Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1845 fois

Ramallah -

La Campagne pour le Boycott d'Israël dynamisera la résistance populaire et redonnera une dignité au peuple palestinien

Par

Rapport de synthèse de la 1ère conférence palestinienne pour le Boycott d'Israel (BDS) - 22 Novembre 2007 - Al-Bireh, Ramallah

Les organisateurs et les participants ont quitté la conférence avec un sentiment d'aboutissement : des recommandations pratiques ont été mises en place pour la construction de la campagne populaire palestinienne de BDS en tant que stratégie de la résistance civile dans la longue lutte à venir contre le régime d'apartheid israélien à l'égard du peuple palestinien.

La Campagne pour le Boycott d'Israël dynamisera la résistance populaire et redonnera une dignité au peuple palestinien

Une étape importante dans l'édification de la campagne mondiale de BDS a été atteinte à Ramallah le 22 novembre 2007.

Quelques 300 militants, des membres des syndicats, d'associations et d'ONG des villes, villages et camps de réfugiés palestiniens de Cisjordanie occupée, ainsi que des observateurs du mouvement de solidarité mondiale de Grande-Bretagne, du Canada, de Norvège, d'Espagne et d'Afrique du Sud, se sont rassemblés pour une journée de discussion et de débat sur les moyens de promouvoir toutes les formes de boycott contre Israël parmi les organisations, les syndicats, ainsi que les institutions politiques, universitaires et culturelles de la communauté palestinienne.

Les organisateurs et les participants ont quitté la conférence avec un sentiment d'aboutissement : des recommandations pratiques ont été mises en place pour la construction de la campagne populaire palestinienne de BDS en tant que stratégie de la résistance civile dans la longue lutte à venir contre le régime d'apartheid israélien à l'égard du peuple palestinien.

Le colloque a été ouvert par M. Gabi Baramki (PACBI), qui a rappelé aux participants que le boycott était un outil dans la lutte des Palestiniens depuis les années 1920.

Il a déclaré que l'utilisation du boycott populaire dérivait du droit international et des principes éthiques universels, et a souligné l'opportunité d'un mouvement de boycott populaire palestinien, surtout maintenant, où l'isolement et le morcellement sont plus que jamais imposés au peuple palestinien, de façon à susciter la perte d'espoir, de dignité et la capitulation.

Le Boycott et la lutte populaire ont contribué à la libération de l'Inde et de l'Afrique du Sud, a-t-il déclaré, en ajoutant que, s'il est vrai que le défi est plus grand pour les Palestiniens, parce que l'Afrique du Sud n'a jamais joui du niveau de soutien qu'Israël bénéficie des États-Unis et de l'Europe, la campagne palestinienne de boycott peut être efficace en raison de la dépendance fondamentale d'Israël, au niveau politique, diplomatique et économique, à l'Occident.

Le représentant du PNGO, le docteur Allam Jarrar a ensuite résumé la nécessité d'un boycott dans le contexte politique actuel, affirmant que "la lutte des Palestiniens est une lutte contre l'effort systématique d'Israël de remplacer un peuple dans le pays par un autre."

Il a affirmé que la conférence était un événement historique, "parce que 60 ans après la Nakba palestinienne, nous commençons à réviser la stratégie de notre lutte pour les droits inaliénables du peuple palestinien, au premier rang desquels sont nos droits à l'autodétermination, l'indépendance et le retour [des réfugiés]. La campagne de boycott va à nouveau dynamiser la résistance populaire et redonner une dignité."

Il a présenté plusieurs facteurs de motivation pour la campagne de BDS :

• Cela chasse le mythe selon lequel les négociations avec Israël sont la seule forme de lutte pour les Palestiniens;

• En tant qu'outil non violent, c'est une forme de résistance populaire qui peut faire appel à tous les Palestiniens, dans le pays et en l'exil, ainsi que les partisans au niveau mondial;

• C'est un outil pour la reconstruction de la lutte collective et de l'unité;

• Cela fait revivre la culture et l'identité nationales, et peut donner de l'espoir et de l'inspiration aux jeunes générations;

• Cela remet en cause le rapport de forces actuel grâce à l'application de pressions efficaces et durables sur Israël.


La première session comprenait des exposés, suivis de débats, avec deux intervenants invités.
Virginie Setshedi, du Comité de Solidarité avec la Palestine en Afrique du Sud, a rappelé au public lu fait que l'apartheid est un crime contre l'humanité, et a expliqué que le nouveau mouvement social de post-apartheid sud-africain comprend la lutte du peuple palestinien.

A l'époque de la Conférence mondiale contre le Racisme à Durban en 2001, un engagement avait été pris pour soutenir la lutte des Palestiniens afin d'isoler l'apartheid en Israël, a-t-elle dit.

