Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2090 fois

Palestine -

PCHR : Rapport hebdomadaire : 2 Palestiniens tués, 13 blessés dont 7 enfants

Par

Le Centre Palestinien pour les Droits de l'Homme (PCHR), base à Gaza, a publié son rapport hebdomadaire sur les violations des droits de l'homme par israel dans les Territoires Palestniens Occupés pour la période entre le 15 et le 21 mars 2007.

PCHR : Rapport hebdomadaire : 2 Palestiniens tués, 13 blessés dont 7 enfants


Photo : Les soldats attaquent un villageois se déplaçant avec des béquilles à Bilin

Le PCHR signale que les troupes israéliennes ont tué deux civils palestiniens, dont un enfant, en Cisjordanie occupée. Les soldats ont blessé 13 civils, dont sept enfants, pendant la période du rapport.

Le mercredi 21 mars, les soldats ont tué deux Palestiniens, dont un enfant.

La première vicitme était un combattant de la résistance qui a été tué quand l'armée a envahi le camp de réfugié d'Al Askar, près de la ville de Naplouse au nord de la Cisjordanie .

Le combattant a été identifié comme étant Fadi Akram Abu Keshk, 24 ans. Il a été tué d'une balle en plein coeur alors que lui et d'autres combattants de la résistance résistaient à une invasion militaire israélienne dans le camp de réfugiés.

Dans le village d'Aboud, près de Ramallah, au nord de la Cisjordanie , des soldats ont tué un adolescent palestinien quand ils ont tiré à balles réelles sur des jeunes qui leur lançaient des pierres alors qu'ils envahissaient le village.
L'enfant a été identifié comme étant Mohammad Ibrahim Salayma, agé de 17 ans.

Le PCHR a également signalé que les soldats avaient continué à utiliser la force excessive contre les protestataires non-violents dans le village de Bilin, près de la ville de Ramallah, en Cisjordanie pendant la manifestation hebdomadaire contre le Mur d'Annexion ; huit protestataires non-violents ont été blessés.
Les protestations hebdomadaires sont organisées et effectuées par des pacifistes palestiniens, israéliens et internationaux.

Quatre civils palestiniens ont été blessés par des tirs de l'armée sur des barrages routiers israéliens en Cisjordanie occupée.

D'autre part, dans la bande de Gaza, un enfant palestinien a été blessé par les tirs de l'armée israélienne sur des civils qui récupéraient des métaux dans la zone industrielle abandonnée du nord de la Bande de Gaza.

Pendant la période du rapport, les soldats ont effectué 31 invasions militaires dans des communautés palestiniennes à l'intérieur des Territoires Occupés. Lors de ces invasions, les soldats ont kidnappé 60 civils dont 6 enfants. Un civil a été fait prisonnier sur un barrage routier de l'armée.

Le nombre de Palestiniens enlevés par les Forces d'Occupation Israélienne en Cisjordanie depuis le début de l'année s'élève à 806, selon le rapport du PCHR.

Lors de ces invasions, les soldats effectuent des fouilles qui impliquent systématiquement la destruction des biens et le saccage des maisons. En outre, des chiens policiers sont utilisés de temps en temps. Les habitants des maisons visées sont également systématiquement maltraités, ajoute le PCHR.


Quatre civils ont été blessés sur deux barrages routiers israéliens ; deux ont été blessés le 18 mars au checkpoint de Beit Eiba quand les soldats ont tiré des bombes assourdissantes sur des civils qui tentaient de passer.

Deux résidants ont été blessés le 19 mars sur un checkpoint près du village de Tarqoumia, à l'ouest de Hebron.

Dans la bande de Gaza, quatre civils, dont deux pêcheurs ont été enlevés par les forces israéliennes. L'armée israélienne continue à empêcher les pêcheurs de sortir en mer depuis plus de neuf mois. Pendant la période du rapport, les soldats ont enlevé 50 pêcheurs qu'ils ont tous libéré plusieurs heures plus tard, sauf deux.

Par ailleurs, les territoires palestiniens sont restés sous un siège rigoureux imposé par les Forces d'Occupation Israélienne. La bande de Gaza, suffoquant sous le siège rigoureux, a continué à souffrir du manque de carburants, de produits de base et d'approvisionnements en médicaments.

Le siège total imposé à la Bande de Gaza est resté en place, et de nouvelles restrictions ont été imposées au déplacement des civils palestiniens entre la Bande de Gaza et la Cisjordanie .

Le passage des frontières dans la bande de Gaza est demeuré fermé, ce qui est considéré comme une autre forme de punition collective contre les civils palestiniens.

Le passage des frontières de Rafah, au Sud de la Bande de Gaza, a été entièrement fermé par les Autorités Israéliennes le 25 juin 2006, malgré le fait qu'Israël ne le contrôle pas directement.

Le passage a été rouvert le 15, le 19, et le 21 mars 2007, et des centaines de Palestiniens ont pu sortir. Il était également censé être ouvert le 20 mars 2007, mais l'armée a empêché les observateurs de l'Union Européenne d'atteindre le passage.

Le passage commercial d'Al Mintar (Karni) a été partiellement ouvert mais beaucoup de marchandises et approvisionnements médicaux sont restés indisponibles dans la Bande de Gaza

Le passage d'Erez entre la Bande de Gaza et Israël est resté fermé ; des centaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza ont été empêchées de le franchir, même ceux qui avaient besoin de traitement médical en Israël ou en Cisjordanie .

Avec cette fermeture, très peu de patients palestiniens ont pu se rendre dans les hôpitaux en Israël et en Cisjordanie

Dans la région de Jérusalem, les troupes israéliennes ont démoli trois maisons palestiniennes dans le village de Sour Baher.

Les colons, vivant illégalement dans la ville occupée de la Cisjordanie de Hebron, ont continué leurs attaques contre les civils palestiniens et leurs biens.

Les Autorités Israéliennes ont imposé de nouvelles restrictions au passage d'Erez quand il a été ouvert le 16 février ; selon de nouvelles procédures, les Palestiniens de la bande de Gaza et de la Cisjordanie doivent obtenir des autorisations du "Bureau de l'Administration Civile" de l'armée, comme c'était le cas avant.

Cependant, les Palestiniens habitant à Jérusalem-Est doivent remettre leurs cartes d'identité au Ministère israélien de l'Intérieur pour obtenir des documents afin de voyager. Par le passé, ils devaient remettre leurs cartes d'identité à l'armée israélienne au passage d'Erez. Cela affecte 800 à 1000 femmes de Jérusalem-Est mariées à des hommes de la bande de Gaza, selon le PCHR.

Pendant la période du rapport, les colons israéliens ont continué leurs violations du droit international en reprenant leurs attaques systématiques contre les civils palestiniens et leur biens.

Les colons de l'avant-poste illégal d'Havat Maon, à l'est du village de Yatta près d'Hebron, ont rasé 10 Dunams de terres agricoles.

Les colons de la colonie d de Keryat d'Arba', au sud-est d'Hebron, ont empêché les fidèles Musulmans d'accéder à la mosquée Al Ras pendant plusieurs heures, alors qu'environ cinquante colons occupaient un bâtiment résidentiel à Al Ras.

Source : http://www.imemc.org/article/47504

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Rapports

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

24 mars 2007