Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1965 fois

Israël -

La guerre contre le Liban avait été planifiée depuis plusieurs mois (Olmert)

Par

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a déclaré à la Commission Winograd (chargée d’enquêter sur le fiasco de l’agression israélienne contre le Liban en juillet 2006, nd)] que sa décision de répliquer à l’enlèvement de soldats israéliens au moyen d’une opération militaire de grande ampleur avait – déjà – été prise au mois de mars 2006, soit quatre mois avant le déclenchement de la guerre (israélienne) contre le Liban, l’été dernier.

La commission Winograd, qui enquête sur la deuxième guerre du Liban, devrait rendre public un rapport intermédiaire avant la fin du mois. Elle a [charitablement…, ndt]envoyé certains témoignages recueillis à des avocats représentant des personnes susceptibles d’être lésées par ses conclusions.

Olmert a témoigné devant la commission Winograd le 1er février. Les questions de la commission se sont focalisés sur trois aspects centraux : les circonstances ayant entouré la nomination d’Amir Péretz en qualité de ministre de la Défense ; la modalités et les fondements de la raison d’entrer en guerre le 12 juillet, quelques heures après que les réservistes Ehud Goldwasser et Eldad Regev eussent été enlevés par les combattants du Hezbollah à la frontière nord d’Israël et, enfin, la raison pour laquelle Olmert a décidé de déclencher une opération terrestre de grande envergure au Liban, à quarante-huit heures du cessez-le-feu – opération terrestre au cours de laquelle trente-trois militaires israéliens ont été tués.


Dans son témoignage, Olmert a clamé qu’il avait tenu plus de réunion consacrées à la situation au Liban qu’aucun de ses prédécesseurs récents. La première de ces réunions fut tenue le 8 janvier 2006, soit quatre jours après la nomination d’Olmert au poste détenu avant lui par Ariel Sharon, devenu un légume.

Des réunions furent tenues ultérieurement, durant les mois de mars, avril, mai et juillet, après l’enlèvement du caporal Gilad Shalit dans la bande de Gaza.

Avant sa comparution devant la commission, le major général Gadi Shamni, attaché militaire d’Olmert, a présenté aux membres qui la composent le calendrier des réunions consacrées au Liban.

Le scénario présenté au cours de ces évaluations successives reflétait à chaque fois des incidents antérieurs : enlèvement de soldats capturés en territoire israélien, accompagnés d’intenses échanges d’artillerie par-dessus la frontière.

Le chef d’état major israélien de l’époque, Dan Halutz, a dit qu’un incident de cette nature ne manquerait pas d’avoir des conséquences très importantes pour la capacité de dissuasion d’Israël.

Il a précisé qu’Israël ne pourrait faire montre de retenue dans le cas d’un enlèvement (de soldats) dans le Nord (d’Israël), et qu’Israël se devait de répliquer. Olmert a indiqué avoir adopté cette position.

Au cours d’une réunion tenue en mars 2006, Olmert avait demandé aux commandants des armées s’il existait des plans opérationnels en vue d’une telle possibilité. Les commandants avaient répondu : "positif !".

Olmert avait alors demandé à voir ces plans, ce à quoi les commandants avaient demandé : "Pourquoi donc ?".
Olmert avait alors répondu qu’il ne voulait pas se trouvé confronté à la nécessité de prendre de décision dans l’urgence, en cas d’enlèvement (de soldat(s)), et qu’il préférait prendre une décision tout de suite.

Les différentes options lui ayant été exposées, Omert retint un plan modéré [sic… ndt], comportant des attaques aériennes accompagnées d’une offensive terrestre limitée. A l’époque, Shaul Mofaz était ministre de la Défense.


La Commission Winograd a demandé à Olmert ce qu’il pensait que son prédécesseur aurait fait, à sa place. Olmert a répondu qu’à la suite de la tentative du Hezbollah, en novembre 2005 (laquelle tentative avait échoué) d’enlever des soldats des Forces Israéliennes de Défonce [oups : de Défense… décidément !, ndt] dans le village frontalier de Ghajar, Sharon avait donné à l’armée l’ordre de préparer une "liste de cibles" en vue d’une réplique militaire contre le Liban.

