Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2282 fois

Cisjordanie occupée -

Israël libère un député palestinien qui aura passé près 32 ans derrière les barreaux

Par

01.02.2018 – Les forces israéliennes ont libéré le député palestinien Muhammad Abu Tir après l’avoir détenu en détention administrative pendant 6 mois – la politique d’internement d’Israël sans inculpation ni procès largement condamnée.

Israël libère un député palestinien qui aura passé près 32 ans derrière les barreaux

Abu Tir a été arrêté le 4 août 2017 après que les forces israéliennes aient fait une descente dans sa maison dans la ville d'al-Bireh, dans le district de Ramallah, en Cisjordanie occupée. Il avait été libéré de prison deux mois avant sa dernière détention en août.

Abu Tir a passé un total estimé de 32 ans derrière les barreaux israéliens.

Le député affilié au Hamas a déménagé à al-Bireh après avoir été expulsé de son domicile à Jérusalem-Est occupée en 2010, avec ses compagnons emprisonnés Ahmad Attun et Muhammad Tutah, membres du Conseil législatif palestinien (PLC), et Khalid Abu Arafeh, ancien ministre de Jérusalem.

Les quatre hommes ont été expulsés de Jérusalem après que le ministère israélien de l'Intérieur ait menacé d'expulser les députés affiliés au Hamas - sous prétexte de déloyauté envers l'Etat israélien - depuis que le Hamas a remporté les élections législatives palestiniennes en 2006.

Israël utilise la détention administrative presque exclusivement contre les Palestiniens. La politique israélienne largement condamnée autorise Israël à détenir des citoyens palestiniens pour des périodes pouvant aller jusqu'à six mois renouvelables sur la base de preuves non divulguées.

Bien que les autorités israéliennes prétendent que la rétention d'éléments de preuve pendant la détention administrative est essentielle pour la sécurité de l'Etat, des groupes de défense des droits ont déclaré que la politique autorisait les autorités israéliennes à détenir des Palestiniens pour une durée indéterminée sans preuves justifiant leur détention.

Des groupes de défense des droits ont affirmé que la politique de détention administrative israélienne avait été utilisée pour tenter de perturber les processus politiques et sociaux palestiniens, en ciblant notamment les politiciens palestiniens, les activistes et les journalistes.

Selon le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer, en décembre 2017, il y avait au total 6.171 Palestiniens détenus dans des prisons israéliennes, dont 10 étaient des membres du CLP et 434 d'entre eux étaient en détention administrative.

Source : Maan News

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Maan News

Même date

2 février 2018