Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1757 fois

Cisjordanie -

Maître à Gaza, le Hamas pourchassé en Cisjordanie

Par

Ils font la loi à Gaza. Mais en Cisjordanie, les membres du Hamas font profil bas, se terrent, traqués par les services de sécurité fidèles au président palestinien Mahmoud Abbas.
"Nous sommes pris entre le marteau des services de sécurité et l’enclume de l’occupation israélienne : il est évident qu’il existe une totale coopération dans la répression contre le Hamas" déclare Mona Mansour à Naplouse

Les partisans du Fateh, le parti de Abbas, ripostent durement, depuis la mi-juin, à Naplouse, au coup de force du Hamas à Gaza : des bureaux des islamistes ont été incendiés, des imams et activistes arrêtés, des associations saccagées ou brûlées.

Le cheikh Maher Kharraz, un imam populaire, partisan affiché du Hamas, a récemment été victime d’un raid des services de sécurité, des actions qui se multiplient dans cette ville, une place forte des islamistes en Cisjordanie occupée.

Tout se passe comme si les deux territoires palestiniens fonctionnaient comme des vases communicants : quand des exactions ou des arrestations se déroulent dans l’un, les adversaires lancent des représailles dans l’autre.

Conduit pour un interrogatoire dans les bureaux des renseignements, le cheikh Kharraz était accusé de faire de la "provocation" du haut de son minbar (chair) à la mosquée Khadra, dans la vieille ville. D’inciter à la révolte.
"Ils veulent faire comme dans les autres pays arabes, museler les imams. Je prêche la religion, mais parfois la religion et la politique sont très proches", dit-il. Sur le ton de la confidence, il lâche : "Vous savez ce que m’a dit le directeur des renseignements ? “Nous ne voulons plus du Hamas en Cisjordanie , une décision a été prise”.

Du côté des associations, toutes celles proches des islamistes ou classées organisations religieuses sont ciblées, affirme le Hamas.
"Ils pensent que tous ceux ou celles qui portent un voile, une barbe ou enseignent le Coran sont leurs ennemis, qu’ils font partie du Hamas", fulmine Oum Mohammad, directrice d’une association d’apprentissage du Coran pour jeunes filles, fermée par décision du cabinet du Premier ministre Salam Fayyad.

Fin août, ce dernier a annulé les autorisations de travail d’environ 120 associations, tout en niant viser celles du Hamas. Le motif : "Violations légales, financières et administratives"

"Ils veulent faire disparaître toutes les associations religieuses de la société", assure la directrice, le visage ceint d’un long voile blanc. Mais elle le jure, son association n’a aucune affiliation politique.

"Nous sommes pris entre le marteau des services de sécurité et l’enclume de l’occupation israélienne : il est évident qu’il existe une totale coopération dans la répression contre le Hamas", poursuit une députée du Hamas, Mona Mansour, à Naplouse.

Israël a emprisonné la plupart des dirigeants politiques du Hamas en Cisjordanie et son armée traque les membres de sa branche armée, soupçonnés de préparer des attentats.

La sécurité palestinienne de Cisjordanie justifie ces opérations, en particulier les arrestations, par la nécessité de prévenir un "nouveau coup d’État".
"Les arrestations visent à frapper l’infrastructure militaire du Hamas en Cisjordanie ", explique un des plus hauts responsables des services de sécurité du territoire, sous le couvert de l’anonymat. "Elles ne visent pas la branche politique sauf s’il existe des preuves de son implication dans des opérations armées contre l’Autorité palestinienne", assure-t-il.


La Commission indépendante palestinienne pour les droits des citoyens, une association de défense des droits de l’homme basée à Ramallah, estime cependant que ces interpellations sont "politiques".
"Près de 600 personnes ont été interpellées depuis le 15 juin. Les personnes sont relâchées ensuite, mais il y a en permanence dans les centres de détention 80 à 100 personnes", affirme un de ses responsables, Majid al-Arouri.

"Ces personnes sont accusées de posséder des armes ou d’appartenir à la force exécutive", la police du Hamas présente à Gaza, ajoute-t-il. "Mais ces arrestations sont illégales, les suspects ne sont jamais présentés devant le procureur général pour une inculpation", s’indigne t-il.

Entre-temps à Gaza, le Hamas a arrêté dans la nuit de samedi à dimanche Yahya Rabah, un cadre du Fateh et ancien représentant diplomatique palestinien au Yémen, accusé de "corruption".
"Sa convocation n’est pas liée à la politique, mais à des questions de corruption financière", s’est défendu un porte-parole du ministère de l’Intérieur du Hamas à Gaza, Ihab al-Ghassine.


Toujours dans la bande de Gaza, dix personnes ont été blessées samedi dont deux par balles, lors de heurts entre partisans du Fateh et du Hamas.

Les heurts se sont produits dans la localité de Khan Younès (sud de la bande de Gaza) suite à l’annonce par le Hamas de la destitution d’un imam local pro-Fateh pour être remplacé par un religieux, pro-Hamas.


Enfin, le Hamas et l’Égypte se sont mis d’accord pour le passage, par le point de passage de Rafah, de plusieurs dizaines de membres du Hamas bloqués depuis plus de trois mois en territoire égyptien, a affirmé hier à l’AFP un porte-parole du Hamas.

Source : http://www.lorient-lejour.com.lb/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Même auteur

L Orient le Jour

Même date

1 octobre 2007