Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3452 fois

Jérusalem -

Les fouilles à la Porte des Maghrébins retardées en raison d'un appel d'un ministre Arabe

Par

La décision de reprendre les fouilles sur la Porte des Maghrébins dans la Vieille Ville de Jérusalem a été reportée dimanche après que le Ministre des Sports, des Sciences et de la Culture, Ghaleb Majadleh, ait fait appel suite au vote de la Commission ministérielle et il a demandé que le débat sur le sujet soit porté en scéance plénière du gouvernement.

Les fouilles à la Porte des Maghrébins retardées en raison d'un appel d'un ministre Arabe


Photo ISM : Les travaux de fouilles au pied de l'esplanade de la mosquée Al Aqsa

Les règles du gouvernement stipulent que lorsqu'une décision est contestée par un ministre, elle est retardée en attendant de plus amples discussions de la part du gouvernement.

Dans une lettre adressée au Secrétaire du gouvernement, Oved Yehezkel, le ministre arabe israélien prévient que la décision de la Commission concernant la reprise des fouilles pourrait déclencher des émeutes et exacerber les tensions avec les pays voisins avant la Conférence de paix à Annapolis prévue le mois prochain.

Majadleh a demandé que les autorités concernées, à savoir l'Israël Antiquities Authority (IAA) et l'UNESCO, aient la chance d'exprimer leurs opinions sur sujet avant de prendre une définitive.

Les fouilles, qui doivent préparer la construction d'un nouveau pont Porte des Maghrébins, entre le Mur des Lamentations et le Mont du Temple - ont été arrêtées au mois de juin après avoir suscité des protestations de la part de l'Autorité Palestinienne et des pays arabes.

Toutefois, la Commission ministérielle sur Jérusalem a approuvé leur reprise, il y a environ deux semaines et les débuts des fouilles devaient commencer dans les prochains jours.

L'ambassadeur de Jordanie en Israël, Ali Ayed, a demandé vendredi des éclaircissements au Ministère des affaires étrangères et il a averti que la reprises des fouilles pourraient saboter le sommet d'Annapolis du mois prochain.

La décision de la Commission a été approuvée par les ministres Avi Dichter, Rafi Eitan et Jacob Edery, malgré les objections du Ministère des Affaires Etrangères, dont les représentants ont dit à la Commission ministérielle qu'Israël avait promis à plusieurs pays de prévenir une augmentation des tensions autour du Mont du Temple.

Majadleh, dont relève l'IAA, a déclaré à la Commission que la reprise du travail n'était pas conforme à la volonté de promouvoir un processus diplomatique, et que l'ensemble de ces travaux devraient être coordonnés avec le Waqf, l'institution religieuse Musulmane.

Haaretz a appris que la décision de reprise du travail était survenue à la suite de pressions d'un rabbin responsable de la Western Wall Heritage Foundation, qui est en charge de l'entretien de l'esplanade du Mur des Lamentations et de ses environs.

Le bureau du Premier ministre israélien Ehud Olmert a déclaré qu'il "ne voyait pas de problèmes à la reprise des travaux à proximité et que leurs suspensions au cours des derniers mois reflètaient des problèmes d'organisation, et non pas une décision politique."


En réponse, le député du parti Hadash, Mohammed Barakeh, a condamné dimanche la décision de la commission ministérielle concernant la reprise des travaux archéologiques sur le chantier.

L'AIA a déclaré que la conservation et la documentation étaient en cours, et que les fouilles serait reprises lorsqu'il recevrait les instructions appropriées.

L'AIA a commencé des fouilles de sauvetage sur les lieux au début de l'année dans le cadre d'un projet de la municipalité de Jérusalem destiné à construire un nouveau pont pour les touristes en provenance du Mur des Lamentations jusqu'à l'esplanade du Mont du Temple.

En dépit de l'opposition en Israël et à l'étranger en raison d'une possible dégradation des fondations du Mont du Temple, et après une visite sur le site par des experts Turcs, la municipalité a cessé les fouilles et a annoncé qu'elle reprendrait seulement quand le plan serait autorisé dans le cadre d'une stratégie globale de la ville.

