Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2079 fois

Hébron -

Le projet d'eau est une goutte d’eau dans un océan en Cisjordanie

Par

Avec l'aide du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) et de l'Administration Palestinienne de l'eau, une ville située en Cisjordanie a désormais totalement accès à l'eau, ce qui a donné quelque chose à célébrer au maire de Samua.

Le projet d'eau est une goutte d’eau dans un océan en Cisjordanie


Photo: Shabtai Gold/IRIN : Une Palestinienne de Samua lave les vêtements en utilisant l'eau d’une citerne puisque sa maison n'est pas reliée au réseau d'eau


"Samua aura désormais quatre fois plus d'eau," a déclaré Jamal Abu Jadayel, le maire de Samua.

Un grand réservoir et des canalisations reliées à une station de pompage située à environ 8 km sont actuellement en service. Les estimations situaient l'usage quotidien de l'eau à entre 10 et 25 l par personne en moyenne, soit bien en deçà des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce chiffre devrait maintenant atteindre 40 litres ou même 70 litres par jour.

L’amélioration du service d'eau de la ville de 22000 personnes ne résout qu’une partie du problème. Selon des estimations prudentes, environ 200000 Palestiniens de Cisjordanie ne sont pas reliés aux réseaux d'eau. Les gens doivent acheter l'eau et la transporter dans des citernes ou dépendre des citernes et des puits privés.

Les responsables de la santé ont déclaré à de nombreuses reprises que ces sources étaient polluées et qu’elles pouvaient entrainer des maladies. En outre, l’eau amenée dans des citernes peuvent coûter plus de deux fois plus que l'eau d'un réseau.

"L'eau que nous achetons aux camions-citernes est coûteuse et de mauvaise qualité», a déclaré Hannan Hawamde, une enseignante. Elle a également souligné que la récente sécheresse, qui a laissé les citernes vides et accru la dépendance aux achats d'eau.


Prix exhorbitants

Le projet du CICR à Samua sera complété par un second projet à l’intérieur du village, cette fois sous les auspices de la Banque Mondiale, qui permettra d'améliorer les canalisations existantes et de raccorder tous les habitants au réseau de distribution interne pour distribuer l'eau du réservoir directement aux foyers.

L'inconvénient de ce projet est le coût initial: chaque ménage devra payer environ 150 $ pour se connecter au réseau, ce qui dans le sud très pauvre la Cisjordanie est un prix élevé.

Samua, une ancienne ville portant un nom Cananéen avec un centre-ville plein de ruines byzantines et de mosquées datant de centaines d'années, est également célèbre pour avoir été attaquée par les Israéliens lors d’une attaque transfrontalière en 1966, un événement largement considéré comme étant un incident qui a entrainé la Guerre de 1967.


Hygiène publique

Avec l'augmentation attendue de l'utilisation de l'eau, la quantité d'eaux usées augmentera également, bien que Samua, comme la plupart de la Cisjordanie , n’est équipée que de fosses septiques.

Dans certains villages, comme Aqaba dans la Vallée du Jourdain, un village éloigné et isolé, de nombreuses personnes continuent d'utiliser des puits secs comme toilettes.

Le principal problème, en plus des fosses septiques inadaptées qui fuient dans la nappe aquifère, survient quand les fosses septiques sont nettoyées, car il n’existe qu’une seule station d’épuration pour les Palestiniens en Cisjordanie . La plupart de l'eau sale finit tout simplement par être rejetée dans les rivières et les ruisseaux, ce qui cause de la pollution.

Les experts en environnement et en eau disent qu’environ 90% des eaux usées du territoire ne sont pas traitées et que la seule solution est la construction de stations d'épuration.

Toutefois, tous les projets d'approvisionnement en eau en Cisjordanie , y compris le creusement de puits, nécessitent des autorisations des Israéliens.

"Nous devons travailler dans un esprit positif et une atmosphère de coopération afin de faciliter des projets qui améliorent la vie des Palestiniens et des Israéliens», a déclaré Ihab Barghouthi de l'Administration Palestinienne de l'Eau, en notant que, si la nappe aquifère est sauvegardée, les deux parties en profiteront.

Le groupe des droits de l'homme israélien, B'tselem, a déclaré que la politique israélienne en Cisjordanie , qui comprend le pompage de l'eau à des fins civiles en favorisant ses propres colons aux dépends des Palestiniens, constitue une violation du droit international.

shg/at/mw

Source : http://www.irinnews.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Environnement

Même auteur

IRIN

Même date

2 juin 2008