Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2223 fois

Naplouse -

Situation d'urgence à Naplouse

Par

Les rapports dans les médias indiquent cette semaine que Naplouse a fait encore l'objet d'une invasion avec plusieurs morts. Depuis le 28 février 2007, la ville de Naplouse a été la scène d'invasions répétées.
En réponse aux appels à l'aide de la ville, Caritas Jérusalem a entrepris une distribution de paquets de nourriture à 200 résidants de la Vieille Ville de Naplouse.

En coopération avec le Comité de secours de Naplouse et le bureau du maire représentés par Mme Abeer Kasbary, M. Yousef Saadeh, M. George Awad et M. Jalil Awad ont représenté Caritas Jérusalem à Naplouse pour superviser la distribution de l'aide humanitaire urgente pour les familles très pauvres et vulnérables.


Naplouse : une ville assiégée

Une grande partie de l'attention s'est concentrée récemment sur Gaza, mais chaque jour, les actions militaires, les invasions, les checkpoints, la ségrégation des populations dans des secteurs de plus en plus petits continuent. Un cas particulièrement dur est Naplouse.

Naplouse est située à seulement 55 kilomètres de Jérusalem, mais même en 2004, pour ces gens qui tentaient d'atteindre Jérusalem depuis Naplouse, la route à cette époque était appelée "le Chemin de Croix".

Malheureusement, ce qui s'est produit depuis lors n'est d'autre qu'une désintégration sociale, économique et culturelle.

Le principal problème auquel Naplouse fait face est le fait que la ville est une prison virtuelle pour ses habitants. La région de Naplouse est étroitement surveillée et les restrictions au mouvement dans ce secteur sont très étroitement surveillés par l'armée israélienne. La carte de la page précédente illustre très bien cela. Notez que les flèches noires autour de Naplouse montrent que des autorisations sont nécéssaires aux personnes qui veulent quitter Naplouse.

L'ensemble de la population est affecté par cette politique de stricte fermeture dont les personnes malades, les soutiens de famille à la recherche d'emploi et les étudiants. En outre, la communauté a pris un gros coup au niveau de l'économie et la dépression est courante.

Les jeunes hommes affrontent en particulier des périodes difficiles dans la situation actuelle. Selon OCHA, l'organisme de l'ONU : "Entre les 7 et 20 février, par exemple, des restrictions à l'âge et et au lieu de résidence ont été réimposées aux checkpoints dans l'ensemble des gouvernorats de Naplouse, de Tulkarem et de Jénine. Les Palestiniens âgés de 16 à 35 ans ne pouvaient pas franchir les principaux checkpoints en direction du Sud."


Opération "Hiver Chaud" à Naplouse

À fin février, une nouvelle incursion militaire dans Naplouse a commencé. Cet événement a été caractérisé comme "la plus grande incursion militaire depuis trois ans dans la ville de Naplouse."

Grâce à nos contacts avec le Haut Comité de Secours à Naplouse, une image a émergé de ce qui s'est produit à fin février dans cette ville tourmentée. Deux personnes ont été tuées et environ 25 personnes étaient gravement blessées et beaucoup d'entre elles étaient encore à l'hôpital.

Plus de 100 personnes ont été légèrement blessées et ont été traitées et ont quitté les hopitaux. De nombreuses personnes ont été arrêtées et deux écoles dans la région ont été réquisitionnées pour servir de prisons provisoires aux nombreuses personnes arrêtées avant d'être interrogées.

Ci-dessous, voici un résumé des évènements et des actions qui ont eu lieu à Naplouse à fin février :

• De nombreuses maisons privées ont été gravement endommagées.

• Plus de 750.000 euros de dommages ont été infligés aux services publics de Naplouse tel que la Compagnie d'Electricité, le Ministère de la Santé, les différentes cliniques médicales, etc

• Le 28 février, l'armée israélienne a pénétré dans la banque Al Quds de Naplouse : ses portes ont été détruites.

• Le Ministère de l'Economique a estimé que le siège de Naplouse coûte à la ville 1 million de dollars US en raison du couvre-feu.

• 150 magasins et supermarchés à Naplouse ont souffert d'une perte moyenne de 1.000 dollars US chacun en raison de la destruction de leurs portes ;

• Au total, les dommages économiques de cette récente opération coûtent à la ville 8.95 millions de dollars US.

• Pendant le couvre-feu, toutes les écoles étaient fermées. Ceci a affecté au total environ 18.000 étudiants, 318 professeurs et 71 écoles.

• Tous les équipements médicaux ont été également fermés : les cliniques et les hôpitaux ont fonctionné seulement avec un minimum de personnel.

Malheureument, la situation à Naplouse est maintenant désespérée, mais c'est seulement une région de Cisjordanie qui est de plus en plus divisée en secteurs isolés avec d'extrêmes difficultés pour se déplacer entre les secteurs.

Les impacts sociaux, économiques, psychologiques de l'ensemble de cette situation mènent à encore plus de désespoir, de manque de confiance dans les institutions publiques et des sentiments d'isolement.

Source : http://electronicintifada.net/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Famine

Même date

1 avril 2007