Le mouvement social en Afrique du Sud, qui s'est réjoui de l'appel de BDS de la société civile palestinienne en 2005 en tant qu'appel du peuple palestinien pour lancer cette lutte commune, a toujours travaillé depuis la construction du mouvement BDS en Afrique du Sud : en blâmant le gouvernement sud-africain et en insistant sur l'annulation de ses relations normales avec Israël, et le boycotter les produits de consommation israéliens.

Elle a souligné l'importance d'une solidarité réciproque et a encouragé les Palestiniens à exprimer leur soutien à la lutte du peuple pour la justice économique et sociale en Afrique du Sud de post-Apartheid


Le Prof Haim Bresheeth, du Comité Britannique pour les Universités de Palestine (BRICUP), a donné un témoignage personnel sur la façon dont une visite d'État en Israël en 1972 du Premier ministre du régime sud-africain lui avait fait ptrendre conscience de la ressemblance entre l'apartheid et le régime sioniste d'Israël.

Il a souligné la nécessité d'une analyse non seulement des forces sionistes israéliennes, mais aussi des échecs du régime d'Israël, en tant que système qui peut provoquer des destructions massives, mais qui n'est pas en mesure de fournir des solutions aux juifs, au peuple palestinien, ou à la population dans la région.


Lors de la seconde session, les intervenants ont fixé l'ordre du jour pour des débats dans les ateliers, afin d'examiner les moyens de promouvoir le boycott en tant que composante essentielle dans la lutte de tous les secteurs de la société civile palestinienne, ainsi que les critères, les programmes et les mécanismes nécessaires pour guider la campagne de boycott palestinienne et mondiale.

En se basant sur l'examen de projets communs de la société civile israélo-palestinienne (des projets de "peuple à peuple") dans les domaines du sexe, des jeunes et des efforts de "construction d'un récit historique commun," le Dr Islah Jad de PACBI a démontré comment ces projets ont miné l'identité palestinienne et le combat pour la liberté en donnant une fausse impression d'"équilibre" et de possibilité d'aboutir à porter au "même niveau" l'oppresseur et l'opprimé, au lieu de de mettre fin totalement à l'oppression.
Alors que les donateurs occidentaux continuent à encourager de tels projets, a-t-elle dit, tous les Palestiniens doivent procéder, avant leur engagement, à un examen minutieux sur la base des critères mis au point par la campagne de BDS.


Adnan Ateyah, s'exprimant au nom d'OPGAI, a expliqué les critères de la campagne de BDS et a souligné le caractère stratégique de cette campagne qui a pour but non seulement de mettre fin à l'occupation militaire en place depuis 1967, mais aussi de contester l'idéologie d'Israël, le sionisme et ses relations internationales.

Jamal Jum'a de la Campagne Contre le Mur d'Apartheid a indiqué que la campagne de boycott était un outil efficace pour soutenir les agriculteurs palestiniens et la construction d'une économie palestinienne de conservation de la terre par opposition aux grandioses "projets de développement" qui ont eu pour effet de consolider la dépendance à l'égard de l'occupation.

Il a souligné la nécessité d'unifier l'analyse politique, la terminologie et les campagnes, et de promouvoir la campagne de BDS à l'échelle nationale.
L'opposition à la normalisation doit être un élément crucial de la campagne, a-t'il déclaré, afin de renforcer une cohésion palestinienne et donner un signal à la population et aux dirigeants. Globalement, a ajouté Jum'a, le mouvement de BDS est devenu aujourd'hui tellement répandu et diversifié que le lobby sioniste ne peut plus le détruire; seule une normalisation palestinienne peut le faire.


Recommandations (des trois ateliers parallèles)

Un consensus s'est dégagé parmi les participants que la construction de la résistance civile est une priorité à l'heure actuelle. Les travaux sur la campagne palestinienne de BDS doivent être vus dans ce contexte et mener à la formation d'une approche globale du Comité directeur de la Campagne.

Les recommandations complémentaires comprennent :

1. Pour la campagne palestinienne locale de BDS

Généralités : l'emploi des Palestiniens en Israël et dans les colonies juives doit être exclu du boycott, parce que c'est une source de revenus qui n'a pas de substitut actuel.

Boycott des consommateurs
• Étude des produits israéliens sur le marché palestinien: Quels sont-ils? Où sont-ils distribués? Comment entrent-ils ?
• Identifier les produits qui ont des alternatives palestiniennes (ou autres) et mobiliser massivement pour le boycott des consommateurs à leur encontre;
• Mobiliser la pression pour empêcher l'entrée des produits israéliens (par exemple, mettre en place des boîtes pour les plaintes du public) où des alternatives locales existent;
• Commencer le dialogue avec les entreprises palestiniennes au sujet des moyens de soutenir les produits nationaux palestiniens et élargir l'emploi de la main-d'œuvre palestinienne.


