Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2531 fois

Gaza -

Le martyr Said Siyam en quelques lignes...

Par

Said Siyam est le leader le plus important du mouvement de résistance Hamas a être devenu martyr depuis le début de l’offensive israélienne contre la Bande de Gaza. Siyam, son fils, son frère Iyad et la famille de son frère, sont morts lorsqu’un missile israélien a frappé la maison de son frère à Gaza ville le 15 janvier.

Le martyr Said Siyam en quelques lignes...

L’armée israélienne dit qu’il a été tué lors d’une opération conjointe menée par le Commandement Sud israélien et les services secrets du Shin Bet.

Le Ministre de l’Intérieur du gouvernement Hamas avait 52 ans et supervisait des milliers de membres de la Force Exécutive, une organisation paramilitaire. Il avait six enfants, deux garçons et quatre filles.

On dit aussi qu’il était l’un des trois membres de la « direction collective » du Hamas à Gaza depuis 2004, qui avait été créée après l’assassinat par Israël de Sheikh Ahmad Yassin et d’Abdel Aziz Rantissi.

Siyan était né en 1959 dans le camp de réfugiés de Shati, près de Gaza ville, après que ses parents aient fui leur maison du village d’Al-Jura, près de ce qui est maintenant la ville israélienne d’Ashkelon, pendant la guerre arabo-israélienne de 1948.

Après des études secondaires à Gaza ville, Siyam avait obtenu un diplôme en sciences et mathématiques, puis un diplôme d’études islamiques de l’Université ouverte d’Al-Quds.

Il enseigna ensuite dans les écoles locales de l’UNWRA, jusqu’en 2003.

On ne sait pas quand Siyam a rejoint le Hamas, qui avait été créé par les Frères Musulmans Palestiniens à la suite du premier soulèvement de masse – Intifada – contre l’occupation israélienne en 1987.

Cependant, des rapports palestiniens disent qu’il a été arrêté au moins quatre fois par Israël entre 1989 et 1992 pour sa participation à des activités du Hamas.

Plus tard en 1992, Israël l’a expulsé, ainsi que les dirigeants du Hamas Abdel-Aziz Rantissi, Mahmoud Zahhar et Ismail Haniya, et plus de 400 autres responsables, au sud Liban.

Siyam a été à nouveau incarcéré pendant quelques mois en 1995, peu après son retour à Gaza, mais cette fois par l’Autorité Palestinienne, contrôlée par le principal rival du Hamas, le Fatah.

Dans les années suivantes, Siyam s’est élevé dans la hiérarchie du Hamas, prêchant à la mosquée locale et se rapprochant de plus en plus du leader spirituel du mouvement, Sheikh Yassin, qui avait été libéré des prisons israéliennes en 1997, et de son leader politique en exil, Khaled Meshaal.

A la fin de sa carrière d’enseignant en 2003, il est devenu membre du Bureau Politique du mouvement et chef du département des affaires étrangères, menant des négociations avec les responsables égyptiens et iraniens, avec lesquels il entretenait des relations chaleureuses.

En Mars 2004, Sheikh Yassin et son successeur, Abdel-Aziz Rantissi, ont été assassinés à quelques jours d’intervalle. Craignant d’autres attaques, le Hamas a gardé secret le nom du successeur de Rantissi.

Mais des sources palestiniennes ont dit que Siyam avait été nommé à la direction collective du mouvement avec Mahmoud Zahhar et Ismail Haniya.

Deux années après, il était élu au Conseil Législatif Palestinien, recueillant plus de votes que tout autre candidat.

Hamas a remporté un total de 76 sièges sur 132 aux élections parlementaires, remettant en cause la longue domination du Fatah, et a été sollicité pour former un nouveau gouvernement.

Siyan fut nommé Ministre de l’Intérieur, poste par lequel il contrôlait trois des cinq services de sécurité de l’Autorité Palestinienne.

Les analystes disent que la mort de Siyam, bien qu’elle porte un coup à l’appareil de sécurité, est peu susceptible de mettre fin au défi du mouvement de résistance face à l'agression israélienne.

« Certains de nos chefs tomberont, certains de nos hommes tomberont, mais le drapeau de la résistance ne tombera pas », a déclaré Sami Abu Zuhri, porte-parole du Hamas, après le martyr de Siyam.

Source : Al Manar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

Al Manar

Même date

17 janvier 2009