Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1518 fois

Europe -

Requête auprès d’un tribunal belge pour arrêter Livni dès son arrivée à Bruxelles

Par

Des avocats européens auraient engagé une requête auprès d’un tribunal belge pour arrêter la Ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni dès son arrivée à Bruxelles, mercredi, selon le site web Jawalan.com.

Les plaintes ont été déposées au nom de nationaux belges et français dont des membres des familles ont été soit blessés, soit tués à Gaza, et demandent que Livni soit arrêtée pour crimes de guerre.

Des sources indiquent que le Ministère des Affaires étrangères prend connaissance du rapport et que l’ambassade israélienne à Bruxelles n’a pas encore été avertie de l’affaire.

La loi belge n’autorise pas l’arrestation d’un officiel étranger de haut rang, mais l’affaire pourrait embarrasser Israël et peut représenter la première d’une série de poursuites judiciaires que des éléments pro-palestiniens préparent actuellement partout dans le monde.

Les militants israéliens pour les droits de l’homme : Arrêtez Olmert, Livni et Barak pour crimes de guerre

Entre temps, des activistes israéliens anonymes qui se décrivent comme militants pour les droits de l’homme ont ouvert un site internet détaillant des crimes de guerre supposés commis par les dirigeants israéliens et les forces israéliennes de défense.

Aucune organisation pour les droits de l’homme connue n’est derrière le site, dont les créateurs refusent de donner leurs noms.

Le site (en hébreu) comporte des “mandats d’arrêt” complétés des photos et des détails personnels sur le Ministre de la Défense Ehud Barak, le Premier Ministre Ehud Olmert, Livni, le vice Ministre de la Défense Matan Vilnai, le Ministre de la Sécurité publique Avi Dichter, le Ministre de l’Infrastructure nationale Benjamin Ben-Eliezer, le chef d’Etat major des FID Gabi Ashkenazi et ses deux prédécesseurs, Dan Halutz et Moshe Ya'alon, l’ancien commandant de l’armée de l’air Eliezer Shkedy et d’autres.

Il explique également comment informer la Cour Internationale de Justice de La Haye quand les « suspects » sont à l’extérieur d’Israël, et donc plus vulnérables pour une arrestation.

Le “mandat d’arrêt” de Barak, par exemple, indique : “Le 27 décembre 2008, le suspect a ordonné une attaque aérienne sur tous les centres de population de Gaza. L’attaque inclut des centaines de sorties des avions de combat qui ont largué des centaines de tonnes de bombes sur des zones résidentielles de Gaza, qui ont conduit à la mort de 1.200 personnes – hommes, femmes et enfants.

Quelques 5.300 personnes ont été blessées et des centaines de milles sont devenus des réfugiés. Le 10 décembre 2008, une plainte a été adressée contre Ehud Barak à la Cour Internationale de Justice de La Haye, en Hollande, pour suspicion de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité à cause du siège de Gaza
. »

Source : Haaretz

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même date

21 janvier 2009