Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4962 fois

Palestine occupée -

Israël se coordonne avec Google et YouTube pour censurer les vidéos palestiniennes du "conflit"

Par

La vice-ministre des Affaires Etrangères israéliennes et membre de la Knesset Tzipi Hotovely a rencontré cette semaine des représentants de YouTube et Google pour réfléchir aux moyens de coopérer pour censurer les vidéos palestiniennes filmées en Palestine occupée, vidéos qu'elle estime "être une incitation à la violence et au terrorisme".

Le quotidien israélien Ma'ariv a dit qu'Hotovely va travailler avec les responsables de Google et de YouTube à un mécanisme commun qui sera chargé de "surveiller et empêcher" toute publication de matériaux jugés "incendiaires" par Tel Aviv.

Hotovely a annoncé dans un communiqué de presse en hébreu qu'elle a rencontré Susan Wojciki, directrice générale de YouTube, et Jennifer Oztzistzki, directrice de la politique publique de Google, dans les bureaux de Google dans la Silicon Valley.

Hotovely a dit avoir reçu un mécanisme d'examen exhaustif pour les sociétés qui surveille les films qui inciteraient prétendument à la violence, affirmant que les supposées "vidéos d'incitation" conduiraient les enfants à sortir et à poignarder : "Les attaques quotidiennes en Israël sont le résultat de jeunes et d'enfants incités par le système éducatif et les réseaux sociaux, c'est une guerre quotidienne d'incitation."

Elle a dit que Google a accepté de renforcer les relations bilatérales avec le ministère des Affaires étrangères israélien, et de construire un mécanisme de "travail concerté" qui ferait des deux parties des partenaires dans la surveillance et la censure des matériaux publiés.

La démarche israélienne a lieu au milieu d'une tension croissante en Palestine occupée, et un grand nombre de vidéos sont publiées, dont celles qui montrent des soldats et des officiers israéliens exécutant des Palestiniens après les avoir insultés, et de nombreuses vidéos qui, d'une manière générale, montrent la souffrance du peuple palestinien vivant sous l'occupation israélienne illégale de la Palestine.

La coordination israélienne avec Google et YouTube a de très graves implications, et beaucoup de journalistes l'ont dénoncée, disant que c'est une attaque directe à la liberté de la presse.

Tous les journalistes étrangers qui font des reportages dans les Territoires occupés sont obligés de se faire enregistrer auprès de l'armée israélienne, et toute prise de vue doit passer par le bureau du Censeur militaire israélien avant d'être diffusée.

Avec les récentes avancées de la technologie, beaucoup de Palestiniens et autres civils sont en mesure de poster des vidéos sans qu'elles soient contrôlées par la censure israélienne.

Le gouvernement israélien a fréquemment exprimé son mécontentement et s'acharne à trouver les moyens de censurer les vidéos qui sortent des territoires palestiniens occupés.


Source : IMEMC

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Propagande

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

28 novembre 2015