Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1026 fois

Palestine -

L'expert des Nations-Unies : les colons Juifs "terrorisent" les Palestiniens

Par

Les colons juifs sont en mesure de "terroriser" les Palestiniens en toute impunité, en effrayant les enfants qui vont à l'école et en détruisant les arbres et les récoltes des fermiers, déclare un expert des Nations Unies sur le conflit Israélo-Palestinien dans un rapport.
John Dugard, un avocat sud-africain, déclare également qu'Israel continue à dominer la vie des Palestiniens dans la bande de Gaza bien qu'il en ait retiré toutes ses troupes et ses colons en continuant ses assassinats ciblés et en effectuant des bangs sonores au-dessus de la Bande.

Dugard ajoute aussi que la Feuille de Route pour la Paix au Moyen-Orient soutenue par les Américains est "désespérément dépassée" et doit être revue.


Itzhak Levanon, l'Ambassadeur d'Israël auprès des Nations Unies a rejeté les allégations de Dugard en disant qu'il était "mal informé et imprécis".

Israël avait précédemment rejeté les rapports de Dugard comme étant pro-palestiniens et en faisant remarquer qu'il a été assigné pour enquêter seulement sur les violations israéliennes.

La violence des colons a été particulièrement significative dans la ville cisjordanienne d'Hébron, dit Dugard dans son rapport de 22 pages préparé pour la Commission annuelle des droits de l'homme des Nations Unies qui commencera la semaine prochaine.

Dugard dit que les colons d'Hébron "terrorisent les quelques Palestiniens qui n'ont pas quitté la Vieille Ville et attaquent et traumatisent les enfants qui vont à l'école."

"Il semble que les colons peuvent terroriser les Palestiniens et détruirent leurs arbres et leur récoltes en toute impunité," dit Dugard, ajoutant qu'il a été lui-même victime d'abus de la part des colons alors qu'il visitait la ville en juin 2005.

Le rapport de Dugard "est guidé par un agenda politique clair, et a peu de relation avec les faits ou les principes existants du droit international," dit Levanon dans une déclaration envoyée par mail à The Associated Press.

Dugard prépare ses rapports réguliers pour la Commission des Droits de l'Homme des Nations Unies pendant ses visites dans la région, mais ne reçoit aucune coopération du gouvernement israélien.

Le rapport "ignore le fait que le Hamas, considéré comme une organisation terroriste par l'ensemble des nations, contrôle l'Autorité Palestinienne et néglige les énormes efforts faits par Israël pour combattre ce terrorisme tout en préservant la loi humanitaire et les droits de l'homme," ajoute Levanon.

Dugar déclare que le traitement de Gaza par Israël viole les Conventions de Genève sur la guerre, qui interdisent "toutes mesures d'intimidation ou de terrorisme" contre les civils en temps de guerre.

Il évoque le retrait comme une initiative positive, mais dit que l'armée israélienne exerce un contrôle réel sur la région et est obligée en tant que puissance d'occupation d'assurer la protection des civils.

"Les bangs sonores qui terrorisent et traumatisent la population (et constituent une forme de punition collective) et l'assassinat ciblé des militants (et des passants innocents) par des missiles tirés du ciel servent de rappel constant à la population de Gaza qu'elle reste occupée," dit-il.

Au cours des trois premiers mois après le retrait de Gaza, les assassinats ciblés par les Forces de Défense israélienne ont tué - en plus des 15 militants - au moins 18 civils et blessé 81 autres, ajoute-t'il.

Israël utilise depuis longtemps les bangs sonores pour énerver les Palestiniens en période de tension et de violence et maintient cette pratique à toute heure du jour et de la nuit depuis son retrait de Gaza en septembre.

Il réitére également ses précédentes critiques de la politique israélienne.

La construction ininterrompue de la barrière de Séparation d'Israël, qu'il nomme "Mur" pour isoler la Cisjordanie , est une violation des engagements d'Israël envers les droits de l'homme, dit Dugard. "Mais les décisions de la Cour Suprême pour modifier le tracé de la barrière "ont atténue la souffrance des Palestiniens," ajoute-t'il.

