Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1669 fois

France -

L'American Jewish Committee honore le président Sarkozy du "Light Unto the Nations Award"

Par

7 novembre 2007

Le Président français, Nicolas Sarkozy, a été honoré aujourd'hui par l'American Jewish Committee (AJC) qui lui a remis le prestigieux "Light Unto the Nations Award" de l'organisation.

"Avant tout, nous rendons hommage à la conviction, à la conscience et au courage du Président Sarkozy, des qualités qui font défaut dans un monde qui en a désespérément besoin", a déclaré le Directeur exécutif de l'AJC, David A. Harris.

Le prix de l'AJC rend hommage au remarquable sens politique.

"Le président Nicolas Sarkozy est un homme de passion", a déclaré Harris. " C’est sa passion, combinée à sa conviction, sa conscience, et son courage, qui l’ont rapidement élevé à une place importante sur la scène mondiale.”

Lors de la séance d'ouverture et la cérémonie de remise des prix, Richard J. Sideman, le président nationale de l'AJC, a salué l'"incomparable vigueur et les principes rares" du président Sarkozy, et a parlé des défis communs et des menaces qui pèsent sur les "démocraties-soeurs" des Etats-Unis, la France et Israël.

En remerciant l'AJC, le président Sarkozy s'est exprimé avec force contre l'antisémitisme et en faveur de la quête de paix et de sécurité d'Israël.

"L'antisémitisme doit être attaqué de front", a déclaré le président Sarkozy. “Quand vous essayez d'expliquer l'antisémitisme, vous rationalisez l'antisémitisme.”

Il a déclaré que l'antisémitisme est une réalité qui doit être reconnue, non pas niée. "Nous ne pouvons pas lutter contre ce qui est refusé", a-t-il dit. "Sauf si vous êtes d'accord sur un diagnostic, vous ne pouvez pas trouver le remède."

Président Sarkozy s'est décrit comme un ami engagé d'Israël qui voit la création de l'Etat comme l'un des "miracle" du XXe siècle.

Le président français s'est déclaré optimiste au sujet des négociations de paix israélo-palestiniennes. Quand les Israéliens et les Palestiniens ont "le dos au mur, la seule chose qu'ils peuvent faire, c'est aller de l'avant", a-t-il dit.


An promettant le soutien de son gouvernement pour aider les négociations en vue d'une solution viable solution à deux États, le Président Sarkozy a souligné que "la question de la sécurité n'est pas négociable" pour Israël, en ajoutant qu'"Israël a le dos à la mer et peu de marge de manœuvre."

Les remarques du président Sarkozy ont également porté sur le Liban et l'Iran. "Le Liban est un symbole de la diversité dans une partie du monde qui a besoin d'apprendre que la pureté du fondamentalisme est un risque", a déclaré le Président français.

Faisant référence aux efforts réussis de la France dans l'assimilation de sa propre population musulmane, le Président Sarkozy a déclaré : "Les pays musulmans ne peuvent pas dire qu'une diversité est nécessaire en France, et pas de l'autre côté de la Méditerranée." Cette diversité au Liban en particulier, contribue à expliquer pourquoi "La France est attachée au Liban".

Il a réitéré l'opposition déterminée de la France à la mise au point par l'Iran de la technologie d'armement nucléaire, tout en exprimant son soutien aux pays qui cherchent à développer une énergie nucléaire à des fins exclusivement pacifiques. "L'Iran a le droit à l'énergie nucléaire civile", a-t-il dit.

Le président Sarkozy a déclaré qu'il avait appelé à une harmonisation des stratégies politiques et économiques de la France en envoyant un message fort à l'Iran : La France s'oppose à tout programme d'armement nucléaire.

L'AJC et la France ont bénéficié de relations étroites de coopération depuis plus de 50 ans.
Les liens avec le Président Sarkozy ont fortement évolué depuis qu'il a été ministre de l'Intérieur et qu'il s'est adressé à l'AJC à Washington il y a trois ans.

"Il est ferme dans son opposition à l'antisémitisme", a déclaré Harris, rappelant les paroles du Président Sarkozy lors d'un déjeuner de l'AJC en 2004 à Washington, quand il a déclaré : "Je considère toute insulte contre les Juifs comme une insulte à la France."

Le "Light Unto the Nations Award" a été remis au Président Sarkozy, avec l'inscription : "en admiration de votre inlassable promotion des valeurs démocratiques, des droits de l'homme, et de la paix, et en reconnaissance de votre amitié dévouée avec les États-Unis, Israël et le peuple juif."

Le prix est en forme de flamme, le symbole de la lumière de liberté impossible à éteindre. Parmi les anciens lauréats de ce prix, on trouve le président américain Bill Clinton et le Président chilien Ricardo Lagos.

Plus d'une centaine de personnes ont assisté au déjeuner privé de l'AJC avec le Président Sarkozy, y compris des hauts dirigeants de l'AJC, des représentants d'autres organisations juives nationales, des membres du Congrès, des responsables de municipalités et des hauts fonctionnaires français.

Plusieurs membres du Cabinet du Président Sarkozy ont accompagné le président, dont le ministre des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, qui avait pris la parole lors d'un dîner de l'AJC à New York le mois dernier; Rachida Dati, la ministre de la Justice; Christine Lagarde la ministre de l'Economie; Rama Yade, la Secrétaire d'État aux Affaires Etrangères et des Droits de l'Homme ; et Bernard Accoyer, président de l'Assemblée Nationale.

Richard Prasquier, le président du CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France, se trouvait parmi les invités.

Valérie Hoffenberg, directeurde l' AJC à Paris, qui a aidé à organiser la manifestation, est membre de la délégation officielle du président en visite à Washington, DC, cette semaine.




Oubliez sa rencontre avec Bush. Au cours de ses 26 heures aux Etats-Unis, le plus important événement de Sarko a été sans aucun doute cette rencontre avec le "Département d'Etat" du lobby sioniste, l'American Jewish Committee.

Sarko ne semble pas avoir suffisamment rassemblé de fanatisme pro-israélien lors de ses quelques mois passés à la présidence pour qu'il obtienne un prix aussi "prestigieux".

Peut-être, que c'est dû à son imitation de la ligne sioniste sur le bombardement de l'Iran, ou, peut-être, qu'ils tiennent compte des années où il a travaillé comme agent du Mossad en France, qui, selon le journal français, Le Figaro, remonte à 1983.

Jeff Blankfort

Source : http://www.ajc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Collabos

Même date

10 novembre 2007