Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1645 fois

Hébron -

Les travaux de réhabilitation ont été interdits dans la vieille ville de Hébron

Par

> assawra@yahoogroupes.fr

Les forces d'occupation israéliennes ont émis un décret militaire interdisant tous travaux de rénovation dans la partie historique de Hébron.
Dans le même temps, la cour suprême israélienne a autorisé la poursuite des travaux de construction des colonies à Tal Al Romeida.

Dans un rapport publié hier (2 juillet 2003), Le Comité de Réhabilitation de Hébron (HRC) a condamné les mesures israéliennes. Le rapport a annoncé cela, alors que plusieurs rues sont désormais barrées, telles que celles de Al Shohada, Al Sahla, Al Haram (Ibrahimi Mosque), Bab Al Khan, Souk Al Sagha and Al Shalalah Al Kadeem.

L'armée a forcé les propriétaires des boutiques à fermer leurs portes rue Al Shalalah Al Jadeed, ainsi que les banques situées dans cette rue, pourtant le couvre-feu imposé était levé.

Le rapport dit aussi que le chef militaire israélien de Hébron a visité le comité de réhabilitation de la vieille ville (OCRC) et a informé ses hommes que tous travaux de réhabilitation dans la vieille vile doivent obligatoirement être stoppés, ainsi que l'ordonne le décret militaire d'hier (2 juillet 2003). Cela signifie que le HRC doit cesser toutes ses activités.

Selon l'ingénieur Khaled Al Kawasmi de l'OCRC, le comité devrait recevoir une copie du décret aujourd'hui. Ali Al Kawasmi, le directeur de l'OCRC a déclaré que cet ordre était en fait un ordre « d'interdiction pour l'OCRC de travailler à ses activités".

Dans la rue Al Shalalah, l'armée a empêché Bader Al Siwouri de construire et de rénover son magasin. Il a été aussi arrêté et emmené au poste militaire non loin de là.

Par ailleurs, la Cour Suprême Israélienne a rejeté un appel soumis par l'OCRC et plusieurs des riverains de Tal Al Romeida pour arrêter les travaux de colonisation alentour. Le juriste israélien qui a soumis cet appel, Shlomo Leker,a informé l'OCRC que la cour a décidé la poursuite des travaux de construction des colons et ainsi de la construction d'un nouveau complexe résidentiel correspondant au plan de construction approuvé par le ministre de défense israélien. Ce complexe comprend 4 immeubles sur le site archéologique de Tal Al Romeida afin de remplacer les caravanes déjà en place. Cette colonie Ramat Yashay est construite sur une terre confisquée en 1984.

Pourtant en 1967 les autorités israéliennes avaient émis l'ordre d'interdire toutes constructions sur le susmentionné site archéologique de Tal Al Romeida. Un decret semblable avait été émis par le mandat britannique en 1944 pour les mêmes raisons.



Al Quds, 3/7/2003, p.10, Al Ayyam, 3/7/2003, p.5, Al Hayat Al Jadida, 3/7/2003, p.2



Article paru sur la liste de diffusion "Assawra"
Liste dédiée à l'Intifada ...
S'inscrire en envoyant un message à :
assawra-subscribe@yahoogroupes.fr

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Monuments historiques

Même auteur

HCR

Même date

3 juillet 2003