Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1743 fois

Bethléem -

L'expansion du Gush Etzion se poursuit ; les Arabes paient le prix

Par

Ces derniers jours, toutes les quelques heures, la radio de l'armée a diffusé des bandes publicitaires invitant les citoyens israéliens à visiter la région de Gush Etzion pendant les vacances de Sukkoth pour participer aux festivités qui s'y déroulent, tels qu'une marche des raisins, un festival de cerf-volant et des safaris en jeep.

L'expansion du Gush Etzion se poursuit ; les Arabes paient le prix


Photo : Yediot Aharonot : Gush Etzion

Tout cela, dit la publicité, à seulement 55 minutes de Tel Aviv et à 15 minutes de Jerusalem.

Pendant ces excursions divertissantes des vacances, les participants auront la chance de voir dans quelle mesure les colonies et les avant-postes ont augmenté (certains illégalement) ces dernières années.

Ce que les participants n'entendront pas de la part des organisateurs, c'est comment les colonies se sont agrandies ; les méthodes utilisées pour exproprier la terre aux Arabes palestiniens ; les ordres d'expansion donnés par l'Administration Civile Israélienne et la saisie par des colons des terrains privés palestiniens dans l'obscurité de la nuit.

Mais ils ne verront pas les oliveraies et les vignes du village de Hussan déracinées par les bulldozers pour que Beitar Illit s'agrandisse. Ils ne verront pas les parcelles de terrain privés appartenant aux habitants de Bethléem et de Beit Jala qui ont été entourés d'une clôture par des colons. Puisque les organisateurs n'ont pas envie de montrer à leurs invités de Tel Aviv le côté noir de l'existence des Israéliens à Gush Etzion.

Au cours des années, nous nous sommes habitués à ignorer les injustices qui ont lieu de façon permanente dans les territoires ; nous les supprimons et ,ous continuons comme d'habitude. Par exemple, le nouveau rapport publié par Peace Now cette semaine concernant l'expansion des avant-postes : Pendant quelques heures, le sujet a été abordé dans une émission de radio, et ensuite, il a apparemment disparu dans les oubliettes.

L'affirmation des colons disant que le rapport était faux et exagéré a aidé les consciences des Israéliens désireux de pondération.

Pourtant, les faits publiés dans le rapport sont difficiles à cacher : Depuis le début de l'année, le gouvernement a publié des offres pour la construction de 952 logements dans les territoires - quatre fois plus qu'à la même période l'année dernière ; non seulement les avant-postes illégaux n'ont-ils pas été enlevés, mais la construction s'y est accélérée, les routes ont été percées et le terrain a été préparé pour la construction.



Expansion sous couvert de la guerre

Peace Now a expliqué que l'expansion des avant-postes avait été effectuée sous couvert de la guerre. Des porte-parole de colons ont été choqués par ce rapport. Le résultat est que l'expropriation de terre et l'attitude dure envers leurs voisins se sont poursuivies (en mai de cette année, le commandant en chef, le Général Yair Naveh, a signé un décret demandant l'expansion de la juridiction de quatre colonies : Givat Zeev, Oranit, Beitar Illit et Maskiot.
Et maintenant, c'est la saison de la cueillette des olives, et il n'y a presque aucun doute que les loubards des colonies - qui ont répandu la peur chez leurs voisins tous les ans à l'époque de la cueillette des olives - continueront à le faire maintenant, même si c'est juste pour tester l'assurance d'Amir Peretz qu'il prendrait des mesures dures contre les loubards qui couperaient des plantations et détruiraient des récoltes.

Un ministre de la Défense faible, qui est indifférent à l'expansion des avant-postes illégaux et à la poursuite des expropriations de terre, devrait trouver difficile de montrer de la détermination contre le vandalisme des jeunes des collines.

Jérusalem et ses faubourgs peuvent être vus du point d'observation de Gush Etzion, et on dirait que le Gush Etzion est à deux doigts d'être relié à Jérusalem. Même s'ils voient les villages et les villes de leurs voisins palestiniens juste devant eux, ils ignoreront la vue et imagineront la future annexion qui aura lieu sur d'autres terres arabes.

Seulement à 55 minutes de Tel Aviv et à 15 minutes de Jérusalem et le touriste israélien arrive sur une autre terre. Peut-être que c'est l'endroit qui a inspiré le poème de Yehuda Amichai "Le lieu auquel nous avons droit."

"Le lieu auquel nous avons droit, les fleurs ne poussent jamais au printemps. Le lieu auquel nous avons droit est dur et piétiné comme une cour."


En savoir plus sur le bloc de colonies de Gush Etzion

Source : http://www.ynetnews.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Colonies

Même date

9 octobre 2006