Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1418 fois

Israël -

Les pays arabes essuyent un revers à l'AIEA sur Israël

Par

Les pays arabes ont échoué vendredi dans leur plus sérieuse tentative depuis quatorze ans pour faire adopter par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) une résolution mettant en cause le programme nucléaire d'Israël, en raison de l'opposition des pays occidentaux.

L'examen d'un projet de résolution sur "les capacités et la menace nucléaires d'Israël" présenté par quinze pays arabes et soutenu notamment par l'Iran a été ajourné sine die à l'issue d'une manoeuvre de procédure initiée par le Canada et l'Union européenne (UE).

La proposition d'ajournement a été adoptée par 45 pays, principalement occidentaux, contre 29 et 19 abstentions.

La présidence finlandaise de l'UE a motivé son souhait de voir ce point ajourné en invoquant une "politisation" des débats "en rupture avec le consensus" d'usage au sein de l'AIEA.

"Le consensus nous a échappé en dépit des efforts de nombreuses parties" pour trouver un compromis, a également déploré le président de séance, le Sud-Africain Abdul Minty.

Les pays arabes, qui n'avaient plus fait inscrire de tel projet de résolution à l'ordre du jour de l'AIEA depuis 1992, ont indiqué avoir été encouragés dans cette démarche par les récents bombardements israéliens au Liban.

Le texte exigeait "l'adhésion d'Israël au TNP (Traité sur la non-prolifération) afin d'assurer un caractère universel au TNP au Moyen-Orient et de permettre la mise en place d'une zone sans armes nucléaires dans cette région".

L'Etat hébreu, qui ne reconnaît pas officiellement avoir l'arme nucléaire, possède selon une majorité d'experts au moins 200 bombes atomiques et est le seul état du Moyen-Orient à avoir choisi de rester en dehors du TNP.

La priorité, a fait valoir son ambassadeur Israël Michaeli, "est d'obtenir la paix et la stabilité et non le contrôle des armes en soi".

L'initiative des pays arabes mettait dans l'embarras les pays occidentaux, qui ont fait adopter en début d'année une condamnation par l'AIEA du programme nucléaire iranien, mais qui ne souhaitent pas stigmatiser Israël.

La Syrie, un des principaux promoteurs du projet de résolution, a jugé "consternant" cet ajournement, estimant qu'il illustrait "de façon assez manifeste le deux poids-deux mesures en matière" nucléaire.

La dernière résolution de l'AIEA mettant en cause Israël, également à l'initiative de pays arabes, remontait à 1991. Une autre tentative avait déjà été ajournée sine die en 1992.

Depuis lors, les Etats arabes avaient chaque année menacé de présenter un projet de résolution contre Israël, mais avaient accepté de les retirer en échange du soutien par ce pays d'un appel en faveur d'un Proche-Orient sans armes nucléaires proposé par l'Egypte.

Corollaire au maintien du projet de résolution arabe, Israël et les Etats-Unis ont voté contre, pour la première fois depuis 1991, une nouvelle version de ce texte. Celui-ci a été adopté par 89 voix contre 2 et 3 abstentions.

L'ambassadeur américain auprès de l'AIEA a jugé que le recours au vote constituait "une triste façon" de conclure la 50ème assemblée générale de l'AIEA, qui a rassemblé cette semaine à Vienne les 141 pays membres de l'agence.

Comme par le passé, l'assemblée générale a toutefois adopté par consensus vendredi une résolution demandant à la Corée du Nord "l'abandon de toutes ses armes nucléaires et de ses programmes nucléaires" et le retour "sans conditions préalables" de Pyongyang aux négociations multipartites sur son programme nucléaire, ainsi qu'une reprise de sa coopération avec l'AIEA.

La Corée du Nord, qui a expulsé des inspecteurs de l'AIEA en décembre 2002 avant de se retirer du TNP un mois plus tard, fait de la levée de sanctions financières le préalable à son retour à la table des négociations multipartites qui visent en vain depuis août 2003 à la convaincre de renoncer aux armements nucléaires.

Source : AFP

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

ONU

Même date

23 septembre 2006