Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1906 fois

USA -

Hillary Clinton, en visite au Kenya, a regretté que les Etats-Unis ne fassent pas partie de la Cour pénale internationale.

Par

Un infléchissement de la position américain vis-à-vis de la CPI ?
Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat américaine, actuellement en tournée en Afrique, a regretté jeudi que les Etats-Unis ne fassent pas partie de la Cour pénale internationale.

« Le fait que nous ne soyons pas encore signataires constitue un très grand regret, a indiqué Hillary Clinton lors d'une réunion publique à l'université de Nairobi au Kenya. Mais nous avons soutenu le travail de la Cour et nous continuerons de le faire sous l'administration Obama ».

La chef de la diplomatie américaine a loué l'utilité de cette Cour en Afrique. Elle s'est félicitée du mandat d'arrêt international - premier du genre - lancé en mars à l'encontre de l'ancien président soudanais, Omar el-Béchir, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Hillary Clinton a également laissé entendre que la Cour pourrait juger les auteurs des violences qui avaient précédées les élections kenyanes et tuées plus de 1500 personnes.

Actuellement, la Cour pénale internationale, dont le siège se trouve à La Haye, a lancé en Afrique des enquêtes sur les crimes commis en République Démocratique du Congo, au Darfour, en Ouganda et en République Centrafrique.

Les Etats-Unis avaient jusqu'alors toujours refusé de ratifier le traité de Rome de 1998 instituant la Cour pénale internationale. Washington craignait notamment que les soldats américains puissent être jugés par d'autres pays.

George W. Bush avait même fait de la lutte contre la cour internationale l'un des fers de lance de sa campagne.

L'administration Obama affirme aujourd'hui être en train de réexaminer le dossier mais l'adhésion des Etats-Unis à cette Cour reste très peu probable dans l'immédiat. La majorité des membres du Congrès ainsi que de hauts responsables militaires influents sont contre cette institution.

A l'heure actuelle, cent dix pays, dont la plupart des démocraties occidentales, sont signataires de ce traité.

Source : http://www.lefigaro.fr/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même date

7 août 2009