Education
• Entreprendre un examen du programme scolaire palestinien pour garantir l'exactitude historique;
• Sensibiliser et travailler avec les élèves dans les écoles et les universités pour diffuser la culture du boycott;
• Demander au Ministère de l'Education d'exhorter les écoles privées à cesser de vendre des produits israéliens (dans les cafétérias), et de ne pas s'engager dans des projets de normalisation avec des organisations israéliennes.


Sensibilisation des médias et du public
• Pression sur les médias palestiniens pour qu'ils mettent un terme à la diffusion de toutes les publicités pour des produits israéliens;
• Organiser des campagnes de sensibilisation (affiches, autocollants, etc) à propos du boycott, et demander le soutien de la presse locale.


Mécanismes pour la construction et la promotion de la campagne
• Former des comités populaires de boycott dans toutes les régions et les secteurs dans le but : sensibiliser le public sur l'importance de la campagne et sur les critères d'un boycott et d'une lutte contre la normalisation, lancer une action pour construire une culture populaire du boycott et mettre en place une réponse à ceux qui insistent sur la normalisation;
• Renforcer la pression sur les responsables palestiniens pour qu'ils mettent fin à la normalisation avec Israël (fin de la coordination sur la sécurité, annuler le Protocole de Paris sur la coopération économique, etc);
• Exprimer un soutien des palestiniens aux luttes dans le "Sud" (par exemple, en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie), afin de renforcer un soutien réciproque.



2. Pour la Campagne dans le monde Arabe

• Rechercher une coopération et une coordination avec les comités de lutte contre la normalisation dans le monde arabe;
• Faire pression pour réactiver le Comité de Boycoot de la Ligue Arabe;
• Accroître la visibilité de BDS dans les grands médias arabes;
• Encourager les investisseurs arabes à investir dans l'économie palestinienne;
• Promouvoir les produits palestiniens dans les pays arabes.



3. Pour la Campagne internationale/mondiale

Stratégie et Message
• Souligner que la campagne de BDS ne cible pas seulement l'économie israélienne, mais elle remet en cause la légitimité d'Israël, en tant qu'Etat colonial et d'apartheid, dans le cadre de la communauté internationale. Par conséquent, des efforts sont nécessaires non seulement pour promouvoir le boycott des consommateurs, mais aussi les boycotts dans les domaines universitaires, culturels et sportifs;
• La campagne pour les 60 ans de la Nakba de 2008 est une campagne pour le boycott d'Israël, comprennant des appels au boycott des célébrations des "60 ans d'Israël".


Cibles
• Sélectionner des cibles de boycott qui donnent l'occasion d'informer le public sur le régime d'apartheid d'Israël.


Alliances
Tout en continuant le travail avec les principaux alliés (potentiels) (par exemple, les syndicats, les organisations confessionnelles/églises, les partis politiques), accorder une attention particulière :
• aux correspondants des médias palestiniens et Arabes dans les différents pays respectifs : les informer sur les initiatives de BDS et les encourager à en informer le public en Palestine et dans le monde arabe;
• Soutien aux autres luttes dans le "Sud" et aux luttes des communautés marginalisées dans le "Nrd", et encourager les liens avec la campagne mondiale de BDS;


Coordination :
• Pour le moment, l'utilisation des sites Web existants (par exemple PACBI), et mettre à jour les listes et coordonner les actions et les campagnes mondiales, jusqu'à ce qu'un site Web centralisé de BDS puisse assumer ce rôle;
• Pour le moment, le Réseau international de Coordination pour la Palestine (ICNP) sert de réseau (symbolique et temporaire) pour une coordination de la campagne mondiale de BDS;
• Les participants ont recommandé une conférence spéciale des organisateurs de BDS qui se tiendra en novembre 2008, afin de formaliser et d'améliorer le mécanisme de coordination mondiale.




La conférence était organisée par le Réseau des ONG palestiniennes (PNGO), la coalition OPGAI, PACBI et la Campagne de lutte contre le Mur d'Apartheid. Le comité d'organisation exprime ses remerciements à Muwatin, l'Institut palestinien pour l'Etude de la Démocratie, OPGAI-Palestine occupée et Golan Heights Advocacy Initiative, BADIL Resource Center, PMRS-Palestinian Medical Relief Society, UHWC-Union of Health Work Committees, UAWC-Union of Agricultural Relief Work Committees qui ont rendu possible cette conférence.

Merci également à Watan TV pour la couverture, la diffusion médiatique, et l'aide de volontaires qui ont aidé à la logistique.

Ce rapport a été préparé par la Conférence du Comité Directeur

Voir l'Appel au Boycott, aux Sanctions et aux Retraits des Investissements contre Israël de la Société civile palestinienne de 2005

Source : http://stopthewall.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Boycott

Même auteur

Stop The Wall

Même date

2 décembre 2007