Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1921 fois

Gaza -

Le Hamas accuse Dahlan de "tentative d'assassinat" de Haniyeh

Par

15-12-2006 09:57:20 - FRS0190 30417 /AFP-YT27

Le Hamas a accusé vendredi le député et homme fort du Fatah dans la bande de Gaza, Mohammad Dahlane, d'être derrière une "tentative d'assassinat" visant le Premier ministre islamiste, Ismaïl Haniyeh, la veille au terminal de Rafah.
"Il s'agit d'une tentative d'assassinat exécutée par des traîtres emmenés par Mohammad Dahlane", a déclaré le porte-parole du Hamas, Ismaïl Radouane, lors d'une conférence de presse à Gaza.

Le Hamas accuse Dahlan de 'tentative d'assassinat' de Haniyeh

"Mohammad Dahlane porte personnellement la responsabilité de cette tentative d'assassinat", a ajouté le porte-parole.

M. Dahlane, un ancien ministre en charge de la sécurité et ancien chef des services de la Sécurité préventive, est l'un des critiques les plus durs du gouvernement palestinien issu du Hamas. Il est aussi la bête noire du Hamas.

Un garde de M. Haniyeh été tué dans les tirs contre son convoi alors qu'il s'apprêtait à quitter jeudi soir le terminal de Rafah, où il est resté bloqué près de huit heures, côté égyptien, en raison du refus israélien de le laisser passer dans la bande de Gaza avec des millions de dollars collectés lors d'une tournée dans des pays musulmans, notamment en Iran.

Le Hamas a accusé la garde présidentielle relevant du président palestinien Mahmoud Abbas, qui assure la sécurité au terminal, d'avoir ouvert le feu pour tenter d'assassiner M. Haniyeh. La garde présidentielle a catégoriquement démenti.

"Les membres de la garde présidentielle relèvent du président Abbas et celui-ci doit assumer ses responsabilités en faisant traduire les criminels en justice", a ajouté M. Radouane lors de la conférence de presse.

Il a également appelé M. Abbas à retirer la garde présidentielle du terminal de Rafah et des rues de Gaza "car elle n'est pas capable de protéger notre peuple".

"Ceux qui ont assassiné et blessé des gardes du Premier ministre sont connus pour nous et ils n'échapperont pas au châtiment", a-t-il averti.

Il a en outre affirmé que "la tentative d'assassinat" visait à "éclipser la réussite de la tournée" effectuée par M. Haniyeh.

Le député du Hamas Moushir Al-Masri s'est en également violemment pris à M. Dahlane le qualifiant de "putschiste en chef au sein du Fatah". "Il a commandité cette tentative lâche d'assassiner le Premier ministre et il est responsable de l'anarchie qui ravage les territoires palestiniens", a-t-il dit.

az-ezz/mfo



Un dirigeant israélien regrette que Haniyeh ait échappé à des tirs
15-12-2006 08:25:22
Pays : ISR
GLGL
FRS0140 40562 /AFP-YL95

JERUSALEM, 15 déc 2006 (AFP)

Le vice-ministre israélien de la Défense, Ephraïm Sneh, a déclaré vendredi "qu'émotionnellement" il avait regretté que les tirs la veille dans le sud de la bande de Gaza contre le convoi du Premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh l'aient manqué.

A la question de la radio publique lui demandant "quand vous avez entendu qu'on avait tiré sur son convoi, vous ne vous êtes pas dit +dommage qu'ils l'aient manqué+ ?", M. Sneh a répondu: "Emotionnellement c'était, en effet, mon sentiment mais, en y repensant froidement, je ne crois pas que cela aurait résolu la question".

Un garde de M. Haniyeh a été tué dans les tirs contre le convoi qui venait de quitter le terminal de Rafah en direction de Gaza-ville. Cinq autres personnes ont été blessées, dont l'un des fils du Premier ministre et son conseiller politique, Ahmed Youssef, selon une source gouvernementale.

M. Sneh a justifié, par ailleurs, la décision israélienne d'empêcher la délégation gouvernementale de M. Haniyeh de rentrer dans la bande de Gaza avec une somme estimée à quelque "30 à 35 millions de dollars", collectée lors de sa tournée dans plusieurs pays arabes et musulmans, notamment en Iran.

"Nous avons fait ce qu'il fallait, l'argent est resté en dehors de la bande de Gaza", a-t-il affirmé, soulignant que, selon lui, cet argent aurait servi à "alimenter le terrorisme" contre Israël et "à renforcer le mouvement Hamas" au pouvoir.

"Le fait que Haniyeh se soit ouvertement rendu chez ses maîtres (à Téhéran) pour y demander de l'argent qui servira à détruire Israël devrait pousser Israël et d'autres nations à exiger l'expulsion de l'ONU de l'Iran du président (Mahmoud) Ahmedinejad", a déclaré de son côté le vice-Premier ministre Shimon Peres.

