Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1589 fois

Europe -

La société civile irlandaise appelle au boycott d’Israël

Par

L’occupation peut se terminer si la communauté internationale exerce une pression politique et économique sur Israël. Sachant cela, le peuple palestinien appelle continuellement la communauté internationale à intervenir.

La société civile irlandaise appelle au boycott d’Israël

LETTRE OUVERTE

Les bombardements israéliens à Gaza ont tué plus de 1.300 Palestiniens, dont un tiers d’enfants. Des milliers de personnes ont été blessés. Beaucoup des victimes s’étaient réfugiés dans les structures de l’ONU clairement identifiables.

Cette attaque a eu lieu à la suite d’années de blocus économique par Israël. Ce blocus, qui est illégal selon la législation humanitaire internationale, a détruit l’économie de Gaza et condamné sa population à la pauvreté. Selon un rapport de la Banque Mondiale de septembre dernier, « 98% des opérations industrielles de Gaza sont maintenant au point mort. »

La récente attaque contre Gaza n’est que la dernière dans l’oppression israélienne du peuple palestinienne et l’appropriation de sa terre.

Israël n’a jamais déclaré ses frontières. Il s’est au contraire continuellement agrandi aux dépens des Palestiniens. En 1948, il s’est emparé de 78% de la Palestine, un territoire bien plus grand que celui qui avait été suggéré pour un Etat juif par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1947. En violation de à la loi internationale, Israël a expulsé plus de 750.000 Palestiniens de leurs maisons. Ces réfugiés et leurs descendants, qui sont maintenant des millions, sont toujours dispersés partout dans la région. Ils ont le droit, selon la loi internationale, à revenir chez eux. Ce droit a été souligné par l’Assemblée Générale des Nations Unis à de nombreuses reprises, à commencer par la Résolution 194 en 1948.

En 1967, Israël a occupé les 22% restant de la Palestine : la Cisjordanie et Gaza (1). Contrairement à l’article 49 de la Quatrième Convention de Genève, Israël a construit, et continue de construire, des colonies dans les territoires occupés. Aujourd’hui, près de 500.000 colons israéliens vivent dans des colonies illégales en Cisjordanie (dont Jérusalem Est) et le nombre grossit chaque jour au fur et à mesure qu’Israël élargit son programme colonial.

Israël a résisté à la pression de la communauté internationale de se conformer aux provisions sur les droits de l’homme de la législation internationale. Il a refusé de se soumettre aux demandes du Conseil de Sécurité de l’ONU de mettre fin à la construction de colonies et à démanteler celles qui ont été construites (résolutions 446, 452 et 465) et d’inverser son annexion illégale de Jérusalem Est (résolutions 252, 267, 271, 298, 476 et 478).

Depuis septembre 2000, plus de 5.000 Palestiniens, dont presque 1.000 d’entre eux étaient mineurs, ont été tués par l’armée israélienne.

11.000 Palestiniens, et parmi eux des centaines de mineurs, croupissent dans les geôles israéliennes. Des centaines sont détenus sans procès. De plus, Israël viole la loi internationale en les emprisonnant en dehors des territoires occupés, rendant ainsi presque impossible que leurs familles leur rendent visite.

Chaque année, des centaines d’habitations palestiniennes sont démolies. La population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza vit emprisonnée par des murs, des barrières et des checkpoints qui empêchent l’accès aux magasins, aux écoles, aux lieux de travail, ou hôpitaux et aux lieux de culte. Ils sont soumis à des restrictions de toutes sortes et à des humiliations rituelles quotidiennes par les soldats d’occupations et les gardes des checkpoints.

Invasion et occupation de leur terre est la réalité à laquelle les Palestiniens sont confrontés depuis des décennies et continuent d’être confrontés tous les jours, au fur et à mesure que leur pays se réduit implacablement.

A moins, et jusqu’à ce que cette agression israélienne soit stoppée, et que les droits démocratiques du peuple palestinien soient respectés, il n’y aura ni paix ni justice au Moyen Orient. 40 ans d’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza doivent cesser (2).

L’occupation peut se terminer si la communauté internationale exerce une pression politique et économique sur Israël. Sachant cela, le peuple palestinien appelle continuellement la communauté internationale à intervenir.

Nous, sous-signés, demandons ce qui suit :

. Le gouvernement irlandais doit mettre fin aux achats de produits et services militaires israéliens et doit appeler officiellement à un embargo sur les armes d’Israël.
. Le gouvernement irlandais doit demander publiquement qu’Israël inverse la construction de ses colonies, son occupation et son annexion illégales de la terre en accord avec les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU et d’user de son influence au forum international pour réaliser cette politique.
. Le gouvernement irlandais doit demander officiellement que l’accord Euro-Med, selon lequel Israël a un accès privilégié au marché de l’Union Européenne, soit suspendu tant qu’Israël ne respecte pas la loi internationale.
. Le gouvernement irlandais doit opposer son veto à toute proposition de rehaussement des relations de l’Union Européenne avec Israël.
. Le peuple irlandais doit boycotter tous les produits et services israéliens jusqu’à ce qu’Israël obéisse à la législation internationale.

Cette lettre a fait l’objet d’une publication pleine page dans The Irish Times le 31 janvier 2009. Voir la lettre et les signataires (PDF).

Note ISM
1. et Jérusalem Est.
2. Israël occupe la terre palestinienne depuis 60 ans. La référence à « 40 ans » est en contradiction avec la revendication de Ireland Palestine Solidarity Campaign de l’application de la Résolution 194 sur le droit au retour des réfugiés.

Source : Electronic Initifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

Boycott

Même auteur

Ireland Palestine Solidarity Campaign

Même date

6 février 2009