Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2119 fois

France -

La décision sur la libération de Georges Ibrahim Abdallah remise au 11 avril

Par

La chambre d'application des peines (cour d'appel) devait se prononcer ce jeudi sur un appel du parquet, qui n'est pas d'accord avec le choix du tribunal d'application des peines (TAP) de Paris de reporter l'examen de cette demande de libération conditionnelle dans l'attente d'un hypothétique arrêté d'expulsion signé par le ministère de l'Intérieur. Mais son délibéré a été prorogé au 11 avril, a-t-on indiqué de source judiciaire.

La décision sur la libération de Georges Ibrahim Abdallah remise au 11 avril

Manifestation devant l'ambassade de France à Beyrouth, le 19 mars 2013
Le parquet considère que compte tenu de l'absence de cet arrêté d'expulsion, le TAP aurait dû déclarer la demande de libération conditionnelle irrecevable. Or le TAP a déjà reporté à deux reprises l'examen de la demande de libération, en novembre puis en janvier, comme s'il voulait laisser la possibilité au ministère de l'Intérieur de prendre cet arrêté indispensable à la sortie de prison de M. Abdallah.

Mercredi soir, des affrontements ont éclaté devant la résidence de l'ambassadeur de France à Beyrouth entre forces de sécurité et des partisans de l'ancien activiste libanais détenu en France, a rapporté l'Agence nationale d'information (ANI, officielle). Selon l'ANI, les échauffourées ont éclaté lorsque les manifestants ont tenté de dépasser les barricades devant la résidence de l'ambassadeur.

(...)

Le collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah a maintes fois dénoncé le retard et la procrastination de la justice française dans ce dossier.

Dans leur première décision d'ajournement, le 21 novembre 2012, les juges français avaient émis un avis positif sur cette demande de remise en liberté à laquelle le parquet est opposé.

Si la cour d'appel venait à considérer que le TAP n'aurait pas dû ajourner sa décision, elle devrait nécessairement statuer elle-même sur le fond de la demande de libération conditionnelle et, logiquement, la rejeter, en l'absence d'arrêté d'expulsion.

L'ancien chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), arrêté en 1984 puis condamné à perpétuité pour complicité dans les assassinats de deux diplomates, un Américain et un Israélien, en est à sa huitième demande de libération conditionnelle.

Si en revanche la cour d'appel confirmait la décision d'ajournement, le TAP aurait la possibilité de fixer une nouvelle date d'examen de la demande de libération conditionnelle. Il risquerait alors de buter une nouvelle fois sur l'absence d'arrêté d'expulsion...

Les soutiens de l'ancien militant, âgé de 61 ans et détenu à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), l'estiment "séquestré par l'État français sur pressions états-uniennes". Le département d'Etat ainsi que des élus de toutes tendances du Congrès américain avaient réitéré mi-janvier leur opposition à une sortie de prison.

Source : L'Orient Le Jour

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

L\'Orient Le Jour

Même date

21 mars 2013