"Cet argent n'ira pas aux habitants de Gaza qui ont faim, mais à ceux qui font de la contrebande d'armes et prônent le terrorisme", a-t-il ajouté.

Israël accuse l'Iran du président Ahmedinejad qui appelle à "rayer" Israël de la carte de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous le couvert de son programme nucléaire civil.

De son côté, le député Yuval Steinitz du Likoud (opposition de droite) a mis en garde contre la menace de la "constitution d'un front irano-palestinien" et a appelé Israël "à réagir pour l'empêcher".

Il a notamment recommandé "une expulsion de la direction palestinienne".

"Qui aurait pu imaginer 13 ans après les accords de paix israélo-palestiniens d'Oslo qu'un Premier ministre palestinien se prononce publiquement à Téhéran pour l'éradication d'Israël et lie dans ce but un pacte stratégique avec l'Iran ?", s'est interrogé le député.

Le Hamas a accusé la garde du président palestinien Mahmoud Abbas d'avoir tenté d'assassiner M. Haniyeh en tirant sur son convoi.

La garde présidentielle, qui assure la sécurité du terminal, a nié ces accusations.

Israël a rompu tout contact avec l'Autorité palestinienne devenue "une entité terroriste" après l'entrée en fonction du gouvernement issu du Hamas qui refuse de reconnaître l'existence d'Israël, prône la poursuite de la lutte armée et refuse de respecter les accords israélo-palestiniens passés.

jp/pa/mfo


Le Hamas accuse la garde présidentielle d'avoir tenté de tuer Haniyeh

Le mouvement islamiste Hamas a accusé jeudi tard dans la soirée la garde du président palestinien Mahmoud Abbas, d'avoir voulu assassiner le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh, en ouvrant le feu sur son convoi sortant du terminal de Rafah.
Ces tirs étaient "une tentative planifiée par la Force 17 (la garde présidentielle) pour assassiner le frère Ismaïl Haniyeh.

Nous demandons à Mahmoud Abbas de donner des ordres pour retrouver les auteurs des tirs", a affirmé à l'AFP le porte-parole du mouvement islamiste Fawzi Barhoum.

Un garde du corps de M. Haniyeh a été tué, l'un de ses fils, Abdel Salam Haniyeh, a été blessé ainsi que son conseiller politique, Ahmed Youssef, dans des tirs contre son convoi au moment où il quittait le terminal de Rafah, selon une source gouvernementale.

Les tirs ont fait en tout cinq blessés outre le tué, Abdel Nassar Rahman, âgé de 20 ans. L'un des blessés est dans un état grave, selon cette source.

Un haut responsable de la garde présidentielle a démenti ces accusations.

"Ces déclarations sont fausses et honteuses. Nous sommes là pour protéger la sécurité du terminal. Nous avons protégé le convoi du Premier ministre et avons pris contact avec les observateurs européens en ce sens", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Quand les partisans du Hamas ont pris d'assaut le terminal nous nous sommes retirés pour éviter des affrontements", a-t-il ajouté, soulignant que cinq membres de la garde présidentielle avaient été blessés "par des tirs de grenades du Hamas".

M. Haniyeh, bloqué pendant près de huit heures au terminal de Rafah, point de passage avec l'Egypte, a pu regagner la bande de Gaza tard dans la soirée, mais apparemment sans l'argent qu'il transportait.

Il avait été bloqué en raison du refus des autorités israéliennes de le laisser passer avec plusieurs millions de dollars qu'il avait récoltés à l'étranger.

Suite à ce refus, des partisans du Hamas ont mis à sac le terminal, brisant des vitres, arrachant des sièges et dégradant des meubles, avant de l'évacuer dans la soirée.

Des accrochages armés ont opposé durant plusieurs heures des activistes armés du Hamas à la garde présidentielle palestinienne chargée de la sécurité au terminal et dont les membres tentaient en vain de repousser les manifestants.

Mais peu avant 22H00 (20H00 GMT), les émeutiers ont quitté le bâtiment dont la garde présidentielle a repris le contrôle, suite à des appels par hauts parleurs de la direction du Hamas à évacuer les lieux.



Compromis israélo-égyptien pour laisser Haniyeh regagner la bande de Gaza

L'Egypte et Israël sont parvenus à un compromis pour laisser le Premier ministre palestinien issu du Hamas Ismaïl Haniyeh regagner la bande de Gaza jeudi soir après avoir été bloqué au terminal frontalier de Rafah, a-t-on appris de source sécuritaire égyptienne à Gaza.

Aux termes du compromis, le terminal, fermé à la demande d'Israël, sera rouvert pour permettre à M. Haniyeh de se rendre dans la bande de Gaza, mais il laissera en Egypte une importante somme d'argent dont il était en possession, a précisé la source.

Cette somme -- 35 millions de dollars selon des sources sécuritaires -- sera déposée dans une banque égyptienne qui se chargera de la verser sur le compte de l'Autorité palestinienne auprès de la Ligue arabe, a ajouté la source.

Ce compromis a été négocié entre le chef du service des Renseignements égyptiens, le général Omar Souleimane, et des officiels israéliens, selon la source.

