Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4892 fois

Palestine -

Rapport : Les enfants palestiniens sont maltraités et torturés dans les prisons israéliennes

Par

Un rapport publié par Defense for Children International (DCI), intitulé "Enfants derrière les Barreaux", constate qu'en 2006 et au cours du premier semestre 2007, la grande majorité des enfants appréhendés par les forces israéliennes a été emprisonnées.

Rapport : Les enfants palestiniens sont maltraités et torturés dans les prisons israéliennes


Photo : Arrestation d'un enfant par les Forces d'Occupation Israélienne

Seuls 3 à 5% des enfants enlevés ont eu le droit à une mise en liberté sous caution en attendant leurs procès.

DCI a également noté que plus de 99% des enfants ont tenté de plaider coupable et la petite minorité qui a plaidé non-coupable a été en suite déclarée coupable et condamnée

L'organisation des droits de l'homme attire l'attention sur des articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme pour souligner que les individus accusés ont le droit d'être présumés innocent jusqu'à ce que l'on prouve leur culpabilité.

DCI déclare que les enfants ont admis les charges portées contre eux après des périodes prolongées d'interrogation, qui se sont produites avant leur parution devant la cour.

Le rapport inclut des témoignages personnels d'enfants qui dénoncent les abus physiques et sexuels qu'ils ont subi entre les mains de l'armée israélienne et les mauvais traitements pendant des périodes prolongées d'interrogation.

À la fin des interrogatoires, les enfants doivent signer des papiers, sans savoir ce qu'ils signent.



Maltraitance

Un enfant, Rashed Radwa, se souvient qu'il a été battu alors qu'il avait les yeux bandés. Il a été ensuite maltraité pendant dix heures dans le froid. On lui a alors demandé de signer des papiers en Hébreu et quand il a refusé, son interrogateur a cogné la tête contre un bureau

Le rapport déclare que "la police israélienne, l'armée israélienne et le personnel des services secrets israéliens effectuent quotidiennement des arrestations et des interrogatoires d'enfants palestiniens. Les arrestations et les interrogatoires consécutifs ont lieu dans les centres de détention, à l'écart de toutes règlementations, procédures ou lois transparentes, ce qui donne de larges pouvoirs au personnel de l'armée israélienne pendant cette phase."

L'ordre militaire israélien n° 378 déclare qu'un enfant palestinien peut être détenu par un simple soldat non gradé ou un par un officier de police israélienne pendant 96 heures.

Suite à cela, un enfant peut être détenu pour interrogatoire pendant 8 jours.

La période de détention peut alors être prolongée par un juge de l'armée pendant 90 jours et, ensuite, par un juge de la cour d'Appels pour 3 mois additionnels



Torture

DCI note que "Un aspect fondamental de la phase d'interrogatoire est l'utilisation de formes particulières de torture et de mauvais traitement".
Les déclarations des enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, relatées par Defense for Children International dans cet article, illustrent les différents types de méthodes employées.

Le rapport reprend les articles de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme déclarant que personne ne devraient être sujets à la torture.

Assem Lufti Abdel Lattif Khalil, 16 ans, raconte son expérience de torture entre les mains des soldats israéliens. Il a été battu et maltraité dehors sous la pluie. Il a passé 40 jours dans un centre d'interrogatoire.

Un jeune de 15 ans dit qu'il a été abusé sexuellement et frappé à plusieurs reprises sur des endroits sensibles du corps.

DCI indique : "L'effet global de tout cela est l'érosion et la réduction virtuelles des droies accusés palestiniens pendant la phase d'arrestation et d'interrogatoire.
Un enfant palestinien en état d'arrestation et pendant l'interrogatoire n'a pas le droit de parler ; d'un accès libre et immédiat à un avocat ; d'être conseillé de ses droits alors qu'il est arrêté et interrogé ; de ne pas être agressé, maltraité ou torturé ; d'avoir un contact avec un membre de se famille ou de quelqu'un qui le soutienne et ; d'être présumé innocent
.



Témoignage de Muss’ab Abed Al Basset Abdullah Abu Rayah, 15 ans, Camp d'Al Aroub, Prison d'Ofer le 12 Juin 2007

J'ai été arrêté par des soldats israéliens le 24 mai 2007 près du Collège d'Al Aroub. Lors de l'arrestation, les soldats m'ont donné des coups de poing. Ils m'ont cogné au ventre et aux épaules et après ils m'ont mis dans leur jeep. Pendant le transfert, ils m'ont bandés les yeux et menotté. Ils m'ont giflé.

Le transfert a duré une demi-heure jusqu'à ce que nous ayons atteint Khirbit Sor et là j'ai été encore frappé. Un des soldats me frappait dans le dos et il me posat des questions sans interruption et quand je ne répondais pas, il me frappait au visage. Il a continué à me poser à des questions pendant une demi-heure.

J'ai été ensuite transféré au centre de détention d'Atzion où j'ai été interrogé pendant une heure et l'interrogateur m'a montré des photos de quelqu'un qui lançait des pierres et de la peinture.

Vers le coucher du soleil, ils m'ont transféré dans un site militaire, je ne sais pas quel est le nom de cet endroit. J'ai passé toute la nuit dehors. Chaque soldat qui passait me frappait et je n'ai pas dormi du tout.

J'ai été interrogé en Hébreu et il y avait un soldat qui traduisait pour moi. J'ai signé des papiers mais je ne connais pas la teneur de ces papiers. Ils m'ont informé qu'ils contenaient ma confession sur le jet de pierres et le lendemain, ils m'ont transféré à la prison d'Ofer.

Nous étions 24 prisonniers, des enfants et un adulte sous une tente.



Lire le rapport (en anglais)


A lire également : "Des policiers des frontières filmés en train de frapper un jeune Palestinien"

Source : http://www.imemc.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Enfants

Même auteur

Saed Bannoura

Même date

24 juillet 2007