Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1796 fois

Negev -

Naqab : ordres de démolition collective des maisons du village Beer al-Mashash

Par

La police israélienne a agressé ce matin du 1er juillet les habitants du village non reconnu de Beer al-Mashash, situé à l'est du kibboutz de Nevetim dans le Naqab.
La population avait protesté contre la distribution d'ordres de démolition collective des maisons du village.
La police a agressé les jeunes et a légèrement touché quatre d'entre eux.

4 jeunes ont été blessés, ainsi qu'une femme de 22 ans et son fils de trois ans, de la famille Abu Sabit, au cours des affrontements qui les ont opposés à la police et aux fonctionnaires de l'Administration des Terres d'Israël", organe qui servant à exproprier les terres palestiniennes.

20 véhicules de la police transportant plus de 100 policiers sont arrivés à 9 heures du matin au village Beer al-Mashash, situé à 16 km à l'est de la ville de Beer Saba' et en face du village non reconnu Abu Taloul, sur la route Beer Saba' - Dimona, pour protéger les fonctionnaires de l'ATI qui sont venus distribuer des ordres de démolition collective, en vue de les expulser de leurs terres.


Salem Muhammad Waqili, 34 ans, marié et père de 5 enfants, a raconté, disant : les hommes de l'ATI ont commencé à distribuer les ordres de démolition aux membres de la famille Abu Sabit, il y a une affrontement. La police a agressé une femme et son fils, de la même famille, qui ont été transportés à l'hôpital à Beer Saba'".


Après la résistance de la famille Abu Sabit aux fonctionnaires de l'ATI et à la police venue les protéger, les fonctionnaires de l'ATI se sont dirigés vers les membres de la famille Waqili, mais les jeunes ont résisté aussi, et les fonctionnaires n'ont pas réussi à poursuivre la distribution de leurs ordres de démolition.

La police a alors agressé les jeunes et a légèrement touché quatre d'entre eux.

La police a essayé de les arrêter mais la population a résisté et les ont empêchés.

Il faut indiquer qu'il y a environ 4000 habitants dans le village de Beer al-Mashash, qui est un village non-reconnu par le gouvernement israélien, ce qui signifie que le village est privé de tous les services de base, comme l'électricité, les routes et autres.


Les habitants utilisent les générateurs électriques, qui fonctionnent la nuit, pour relier leurs maisons à l'électricité.


Quant à l'eau, un maigre tuyau distribue l'eau à plus de 200 maisons dans le village.


Salem Waqili explique à notre correspondant : "la police a réussi à distribuer 23 ordres de démolition aux habitants du village. Cette force est là pour chasser la population de sa terre, mais cela n'a aucun effet sur nous.
Nous sommes nés sur cette terre, moi-même, mes enfants, mon père et mon grand-père, nous poursuivrons notre vie ici,.
Nous nous accrochons à notre terre qui est celle de nos aïeux, jusqu'à la reconnaissance officielle de ce village.
Nous allons résister à ces ordres de démolition, et en tant que citoyens de cet Etat, nous réclamons nos droits".


En savoir plus sur les villages non reconnus du Naqab (Negev)

Source : www.arabs48.com

Traduction : Centre d'Information sur la Résistance en Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Negev

Même auteur

Arabs48

Même date

1 juillet 2005