Des centaines d'activistes armés du Hamas ont occupé le terminal de Rafah après sa fermeture par Israël pour empêcher M. Haniyeh de regagner le territoire palestinien avec les fonds.

A l'annonce de sa prochaine arrivée, des centaines d'autres sympathisants du Hamas se sont rassemblés devant le terminal, scandant des slogans à sa gloire et tirant des rafales en l'air.

Côté égyptien, des forces anti-émeutes ont été déployés pour éviter tout débordement.

M. Haniyeh rentrait à Gaza après avoir décidé d'écourter une tournée qui l'a conduit depuis le 28 novembre dans plusieurs pays arabes et en Iran.

Plusieurs responsables du Hamas ont franchi ces derniers mois le terminal de Rafah avec d'importantes sommes en espèces après des visites à l'étranger.

Les banques refusent de transférer des fonds au profit du gouvernement issu du Hamas de crainte de sanctions, le mouvement islamiste étant considéré comme une organisation terroriste aux Etats-Unis et en Europe.



Israël tente d'empêcher le Premier ministre palestinien de rentrer à Gaza

Des centaines d'activistes armés du Hamas ont occupé jeudi le terminal de Rafah entre l'Egypte et la bande de Gaza après sa fermeture par Israël pour empêcher le Premier ministre palestinien Ismaïl Haniyeh de regagner le territoire palestinien avec une importante somme d'argent, ont indiqué des témoins.

Les activistes de la branche armée du Hamas et de la "force exécutive" relevant du ministère de l'Intérieur contrôlé par le mouvement islamiste ont fait irruption dans le terminal, forçant deux portails, et occupé les différentes salles, selon un correspondant de l'AFP sur place.

D'autres activistes armés se sont rassemblés devant le terminal scandant des slogans à la gloire de M. Haniyeh. L'arrivée des hommes armés a provoqué des scènes de cohue parmi les voyageurs qui venaient d'arriver d'Egypte.

La porte-parole des observateurs européens déployés au terminal, Maria Telleria, a affirmé à l'AFP que ceux-ci "ont été évacués".

"Nous n'avons pas une idée claire sur ce qui se passe mais des groupes ont pris d'assaut le terminal et des tirs ont été entendus", a-t-elle ajouté.

Les membres de la garde présidentielle palestinienne déployés au terminal ont en effet tiré des rafales en l'air pour tenter de repousser les hommes armés mais en vain.

M. Haniyeh est bloqué dans la partie égyptienne du terminal qu'Israël a fermé pour l'empêcher de regagner Gaza "avec des dizaines de millions de dollars".

Une source de sécurité au terminal a pour sa part affirmé que le Premier ministre palestinien était en possession de 35 millions de dollars.

Une autre source de sécurité avait annoncé plus tôt que "le ministre (israélien) de la Défense Amir Peretz a ordonné la fermeture du terminal de Rafah pour empêcher que des dizaines de millions de dollars arrivent à Gaza avec Haniyeh".

"Nous n'allons pas empêcher Haniyeh d'entrer à Gaza mais empêcher l'argent qui servira au financement d'activités terroristes", a pour sa part déclaré à l'AFP un responsable israélien sous couvert d'anonymat.

Selon une source de sécurité égyptienne, l'Etat hébreu a fermé le terminal de Rafah dès que l'avion de M. Haniyeh s'est posé à l'aéroport d'Al-Arich.

D'après elle, les autorités israéliennes avaient d'abord demandé que M. Haniyeh n'emprunte pas le point de passage à bord de voitures de l'ambassade palestinienne en Egypte, avant de décider la fermeture du terminal.

Le terminal de Rafah, seule fenêtre de la bande de Gaza vers le monde extérieur, a été rouvert en novembre 2005, deux mois après le retrait israélien de la bande de Gaza.

Sa réouverture a fait l'objet d'un accord israélo-palestinien parrainé par les Etats-Unis et prévoyant notamment le déploiement dans le terminal d'une équipe d'observateurs européens. Aux termes de cet accord, le terminal ne peut fonctionner qu'en étroite coordination entre Israël, qui y dispose de caméras de surveillance, les Palestiniens, l'Egypte, et des observateurs européennes. Un refus d'Israël de coordonner les opérations entraîne la fermeture du point de passage.

M. Haniyeh rentrait à Gaza après avoir décidé d'écourter une tournée qui l'a conduit depuis le 28 novembre dans plusieurs pays arabes et en Iran.

Plusieurs responsables du Hamas ont franchi ces derniers mois le terminal de Rafah avec d'importantes sommes en espèces après des visites à l'étranger.

Les banques refusent de transférer des fonds au profit du gouvernement issu du Hamas de crainte de sanctions, le mouvement islamiste étant considéré comme une organisation terroriste aux Etats-Unis et en Europe.

Source : http://fr.news.yahoo.com/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Refus d entrer

Même auteur

AFP

Même date

14 décembre 2006