La Commission d'Urbanisme et de Construction de Jérusalem a donné en août dernier son feu vert à un programme qui était bien plus modeste que l'original.
Maintenant, dans le processus d'approbation finale, elle prend en considération les inquiétudes des architectes et des archéologues au sujet des dommages que le pont pourrait causer aux antiquités et obstruer le point de vue à l'ouest du Mont du Temple et aux murs sud.

Une autre objection soulevée, c'est que le projet impliquerait de construire dans le parc archéologique situé au sud du mur, ce qui a été décrit comme un dangereux précédent qui pourrait s'étendre à d'autres sites de ce type.

L'association Ir Amim a demandé au cours du week-end dans une lettre adressée au Procureur Général, Menachem Mazuz, d'ordonner aux organes appropriés, y compris l'IAA, de ne pas rouvrir les fouilles de la Porte des Maghrébins avant que le pont soit approuvé dans le cadre du plan d'urbanisme de la municipalité et qu'il ait reçu toutes les autorisations appropriées.

Le conseiller juridique d'Ir Amim, Danny Zeidman, a écrit à Mazuz que les fouilles n'avaient pas uniquement des objectifs de maintenance, mais qu'elles étaient larges et destinées à découvrir et à enlever les strates archéologiques des périodes ottomane et moderne.

Ir Amim a prévenu que si le travail commençait avant l'obtention d'une autorisation pour le pont, il mettrait la légalité de la construction à l'épreuve.

L'association a déclaré que la loi exigeait une déclaration de ces travaux à la Commission d'Urbanisme et de Construction au moins 15 jours avant le début des travaux. D'après ce que l'on sait, cette déclaration n'a pas été faite aux autorités de Jérusalem.

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a classé la Porte des Maghrébins comme étant un site du patrimoine mondial.

Une source de l'UNESCO a dit à Haaretz en juin que le ministère des Affaires Etrangères avait déclaré à l'organe de l'ONU que le travail avait été interrompu, sauf pour des travaux de stabilisation."

Le président de la commission gouvernementale qui supervise les travaux de l'UNESCO en Israël, le professeur Mike Turner, a écrit dans une déclaration de principe en juillet :
• que la conservation et la protection des vestiges archéologiques de diverses périodes historiques et culturelles et leur intégration dans le parc archéologique de l'esplanade du Mur des Lamentations devaient être assurées;
• qu'une sécurité d'accès devait être fournie à la Porte des Maghrébins dans l'examen des allées historiques;
• et que le site devait être conçu de manière authentique et garantir l'intégrité du site tout en laissant l'option d'un plan global pour le secteur entre le Mur des Lamentations et les murs de la Vieille Ville.

Turner a ajouté que sa déclaration avait été préparée en coopération avec l'AIA.

Turner a également déclaré qu'Israël devait coordonner ses constructions sur le site avec l'UNESCO





Israël va reprendre ses fouilles près de la Mosquée Al-Aqsa
Maan news
L'Autorité des Antiquités israélienne a l'intention de reprendre les fouilles à la Porte des Maghrébins (Porte Dung) dans la Vieille Ville de Jérusalem dans le cadre du projet de construction controversé d'un pont à la Porte Dung, près du Mur des Lamentations.

Le projet de pont devrait passer à proximité de la mosquée Al Aqsa, le troisième lieu Saint de l'Islam.

Les fouilles ont été arrêtées en juin suite aux protestations des responsables palestiniens, des autorités islamiques, et des archéologues.

Le projet israélien est perçu par de nombreux Palestiniens comme un complot visant à détruire ou à prendre le contrôle de l'enceinte d'Al-Aqsa.

Le journal israélien Ha'aretz a annoncé qu'une commission du gouvernement israélien composé des ministres Avi Dichter, Rafi Eitan et Jacob Edery avaient à nouveau approuvé les travaux sur le pont, malgré les objections du ministère israélien des Affaires Etrangères.

Haaretz a également indiqué que la décision ministérielle est survenue à la suite de pressions d'un rabbin responsable de la Western Wall Heritage Foundation.

Le bureau du Premier ministre israélien Ehud Olmert a déclaré qu'il "ne voyait pas de problèmes à la reprise des travaux à proximité de la porte des Maghrébins."


Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Monuments historiques

Même auteur

Akiva Eldar

Même date

14 octobre 2007