Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2570 fois

Israël -

Israël : plus de 100.000 Juifs religieux en colère fustigent la loi civile

Par

Plus de 100.000 Juifs religieux ont manifesté jeudi en Israël pour fustiger "l'ingérence" de la Cour suprême d'Israël dans leurs affaires et affirmer la primauté de la Torah sur la loi civile.

Quelque 100.000 protestataires rassemblés au coeur de Jérusalem-Ouest, selon la police, plus du double d'après les organisateurs, se sont dispersés dans la soirée sans qu'aucun incident majeur n'ait été signalé. Une autre manifestation a réuni quelque 20.000 personnes à Bnei-Brak, ville à population juive orthodoxe située près de Tel Aviv.

Il s'agit du plus important mouvement de colère des Juifs religieux depuis plus de 10 ans en Israël. Les manifestations, retransmises en direct à la télévision, ont complètement éclipsé l'annonce par le gouvernement d'un allègement du blocus de Gaza.

L'effervescence des hommes en noir d'Israël répond à un arrêt de la Cour suprême interdisant la ségrégation entre enfants ashkénazes et séfarades dans une école religieuse de la colonie juive d'Immanuel en Cisjordanie occupée.

Les parents ashkénazes (originaires d'Europe centrale et de l'Est) refusent que leur progéniture aille en classe avec des fillette séfarades (d'origine orientale) malgré l'arrêt de la Cour suprême. Ils ont retiré leurs filles de l'école et doivent purger deux semaines de prison, la scolarisation étant obligatoire en Israël.

Ces familles --86 personnes au total-- appartenant au groupe hassidique Slonim avaient retiré leurs filles de l'école il y a un an pour protester contre une première décision de justice les obligeant à intégrer les jeunes séfarades.

Sur les banderoles des manifestants, les slogans ne cessent de rappeler la primauté de la loi religieuse sur les règles laïques.

"C'est la Torah qui commande !", pouvait-on lire sur les panneaux des protestataires. Ou encore, sur des autocollants: "J'affirme respecter davantage la Torah que les décisions de la Cour (suprême)".

Pour Yaakov, 20 ans, étudiant dans une yéchiva (école talmudique) de la Ville sainte, "il fallait venir manifester car le monde de la Torah est en danger. Nous devons soutenir ces familles qui sont l'honneur du peuple juif".

La police israélienne avait été placée en "état d'alerte avancé". Des unités de gardes-frontières appuyées par la police montée et des hélicoptères, survolant la foule de près, ont également mobilisées.

Accusés de discrimination raciale, les parents se sont présentés à la maison d'arrêt de Jérusalem. Les pères ont été transférés dans la soirée, à bord de deux autobus, vers une prison de Ramlé (centre du pays) où les attendaient une vingtaine de sympathisants chantant et dansant.

Les familles du groupe Slonim se défendent d'être racistes et expliquent leur refus d'accepter d'autres jeunes filles par des différences entre les traditions religieuses séfarades et ashkénazes.

Toutes mouvances confondues, les juifs orthodoxes récusent l'autorité de la Cour suprême, la plus haute instance juridique israélienne, au nom de la primauté de la Torah et de la loi religieuse.

En 1999, les Juifs haredim (les "craignant Dieu") avaient rassemblé un demi-million de personnes à Jérusalem, la plus importante manifestation de l'histoire du pays, pour protester contre "la dictature" de la Cour suprême.

L'affaire de la colonie d'Immanuel a suscité la colère des principaux quotidiens et ravivé le conflit sourd entre laïcs et juifs orthodoxes.

Les premiers accusent les seconds de coercition pour imposer leur vision du monde, et leur reprochent de bénéficier d'une exemption du service militaire obligatoire.

En vertu d'un accord avec l'Etat, les jeunes juifs orthodoxes échappent aux obligations militaires s'ils étudient jusqu'à l'âge de 25 ans dans des instituts talmudiques, ce qui a aussi pour conséquence de ne pas les préparer correctement au marché du travail.

Source : Le Point

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Le Point

Même date

18 juin 2010