Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2238 fois

Israël -

Traqué, Gabi Ashkenazi reporte son voyage à Bruxelles

Par

Gabi Ashkenazi, chef d'état major de l’armée israélienne "Tsahal", a été obligé de reporter son voyage à Bruxelles pour participer à la réunion des chefs d’état major des pays membres de l’OTAN (organisation de l’alliance atlantique), de peur d’être arrêté suite aux accusations de crimes de guerre adressées à l’armée israélienne durant la guerre contre Gaza, rapporte le journal israélien Yediot Aharonot, dans son édition d’hier.

Traqué, Gabi Ashkenazi reporte son voyage à Bruxelles


Les autorités de sécurité israéliennes ont refusé la proposition à ce que Gabi Ashkenazi s’envole pour un pays européen, depuis lequel il regagnera Bruxelles, invoquant "ne pas s’être préparées pour assurer sa sécurité et la crainte de son arrestation".

Selon le Yediot Aharonot, l’appareil de sécurité israélien a décidé, suite à des consultations qu’il a entreprises, de ne pas prendre le risque, en ce sens qu’il a présupposé le lancement d’un mandat d’arrêt contre Ashkenazi ou une provocation qui serait l’œuvre de certaines parties qui le mettrait ainsi qu’Israël "dans l’embarras". Pour ce faire, Ashkenazi a préféré attendre un vol direct Tel-Aviv / Bruxelles où il est arrivé à l’aube du mardi.

Le Yediot Aharonot explique que, conformément aux procédures d’usage au sein de l’Etat hébreu, les voyages d’Ashkenazi ou de tout autre haut officier israélien sont précédés par des vérifications juridiques afin de leur éviter l’arrestation.

L’armée israélienne a ainsi décidé d’annuler la visite d’une délégation de ses officiers en Grande Bretagne, de crainte qu’ils soient appréhendés sous le chef d’inculpation de crimes de guerre.

Ce faisant, des affiches ont été accolées en Pologne contre Ehud Barak, ministre de la Défense israélien et Tsipi Livni, chef de Kadima et ex-ministre des Affaires étrangères, "recherchés pour crimes de guerre". Un prix de 10 mille euros est proposé pour toute information relative à leur éventuelle présence sur le sol européen.

Source en arabe : Al Watan


Source : Gnet

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Poursuites judiciaires

Même auteur

Gnet

Même date

29 janvier 2010