Un autre rapport des Nations Unies indique que les soldats israéliens ont augmenté le nombre de barrages routiers et de barrières en Cisjordanie de 25% depuis l'été derniers, accroissant ainsi les restrictions aux déplacements pour les Palestiniens et rendant ainsi plus difficile l'accès à leurs propriétés, aux marchés et aux services médicaux.

Les responsables palestiniens ont déclaré que les barrages routiers ont empoisonné la vie des Palestiniens en Cisjordanie ces derniers mois et ont rendu leur objectif d'établir un état indépendant sur le territoire de plus en plus vague.

Israël dit que son réseau de checkpoints permanents, de barrières de béton et de barrages routiers mobiles provisoires sont nécessaires pour protéger les villes israéliennes et les colonies juives contre des attaques palestiniennes.

Dans son rapport, le bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires des Nations-Unies, ou OCHA, a indiqué que le nombre d'obstacles routiers était de 471 en janvier contre 376 en août dernier, à l'époque du retrait israélien de Gaza.

L'augmentation la plus importante se situe dans les structures non-contrôlées - telles que les barrières de béton et les monticules de terre - et les checkpoints provisoires.

La Banque Mondiale reconnait le système de "fermeture" d'Israël comme principale cause des problèmes économiques des Palestiniens, et les Palestiniens se sont longtemps plaints que les barrages routiers étaient une punition excessive et collective.


"Comme nous le voyons ici, après le retrait de Gaza, les choses se sont beaucoup aggravées," a dit Saeb Erekat, le chef négociateur palestinien. "Ca détruit la vie des Palestiniens, l'économie, l'agriculture, l'éducation et les conditions de santé."

On peut lire dans le rapport : "La Cisjordanie apparaît divisée en trois secteurs - le nord, le centre et le sud. Les déplacements sont plus faciles à l'intérieur de ces secteurs, mais les déplacements entre eux sont entravés par une série de checkpoints et d'autres obstacles physiques".

Il dit que les barrages routiers ont aidé à créer un système de routes limitées pour l'usage des Israéliens, tout en dirigeant les automobilistes palestiniens vers des itinéraires alternatifs où les déplacements sont restreints. "Les nouveaux obstacles physiques ont limité l'accès à la terre, aux marchés, aux services et aux relations sociales"

Il cite un nouveau système de permis limitant l'accès des Palestiniens de Cisjordanie à la Vallée du Jourdain où beaucoup de fermiers possèdent des terrains. Les fermiers ont également des difficultés pour atteindre leurs terres à Salfit, au Nord, et à Hébron, au Sud, alors que les communautés rurales ont été isolées des villes en raison des difficultés de déplacement.

Les restrictions de circulation rendent difficile aux fermiers de transporter leurs produits jusqu'aux marchés de Cisjordanie , empêchent les habitants d'accéder aux services médicaux et restreignent les visites de famille.

Erekat indique que les restrictions aux déplacements, couplées à la construction par Israël de sa barrière de séparation en Cisjordanie "tuera toute viabilité d'un état indépendant."

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères, Mark Regev, a indiqué que l'augmentation des barrages routiers est une réponse "à une escalade du terrorisme," en notant qu'il y a eu 2 agressions à coups de couteau et un tir de Palestiniens sur les Forces israéliennes en Cisjordanie en cinq semaines depuis l'élection du Hamas en Palestine.

En revanche, les forces israéliennes ont tué plus de 40 Palestiniens pendant la même période de cinq semaines, et des centaines ont été arrêtés, dont plus de 200 enfants.

"Ces actions sur le terrain sont défensives et une réponse à l'augmentation de la menace". Dit-il. "Elles peuvent être enlevées et, si tout va bien, ces choses peuvent diminuer si la menace recule."

Israël a promis d'améliorer son système de barrages routier, en promettant d'utiliser des nouvelles technologies et d'autres mesures pour limiter la liberté de circulation.

Depuis l'élection du Hamas le 25 janvier dernier, les Palestiniens "ont été punis" pour leur choix démocratique (selon les termes du Premier Ministre israélien par intérim, Ehud Olmert), par la fermeture de tous les passages de frontières de Cisjordanie sauf un, et la fermeture totale de la Bande de Gaza.


Source : http://www.imemc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

ONU

Même auteur

IMEMC

Même date

9 mars 2006