Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2241 fois

Bethléem -

Le mur israélien va annexer 19.000 des 22.000 dunams du village Al-Khader

Par

L'avenir du village Al-Khader, près de Bethlehem, est très sombre, résultat de la construction du mur d'annexion et des bulldozers israéliens qui continuent de défoncer les terres agricoles du village pour construire le mur, qui annexera la plus grande partie de ces terres.

Le mur israélien va annexer 19.000 des 22.000 dunams du village Al-Khader

Khaleel Ismail Salah, habitant de 65 ans, rencontré sur sa terre qui va être annexée, dit que le mur tue la ville en l'étranglant lentement.

La terre de Salah est située à côté de la colonie Efrat. Par le passé, il pouvait y aller facilement mais maintenant, six ans après, elle est difficile d'accès, sauf s'il y va à dos de mulet ou si il marche.

Salah est propriétaire d'une parcelle de 200 dunams, mais parce qu'elle se trouve à côté des colonies israéliennes, il n'a pas un accès libre pour la travailler.

Les habitants d'Al Khader sont célèbres pour leurs vignobles. Mais le siège, le mur et l'impossibilité d'aller à Jérusalem empêchent les fermiers de vendre leur raisin et leurs légumes.

Salah dit aussi que les soldats soutiennent les attaques des colons et les protègent même pendant ces agressions.

"Il y a un soldat, appelé Hanania, il est le chef de la sécurité de la colonie, mais il protège toujours les colons qui attaquent les fermiers et volent leurs produits", dit-il. "Il menace de tirer sur les fermiers et de les attaquer, mais quand ceux-ci essaient de se protéger, l'armée arrive, les arrête, ou leur fait quitter la zone par la force."

"Défendre notre terre, c'est comme défendre nos vies", dit Salah. "Les colons n'aiment pas voir nos oliviers, parce que ces arbres symbolisent notre héritage, notre passé et nos racines sur cette terre."

L'armée installe maintenant des grilles en fer dans le mur pour contrôler l'entrée des fermiers sur leurs terres et vergers. Chaque fermier qui a l'intention d'aller dans son verger doit obtenir à l'avance une autorisation, qui très souvent retarde ou empêche la récolte, puisque les fermiers sont dans l'impossibilité d'aller sur leurs terres lorsque c'est nécessaire, en particulier pendant la saison agricole.

Il y a quelques jours, l'armée a détruit un puit qui contenait 75m3 d'eau, et a déraciné 100 oliviers, pour construire le mur.

Un autre habitant, Mahmoud Ba'ra, dit que cet événement n'est qu'un parmi les douzaines d'attaques israéliennes qu'ils ont subi pour la construction du mur.

La destruction du puit a privé les fermiers de l'eau dont ils avaient besoin pour leurs terres, qui sont leur principale, et pour certains leur unique moyen d'existence.

Lors d'une agression similaire, un groupe de colons a attaqué les fermiers pendant qu'ils travaillaient dans leurs champs, se sont mis à les insulter, en particulier les femmes, et les soldats n'ont même pas tenté de les arrêter.

Huda Mousa raconte qu'elle est allée, avec sa famille, sur leur terre après avoir réussi à obtenir de la Haute Cour israélienne de Justice l'autorisation d'aller dans son verger. Lorsque sa famille est arrivée dans le verger, elle a découvert que les colons y avaient pavé une route et bâti une tour au sommet de la colline la plus haute.

La famille a commencé à labourer et planter, alors les colons sont arrivés et ont arraché au moins cinquante oliviers.

"Cela fait longtemps que dure notre bataille contre eux, nous ne pouvons ni abandonner, ni rester silencieux", déclare Mousa. "Nous avons besoin de nos arbres, de nos avocats et de nos institutions pour nous soutenir, les fermiers ne peuvent pas vivre sans leurs terres".

Adnan Sbeih, le Maire d'Al Khader, a déclaré à Palestine News Network que les agriculteurs rencontrent toutes sortes de difficultés dues à la perte des terres pour le mur et les colonies.

"Ils ont besoin de soutien, le mur vole 19.000 des 22.000 dunams que possèdent les habitants", dit-il. "Il ne leur reste que 3.000 dunams. Et avec Jérusalem fermée et isolée de la Cisjordanie , les fermiers ne peuvent plus rejoindre leur marché principal."

C'est pour les habitants un véritable désastre, ils sont encerclés par le mur et les colonies, et les procédures israéliennes, les checkpoints et le siège les étouffent.

Les habitants d'Al Khader, comme ceux de chaque village et ville palestiniens, sont isolés par le mur, construit pour leur voler plus de terres, après que les colonies leur aient déjà volés une grande partie de leurs vergers.

Source : IMEMC

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bethléem

Même sujet

Le Mur

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

4 janvier 2007