Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2023 fois

Israël -

L’État d’Israël admet la construction d’un avant-poste sur un terrain privé Arabe

Par

Au nord de la colonie de Beit El, dans l'avant-poste de Jabel Artis, deux nouvelles maisons ont été construites récemment, et huit familles israéliennes s’y sont installées. Les maisons sont situées à peine un kilomètre du quartier général de l'Administration Civile en Cisjordanie, et ont été construites sur des terres qui, selon le registre, appartiennent à des Palestiniens.

Cela n'a apparemment pas empêché l'Administration Civile de délivrer un ordre d’usage militaire pour la parcelle, ce qui a facilité la tâche des colons d’expulser les propriétaires de leurs propriétaires.

Maintenant, l'Administration Civile reconnaît qu’elle a eu tort de délivrer cet ordre et qu'il a été délivré pour le mauvais terrain. Cet aveu ne fait pas beaucoup de différence pour les propriétaires puisque la construction est terminée maintenant.

Mahbuba Yassin Abdullah, une habitante du village voisin de Dura al-Qara, est propriétaire du lot n° 39 du village où est installé Jabel Artis. Elle a dit à Haaretz que son père avait acheté la propriété il y a de nombreuses années (elle ne se souvient pas précisément quand), et dit qu'elle a 75 ans, ce qui fait rire son fils, Abed al'Ani, et Abu Bashir, un ancien du village. "Disons qu'elle a plus de 80 ans», dit Abou Bashir avec diplomatie.

80 dunams ont été expropriés en raison de l’ordre de l’Administration Civile, dit Abu Bashir.

Dans les années 1990, les colons de Beit El ont commencé à préparer le terrain dans la région. Tout d'abord, ils ont construit un chemin de terre, puis ils ont construit quelques bâtiments pour loger les élèves de l'école talmudique de Beit El et leurs familles.

En août 2003, l'Administration Civile a émis un ordre d'expropriation pour usage militaire, afin de servir de base d’atterrissage aux hélicoptères. La date d'expiration de l'ordre a été renouvelée et les Palestiniens n’ont pas pu utiliser la propriété.

Le fils de Mahbuba dit qu'ils ne s’étaient pas rendu compte de l'ampleur des constructions des colons parce qu'ils avaient été tenus à l'écart. Il a également dit que l’expropriation avait été réalisée sans avertissement.

"Personne n’est venu pour nous donner les ordres. Un matin, un bulldozer est arrivé et il a commencé à tracer un chemin de terre et ensuite, ils ont installé une clôture», a-t-il dit.

En 2006, Dror Etkes, qui dirigeait à l’époque le département d’observation de la colonisation de Peace Now et qui surveille actuellement les développements sur le terrain pour le groupe des droits de l’homme israélien, Yesh Din, a commencé à avoir des soupçons sur le sujet car un ordre d’expropriation d’un terrain privé pour usage militaire ne peut pas servir à la construction d’une colonie.

Après une bataille juridique, Etkes a réussi à obtenir l'accès à la base de données de l'administration civile sur les propriétés et les droits de propriété. L’affaire Mahbuba a été l’une des premières qu’il a examiné : En regardant des photographies aériennes, il en a conclu que l’expropriation n’avait aucune base juridique.

L’affaire de la propriété des Mahbuba est mineure mais elle montre néanmoins encore un autre exemple des méthodes utilisées par les colons pour agrandir et construire de nouvelles colonies.

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Colonies

Même auteur

Amos Harel et Avi Issacharoff

Même date

5 septembre 2008