Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3032 fois

ONU -

ONU  : un Israélien à la tête de la commission chargée des questions juridiques

Par

Pour la première fois depuis 1949, un Israélien se retrouve à la tête d’une commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Danny Danon a en effet été élu président de la commission chargée des questions juridiques, malgré l’opposition des pays arabes.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies, Danny Danon, a été élu lundi 12 juin, à la présidence de la commission de l’Assemblée générale de l’ONU chargée des questions juridiques.

Son élection s’inscrit dans le cadre du renouvellement, en cette période, des présidents des six commissions onusiennes en vue de la 71e session de l’ONU, en septembre.

À quoi servent ces commissions  ?

Les Nations unies comptent six commissions numérotées de un à six dans l’ordre suivant : questions de désarmement et de sécurité internationale, économique et financière, questions sociales, humanitaires et culturelles, questions administratives et budgétaires et questions juridiques. Elles ont un rôle consultatif et préparent les projets de résolution soumis à l’Assemblée. Tous les membres des Nations unies y disposent d’un droit de représentation.

La commission chargée des questions juridiques s’occupe d’encadrer par le droit international la lutte contre le terrorisme, le droit des migrants, la justice internationale… etc.

Comment Israël a obtenu ce poste  ?

C’est le Groupe des États d’Europe occidentale et autres (GEOA), l’un des plus importants blocs régionaux non officiels votant aux Nations unies, qui a proposé la nomination d’Israël à la présidence du Sixième Comité de l’Assemblée Générale de l’ONU. Le GEOA comprend 28 États membres et deux observateurs : tous les États d’Europe de l’Ouest (24 pays), la Turquie, l’État d’Israël, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

En principe, les présidences des commissions principales de l’Assemblée générale sont attribuées par roulement et sont en général confirmées sans vote. Mais face à la proposition du GEOA de nommer Israël, le Yémen, au nom du groupe arabe, s’y est opposé et a demandé un vote. Danny Danon a obtenu 109 voix sur les 193 pays membres.

Qu’est-ce que cela signifie pour Israël  ?

Ce n’est pas la première fois que des diplomates israéliens sont appelés à présider des commissions de l’ONU, mais elles étaient toutes moins prestigieuses. En revanche, c’est la première fois qu’Israël préside l’une des six commissions principales de l’Assemblée générale, depuis son adhésion à l’ONU en 1949.

« C’est une victoire historique pour l’État d’Israël. Nous avons brisé le plafond de verre : malgré l’opposition de nombreux pays, dont l’Iran et d’autres qui ont essayé d’empêcher le vote, l’État juif a réussi à être élu pour la première fois à la tête d’un comité à l’ONU », s’est félicité Danny Danon.

Il a annoncé qu’une de ses premières tâches dans son nouveau poste serait de promouvoir la Convention générale sur le terrorisme international.« Israël est un leader mondial dans le droit international et dans la lutte contre le terrorisme. Nous sommes heureux d’avoir l’occasion de partager nos connaissances avec les pays du monde », a-t-il déclaré.

Comment ont réagi les pays arabes  ?

Dans leur ensemble, les pays arabes dénoncent cette élection. Le représentant palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, a qualifié cette élection de « négative et source de division ». Il a estimé que l’ambassadeur israélien « représente l’occupation et n’est pas qualifié pour présider la sixième commission », et averti que les pays arabes allaient se concerter pour évaluer comment réagir.

« Nous n’acceptons pas qu’un pays qui viole les lois internationales comme Israël puisse statuer sur des questions juridiques à l’ONU », a affirmé à la presse l’ambassadeur yéménite, Khaled Alyemany, qui préside actuellement le groupe arabe à l’ONU.

Source : La Croix

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

ONU

Même sujet

Collabos