Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1712 fois

Palestine -

Le médecin d’Arafat accuse : "Demandez à Abbas pourquoi il a interdit l’autopsie"

Par

Article paru sur Al-Quds al-Arabi, repris par Al Manar et traduit par le Centre Palestinien d'Information.

Le médecin particulier du leader palestinien défunt Yasser Arafat, Dr Ashraf Kurdi, a mis en doute l’efficacité de la mission confiée à la Commission spéciale pour enquêter sur les raisons de la mort d’Arafat, et qui va entreprendre son travail prochainement.

Rapporté par le quotidien arabophone Al-Quds al-Arabi, Dr Kurdi affirme que "l’autopsie du corps d’Arafat après 5 années de son décès n’aura aucune importance", signalant que les responsables de l’Autorité palestinienne avaient refusé toute autopsie directement a près sa mort.

A la question de savoir les raisons de ce refus, le médecin a obtenu comme réponse que c’est la volonté d’Abou Mazen, en allusion au chef actuel de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui occupe toujours ce poste quoique son mandat soit terminé le 9 décembre dernier.

Soupçonnant qu’Arafat ait été tué par les Israéliens, Dr Kurdi rapporte que celui-ci nourrissait les mêmes soupçons, et craignait qu’on veuille attenter à sa vie en l’empoisonnant.

Ce médecin, qui a supervisé l’état de santé du leader palestinien durant ses derniers jours, présente le diagnostic suivant : "Arafat présentait des symptômes de changement dans les globules blancs et rouges, et qui serait dus soit à un cancer, soit à un empoisonnement".

A noter que la relation entre Arafat et Abbas s’était détériorée durant la seconde intifada. Alors que le leader défunt avait laissé faire les mouvements de résistance, Abou Mazen méprisait les actes de résistance, surtout les opérations martyres et tentait de les interdire.

Disposant du soutien de l’entité sioniste et des Occidentaux, Abbas s’était alors entêté à exiger la création d’un poste de Premier ministre, non encore mis au point à cette époque, et de l’occuper.

Une fois en fonction, il s’était efforcé de prendre en main les forces de sécurités palestiniennes. En vain. D’aucuns soupçonnent Abbas par là d’avoir voulu faire avorter la résistance palestinienne. Chose qu’Arafat aurait refusé. Abbas a alors dû abandonner son poste de Premier ministre très peu de temps après sa nomination.

Elu chef de l’autorité palestinienne après la mort d’Arafat, il est accusé par de nombreux membres du Fatah, d’avoir interdit toute enquête sur les circonstances suspectes du décès de son prédécesseur .

Source : Palestine Info

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Collabos

Même auteur

Leila Mazboudi

Même date

16 avril 2009