Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2748 fois

Moyen Orient -

Les généraux syriens et iraniens dans d'intensives consultations de guerre

Par

Selon cette hypothèse, les responsables iraniens prévoient que les Américains annonceront lors du prochain Conseil de sécurité des Nations Unies à New York qui aura lieu fin juin ou début juillet que les sanctions contre Téhéran sont insatisfaisantes parce que la Russie et la Chine ont baissé de ton. Par conséquent, l'option militaire sera la seule option restante.

Cette information provient d'un site de renseignements basé en Israël qui est censé être très lié avec le Mossad.

Il comporte un mélange d'informations plus ou moins exactes dans ses prévisions mais il fût le premier site à signaler que des troupes américaines avaient accompagné des troupes israéliennes lors de leur attaque sur Jenine en 2002, ce qui s'est ensuite avéré vrai.

JB



Les services de renseignements de DEBKAfile et des sources au Moyen-Orient observent les actes derrière les déclarations des responsables de Damas affirmant la volonté de la Syrie à entrer dans des négociations de paix avec Israël. Pendant la majeure partie de la semaine dernière, deux délégations iraniennes de haut rang se sont rendues à Damas.

L'une était composé de généraux qui ont discuté avec les responsables syriens au sujet des préparations de coordination pour une guerre au Moyen-Orient dans les mois à venir

A la fin de la rencontre, une délégation militaire syrienne de haut rang a demandé à l'armée iranienne et au quartier général de la Garde Révolutionnaire à renforcer leur coordination opérationnelle au niveau du commandement ainsi qu'une inspection de l'arsenal iranien. L'Etat-Major syrien dressera une liste de produits manquants dans une possible confrontation militaire avec Israël cet été

Selon nos sources, Téhéran a envoyé, la semaine dernière, à Moscou un chèque 327 millions de dollars pour payer les divers missiles consignés à Damas. Un complément de 438 millions de dollars a été promis pour la fin juin pour l'envoi de matériel complémentaire en Syrie.

Le ministre des Affaires Etrangères Iranien, Manouchehr Mottaki, a passé trois jours à Damas fin mai pour renforcer le partenariat stratégique entre les deux gouvernements dans le cadre du pacte de défense mutuel signé il y a un an.

Leurs discussions ont mené à un accord sur les questions suivantes :

1. Augmentation de la coopération économique, c.-à-d. une augmentation de l'aide iranienne à la Syrie comprenant la fourniture d'une aide financière et 5 millions de tonnes de pétrole supplémentaires gratuits par an en plus du million déjà assuré.
Le Président syrien Bashar Assad a mené une difficile négociation : Il a exigé une aide économique plus importante comme prix pour entamer une coopération stratégique avec l'Iran pour la prochaine guerre.

2. Le gouvernement d'Assad a accepté de ne pas prendre des initiatives militaires - ou autres initiatives à connotations militaires - sans avertir au préalable Téhéran et sans avoir obtenur son consentement. Cette clause s'applique également à l'activation du Hizballah libanais et du quartier général du Hamas palestinien à Damas

3. Les visites réciproques des généraux et des responsables poliques iraniens et syriens seront intensifiées.

4. Accord pour intensifier conjointement leurs opérations terroristes contre les troupes américaines et britanniques en Irak, en Iran et en Syrie.

Les chefs du régime de Téhéran basent leur front commun avec Damas sur des rapports des renseignements selon lesquels les Etats-Unis et Israël auraient élaboré des plans pour agir militairement cet été de façon coordonnée contre l'Iran, la Syrie et le Hizballah.

Selon cette hypothèse, les responsables iraniens prévoient que les Américains annonceront lors du prochain Conseil de sécurité des Nations Unies à New York qui aura lieu fin juin ou début juillet que les sanctions contre Téhéran sont insatisfaisantes parce que la Russie et la Chine ont baissé de ton. Par conséquent, l'option militaire sera la seule option restante.

Les Ajatollahs ont conclu que le Président américain George W. Bush est résolu à quitter le pouvoir sur une bonne note avec un succès militaire éclatant contre l'Iran pour faire oublier ses échecs en Irak.

Ils pensent qu'il ne risquera pas la vie d'autres américains en montant une opération terrestre, mais plutôt qu'il lâchera une large attaque dee missiles qui éliminera les installations nucléaires iraniennes et endommagera gravement son infrastructure.

Selon le scénario iranien, la chronologie des hostilités a été déjà fixée entre Washington et Jérusalem - ainsi que le plan d'action. Les Etats-Unis frapperont d'abord l'Iran, après quoi Israël utilisera l'occasion pour aller en Syrie, en visant son Armée de l'Air, ses bases de missile et ses déploiements, tout comme les missiles du et les stocks d'armes du Hizballah et que l'Iran a réapprovisionné cette année.

Les responsables de Téhéran et de Damas ont obtenu la confirmation de leurs estimations dans la visite du ministre israélien des Transports, Shaul Mofaz, la semaine dernière au responsable d'une importante délégation militaire à Washington.

Ils sont certains que Mofaz, l'ancien Ministre de la Défense et chef d'Etat-Major, a utiliser les discussions stratégiques pour apporter les denières touches au plan d''offensive prévu. Ils ont été perturbés, en particulier, par le conseil ddu ministre israélien donné au secrétaire d'état, Condoleezza Rice, sur l'importance de fixer une date-limite au delà de laquelle les Etats-Unis abandonneront des sanctions qui seront qualifiées d'inefficaces et se tourneront vers les options restantes pour prévenir les possibilités d'armes nucléaires de l'Iran.

Vu le climat à Damas et à Téhéran et leur poursuite active des préparations pour une attaque imminente, il n'est pas étonnant que le premier ministre israélien Ehud Olmert n'ait reçu aucune réponse à la note qu'il a envoyée à Assad pour lui proposer des négociations de de paix et lui offrir le Golan en prime. Assad n'avait pas l'intention de prendre le premier ministre israélien au sérieux.

Selon les sources de DEBKAfile à Jérusalem, Olmert ne s'y attendait pas vraiment. L'offre était plus de nature à mettre de l'ordre avant la visite d'Olmert à la Maison Blanche prévue à la fin de ce mois.

Source : http://www.debka.com/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Moyen Orient

Même sujet

Même auteur

Debka

Même date

10 juin 2007