Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1038 fois

Gaza -

Les patients de Gaza en attente de traitement intentent un procès à Israël à propos du siège

Par

L’agence de presse des Nations Unies, l’IRIN, a publié ce jeudi un rapport au sujet du cas de plusieurs Palestiniens qui ont déposé une requête devant la Haute Cour israélienne à propos de leur emprisonnement à l’intérieur de la Bande de Gaza.
Ces patients ont un besoin urgent de soins médicaux, et se sont vus refuser le passage par les autorités israéliennes qui ont fermé hermétiquement toutes les frontières de la bande de Gaza l’année dernière.

158 patients palestiniens sont morts à cause du siège israélien, parce qu’ils n’ont pas pu quitter la Bande de Gaza pour recevoir les soins médicaux dont ils avaient besoin.

Ce qui suit est le rapport d’IRIN tel qu’il a été publié :

Les médecins d’Ahmed al-Baghdadi ont dit qu’il devait quitter la Bande de Gaza et aller en Israël pour recevoir des soins médicaux urgents et vitaux dans l’espoir de combattre ses tumeurs. Rada al-Khadir, âgée de 22 ans, a besoin d’un traitement immédiat, selon son médecin israélien, ou elle risque de mourir à cause de sa maladie.

Ces deux patients se sont vus refuser la permission de partir par les militaires israéliens.

Le 20 mai, avec 11 autres Palestiniens de la Bande de Gaza, en attente de soins médicaux en Israël, en Cisjordanie et en Jordanie, ils ont déposé des requêtes séparées devant la Haute cour israélienne, demandant à être autorisés à quitter l’enclave et à aller dans les hôpitaux dont ils dépendent.

Dans une déclaration sous serment obtenue par les Médecins pour les Droits Humains – Israël (PHR), Baghdadi écrit que sa seule issue est liée au bon vouloir des Services de Sécurité Généraux israéliens (GSS).

On prétend qu’un membre des GSS lui a dit « Si vous voulez rejoindre l’hôpital, prenez mon numéro de téléphone mobile, parlez-moi et donnez-moi les informations sur les gens », et on dit aussi qu’il lui a offert de l’argent.

Baghdadi a dit qu’il était tellement désespéré de recevoir un traitement qu’il s’est même rendu illégalement en Egypte, quand la frontière a sauté, mais il a été repris et renvoyé à Gaza avant d’avoir reçu tous les soins dont il avait besoin.

Le GSS israélien nie conditionner l’entrée des patients en Israël à leur bonne volonté à collaborer.

Avec le point de passage de Rafah au sud fermé la plupart du temps depuis juin, ouvert seulement quelques jours ces derniers mois pour les malades, le point de passage d’Eretz, au nord, contrôlé par Israël, reste le seul point de sortie pour presque tous les gens en attente de traitement.

Dans un geste apparent de l’Egypte envers le Hamas, qui contrôle Gaza et est actuellement en pourparlers de cessez-le- feu avec Israël,

Le 10 mai, Rafah a été ouvert pour les malades, mais Kadir, bien qu’elle ait essayé et attendu à la frontière, n’a pas pu passer.
Elle n’a pas pu entrer en Israël par Eretz pour «des raisons de sécurité», bien que les autorités aient dit qu’il y aurait un bus qui pourrait la prendre en dehors de l’Etat juif pour traitement. Pourtant, depuis qu’on lui a refusé la permission, le PHR a dit qu’aucun bus n’a été affrété, ajoutant que le dernier convoi était en mars.

L’association médicale israélienne a publié une déclaration il y a plusieurs semaines demandant que les patients cancéreux en attente de traitement vitaux soient autorisés à entrer en Israël.
Au début du mois dernier, l’Organisation de la Santé Mondiale a établi un rapport disant que 32 Gazaouis étaient morts en attendant une permission de quitter Gaza ou après qu’on leur ait refusé de sortir.

Les officiels disent que leur nombre a déjà augmenté.
“Empêcher ces patients de recevoir des traitements urgents et qui leur sauveraient la vie est une torture physique qui cause des souffrances prolongées” a dit Dani Filk, médecin et porte-parole du PHR.

Source : http://www.irinnews.org/

Traduction : MM pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même auteur

IRIN

Même date

23 mai 2008