Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1844 fois

Palestine -

Le Centre pour la Justice demande que les avocats soient autorisés à rendre visite aux prisonniers dans les prisons israéliennes

Par

Le système pénitentiaire israélien empêche les avocats de rendre visite à leurs clients si le rendez-vous n'est pas fixé longtemps à l'avance.
Le Centre pour la Justice a déposé une plainte auprès de la cour israélienne contre l'article 4 (a) du Bureau des Prisons n° 04.34.00, qui est utilisé par l'Autorité des prisons pour limiter les visites légales.

La plainte déposée samedi dit entre autre :
"L'ambiguïté et le manque de clarté dans la langage permettent à l'Autorité des prisons de l'interpréter de façon aléatoire et seulon leur bon vouloir. Cela mène à un préjudice envers l'autorité de la loi."

En conséquence les plaintifs demandent que la loi, habituellement violée par une auto-interprétation, soit revue et que les avocats soient autorisés à rendre des visites, indépendamment de la date à laquelle les rendez-vous sont fixés.

Un autre problème que le Centre pour la Justice espère atténuer en obtenant un changement de la loi, c'est l'arrêt aléatoire des visites légales pendant des jours par les Israéliens pour la raison vague et surutilisée : "la sécurité".

Pendant plus de deux mois, trois membres du Conseil Législatif Palestinien se sont vus refuser des visites légales. L'administration des prisons israéliennes prétend que les avocats et les prisonniers politiques n'ont pas coordonné leurs rendez-vous assez lontemps à l'avance.

La plainte a été déposée par l'avocat Abir Bakr du Centre pour la Justice au nom d'autres avocats, y compris Fadi Al Qawasmi.

La plainte détaille plusieurs exemples dans lesquels des avocats ont été empêchés de rencontrer les prisonniers politiques qu'ils représentent.

On dit que les Palestiniens à l'intérieur des prisons font face à des dangers de santé supplémentaires, à des violations de droits de l'homme, et à plus de difficulté dans le système de tribunal militaire quand les visites légales sont habituellement soit reportées soit rejetées.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Amin Abu Warda

Même date

10 septembre 2006