Cette liste comportait une attaque aérienne contre des fusées à longue portée de type Fajr et Zilzal, lesquelles furent (effectivement) détruites par un raid aérien effectué durant la première nuit de guerre (en juillet 2006, ndt). Sharon avait dit alors que le statu quo, avec des raids incessants du Hezbollah, ne pouvait pas perdurer. Olmert a dit à la commission s’être comporté exactement comme l’aurait fait Sharon.


Il a déclaré qu’il avait décidé, au cours de réunions antérieures, que l’objectif d’Israël, dans toute opération éventuelle, serait de faire appliquer la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’Onu, prônant le déploiement de l’armée libanaise sur la longueur de la frontière israélienne, ainsi que le désarmement du Hezbollah.

En mai 2006, Olmert fut informé par le chef (à l’époque) du Conseil national de sécurité israélien, Giora Eiland, ainsi que par l’ancien Premier ministre israélien Ehud Barak, de l’acceptation éventuelle, par le gouvernement libanais, de la mise en application de la Résolution 1559, en échange d’un retrait israélien des Fermes de Shebaa.

Olmert pensait qu’il était préférable de faire mettre en application cette résolution au moyen de la diplomatie, et il souleva cette question lors de ses rencontres avec le président états-unien George Deubeuliou Bush, le Premier ministre Tony Blair et le Président français Jacques Chirac.

En ce qui concerne la décision d’élargir l’offensive terrestre, juste avant la fin de la guerre, Olmert a dit qu’il voulait influencer les délibérations au Conseil de sécurité de l’Onu, afin que le projet de résolution 1701 appelant à un cessez-le-feu fût amendée dans un sens favorable à Israël.

Olmert a indiqué que le matin du jour où il a pris cette décision, il avait reçu un projet (de résolution) reflétant la position franco-libanaise, qui n’avait pas l’heur de plaire à Israël. L’opération terrestre de grande envergure visait à exercer une pression sur les pays membres du Conseil de sécurité, a-t-il précisé.

Ruth Gavison, membre de la commission Winograd, interrompit alors Olmert, disant que bien que persuadée que cette opération ultime a été un « grand succès » [on ne rit pas ! ndt], elle voulait savoir pourquoi elle n’avait pas été entreprise avant ?

Olmert a répondu qu’eussent des offensives terrestres israéliennes été entreprises avec succès, Israël ne se serait pas retrouvé dans la situation où il s’est retrouvé à la fin de la guerre.

En excipant de la déclaration de Mme Gavison, Olmert a conclu son témoignage en ayant le sentiment d’avoir convaincu la commission qu’il avait pris la décision appropriée, en préconisant l’opération terrestre finale.

Il a dit à ses conseillers qu’il ressortait lessivé de sa déposition, mais qu’il avait le sentiment que la commission avait admis son point de vue.

La Commission Winograd a également demandé à Olmert si la nomination de Péretz au poste de ministre de la Défense avait bien été avisée ? Il a répondu que le portefeuille de la Défense avait été confié au parti travailliste lors du partage des postes du gouvernement de coalition, et que c’était le parti travailliste qui avait imposé ses ministres.

Le chef de cabinet d’Olmert, Yoram Turbowicz, a remis à la Commission Winograd les courriers diplomatiques échangés durant le conflit.

Il a indiqué que dès le premier jour de la guerre, la Secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice avait conféré avec Olmert et avait demandé qu’on ne tire pas le tapis de dessous les pieds du Premier ministre libanais Fouad Siniora. Israël comprit alors que cela signifiait qu’il convenait que l’infrastructure du Liban ne fût point détruite, même si l’armée israélienne en avait à l’origine décidé autrement.

Dov Weissglas [le type du formol, ndt] , conseiller du Premier ministre Ariel Sharon, a expliqué la politique de contention, tout au long de la frontière avec le Liban, laquelle politique devait, en principe, éviter une confrontation sur deux fronts à la fois : avec les Palestiniens (au Sud) et avec le Hezbollah (au Nord).

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : Marcel Charbonnier

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Même auteur

Aluf Benn

Même date

8 mars 2007