Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 5079 fois

Paris -

Révolution tunisienne de la Liberté et de la Dignité

Par

> fanonbagnolet@no-log.org

Conférence-débat dimanche 13 février à 14h, à Bagnolet, Salle des Conférences, derrière la Mairie (métro Galliéni)

Révolution tunisienne de la Liberté et de la Dignité

Farhat Hached
L’Intifadha tunisienne de la jeunesse déshéritée et des exclus qui a démarré avec le martyr de Mohamed Bouazizi est devenue une révolution populaire. Partie des régions déshéritées de Tunisie, elle fut relayée par des appels à la grève générale de l’UGTT qui finit par avoir raison du despote Ben Ali le vendredi 14 janvier 2011.

Ben Ali avait tout pour plaire : rempart des politiques des USA, de l’Union Européenne, du FMI et des sionistes. Le régime de Ben Ali a renforcé le racisme islamophobe, le néo-colonialisme et le néolibéralisme à travers des intellectuels, des hommes politiques et d’affairistes à sa solde.

La révolution tunisienne est un second souffle dans la décolonisation. Après l’indépendance formelle, le chemin est encore long pour l’indépendance réelle du peuple.

Pour mieux comprendre l’actualité de la révolution tunisienne, il faut revenir à l’origine des luttes du peuple tunisien. Un nom revient lorsqu’on parle des luttes sociales et politiques en Tunisie. Farhat Hached qui fut le principal artisan de la création de l’UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens). Il défendait à la fois la cause des travailleurs et celle de l’indépendance contre le colonialisme français. Il fut assassiné par l’organisation « la Main Rouge », bras criminel de la République coloniale Française au Maghreb, elle fut aussi utilisée contre les peuples Algériens et Marocains.

Aujourd’hui la révolution tunisienne est menacée de l’intérieur par les sbires de Ben Ali et du RCD, le parti unique de la dictature. Le dictateur est parti, mais la dictature survit sous une autre forme. Elle est également menacée de l’extérieur par l’ingérence continue des USA, de la France, des sionistes et des régimes dictatoriaux de pays arabes.

L’avenir de la Révolution tunisienne ne se joue pas seulement en Tunisie. Il se joue dans l’ensemble de la région. Il se joue actuellement en Egypte. Ce grand pays est aussi le nôtre. L’extension régionale de la Révolution est notre avenir. C’est l’espoir de la libération des peuples arabes. C’est l’espoir de l’unité des peuples arabes. C’est le chemin de la libération totale de la Palestine.

La projection inédite en français du film sur l’assassinat du syndicaliste anticolonialiste tunisien Ferhat Hached par les services secrets français reviendra sur cette histoire.

S’en suivra un débat sur l’actualité et l’avenir de la révolution tunisienne avec des syndicalistes de tout le Maghreb Arabe, notamment du secrétaire général adjoint de l’UGTT Abid BRIKI.
Pour que la révolution du peuple ne soit pas confisquée par les tenants de l’ordre ancien.

G.A.B. (Groupe d’Associations de Bagnolet) - UTIT (Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens)

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Paris

Même sujet

Résistances

Même date

10 février 2011