamas essaye de dissimuler ses crimes quotidiens contre notre peuple dans la Bande de Gaza," a déclaré un responsable.
"Maintenant, ils essayent de justifier leurs crimes."

Le responsable a accusé le Hamas d'avoir fait une descente au quartier général du Fatah dans la ville de Gaza dans la nuit de mercredi. "Leurs forces ont attaqué le bâtiment et ils ont viré tout le monde à coup de pied. "Ils n'ont pas donné d'explication à l'attaque."

Ihab al-Ghissin, le porte-parole du Ministère de l'Intérieur du Hamas, a confirmé que ses forces "avaient occupé" le quartier général. Mais il a déclaré qu'il s'agissait d'une mesure "provisoire" prise pour des raisons de sécurité.

Source : http://www.jpost.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Même auteur

Khaled Abu Toameh

Même date

6 octobre 2007