Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1871 fois

Monde -

La Confédération syndicale internationale demande la levée du blocus de Gaza (condamne le boycott d'Israël et ne vire pas la Histadrout, ajout ISM)

Par

L'affaire de la "flottille de la liberté", menée contre le blocus israélien de la bande de Gaza, a fait des vagues jusqu'au congrès de la Confédération syndicale internationale (CSI), réuni de 21 au 25 juin à Vancouver (Canada). Près d'un mois après la sanglante opération israélienne qui a fait neuf morts parmi les militants pro-palestiniens, certains syndicats ont tenu à ce que le congrès prenne position.

La rumeur d'une demande d'exclusion de la CSI du syndicat israélien Histadrut a même couru. En fait, explique Rudy De Leeuw, président de la FGTB (Fédération générale du travail de Belgique), "notre congrès du début juin, en Belgique, avait exigé que le syndicat israélien se ressaisisse et soit plus clair sur la politique menée par son gouvernement". Le syndicaliste belge précise que si tel n'était pas le cas, son organisation demanderait une "mise à l'écart" d'Histadrut.

D'exclusion, il n'a pas été question à Vancouver, mais la tension a été palpable dans la commission des résolutions. Dans un congrès serein, où les points de désaccord étaient limités entre les quelque 1 400 délégués, le principal syndicat sud-africain, la Cosatu, a proposé un amendement demandant que la CSI s'engage en faveur du boycottage d'Israël, qualifié d'"Etat d'apartheid". Pour Bheki Ntshalistshali, son président, "il est de la responsabilité du syndicalisme de forcer Israël à appliquer les résolutions des Nations unies et à lever l'embargo".

Le syndicat sud-africain, sensible naturellement aux questions d'apartheid, a néanmoins retiré son amendement le plus controversé, celui sur le boycottage. La résolution finale, légèrement modifiée pour tenir compte d'autres amendements, demande entre autres "la démolition du mur" de séparation, la "levée du blocus à Gaza".

"LA SOLUTION, C'EST LA COEXISTENCE DE DEUX ETATS"

Si un accord a finalement été trouvé, Guy Ryder, le secrétaire général de la CSI, reconnaît que la question est "sensible" : "Le sentiment qu'Israël ne répond pas aux attentes de la communauté internationale a été renforcé par le drame de la flottille". Mais le dirigeant préfère vanter la collaboration entre les syndicats israélien et palestinien, même si "elle est plus difficile aujourd'hui".

Dans les travées du congrès, Avital Shapira-Shabirow, directrice du secteur international d'Histadrut, parle aussi de la collaboration avec le syndicat palestinien et vante les excellentes relations de son organisation avec les syndicats dans le monde entier. Brandissant le texte de l'accord qui lie les deux organisations depuis août 2008, la militante refuse que l'on considère son organisation comme un soutien du gouvernement israélien. "Nous ne représentons pas le gouvernement, nous n'influons pas sur sa politique, martèle Mme Shapira-Shabirow. Notre travail, c'est de protéger les droits des travailleurs, y compris palestiniens."

La dirigeante d'Histadrut rappelle néanmoins que la responsabilité de ce qui arrive à Gaza repose essentiellement sur le Hamas qui ne veut pas reconnaître l'Etat d'Israël. "La solution, c'est la coexistence de deux Etats indépendants dans un respect mutuel", professe-t-elle. Dans la droite ligne de ce qu'affirme la Confédération syndicale internationale.


Pour en savoir plus sur la Histadrout et sa soi-disant "protection des travailleurs palestiniens", lire :
"La Histadrouth (Fédération générale des travailleurs israéliens) : une organisation hostile aux travailleurs et au peuple palestinien", ISM, 10.03.2009




Source : Le Monde

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Monde

Même sujet

Collabos

Même date

29 juin 2010