Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2470 fois

Liban -

Liban : Démission des 11 ministres de l'opposition, le gouvernement tombe

Par

Comme prévue, l'opposition s'est retirée du gouvernement de coalition nationale formée depuis les élections législatives libanaises en 2009, et présidée par le chef du courant du Futur, Saad Hariri.

La démission des 10 ministres de l'opposition a été prononcée par le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, Joubrane Bassil, qui a lu le communiqué durant un point de presse en présence des 10 ministres représentant aussi bien le Hezbollah, le mouvement Amal que le Courant patriotique libre.

Expliquant les raisons de cette démission collégiale, Bassil a reproché au Premier ministre Saad Hariri "son impuissance face aux pressions américaines", qui ont contribué à torpiller l’initiative syro-saoudienne élaborée pour contrecarrer les séquelles de la publication de l’acte d’accusation du TSL.

Sachant que ce dernier est accusé par toutes les composantes de l’opposition libanaise, et la majeure partie du peuple libanais, de vouloir à tort accuser le Hezbollah de l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, pour des raisons politiques.

« Le Premier ministre Saad Hariri et les Libanais de choisir entre Beyrouth et Washington ou entre Beyrouth et n’importe quelle autre capitale » a-t-il déclaré, en appelant le président de la république d’entamer les procédures en vue de former un nouveau cabinet.

Sachant que le onzième ministre, Adnane Sayed Hussein lequel représente le président de la république, a tout de suite après présenté sa démission.

Selon la constitution libanaise, la démission de 11 ministres qui constitue le tiers du cabinet suffit pour renverser le cabinet ministériel.

Selon certains observateurs, le timing de la démission collégiale survient à un moment délicat pour le Premier ministre Saad Hariri et ne pourrait que l'embarrasser alors qu'il se prépare pour rencontrer d'un moment à l'autre le président américain Barak Obama : "il le rencontrera en tant qu'ex-Premier ministre" constate ces sources pour le journal libanais AsSafir.

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Même auteur

Al Manar

Même date

12 janvier 2011