Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2295 fois

Gaza -

Trêve de 12 heures à Gaza, alors que le nombre de Palestiniens assassinés atteint 867

Par

« Israël a accepté une trêve de 12 heures à partir de 7h00 le samedi », a déclaré le responsable américain voyageant avec la secrétaire d’État John Kerry, qui partait du Caire sans obtenir un accord de cessez-le-plus entre Israël et le mouvement palestinien du Hamas.

L’annonce a été faite immédiatement après que le cabinet israélien avait rejeté une autre proposition de Kerry qui aurait impliqué un cessez-le feu suivi de négociations.

Pour sa part, le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri a déclaré que le Hamas et toutes les autres factions militantes dans la bande de Gaza ont également convenu de la trêve humanitaire.

Le gouvernement Netanyahu a dit précédemment qu’il voulait un cessez-le qui permettrait à ses troupes de rester à l’intérieur de la bande de Gaza afin de détruire les tunnels qui, insiste-t-il, permet aux groupes militants palestiniens de frapper les soldats israéliens au-delà de la frontière. Alors qu’ils ont utilisé ces tactiques depuis qu’Israël a envahi le territoire la semaine dernière, les groupes de la résistance les avaient rarement utilisées auparavant.

le Hamas, quant à lui, a déjà insisté sur le fait qu’il n’accepterait un cessez-le feu qu’à la condition qu’il comprenne une levée du blocus israélien de la bande de Gaza, vieux de 8 ans, qui empêche les importations, les exportations et la circulation des personnes, paralysant ainsi l’économie du territoire côtier.

L’annonce de la trêve intervient alors qu’à continué le carnage à Gaza vendredi, où le nombre de morts a dépassé 865 avec plus de 5730 blessés en 18 jours d’agression israélienne.

L’armée israélienne a reconnu pour l’instant la mort de 35 soldats israéliens, tués par la résistance palestinienne, ainsi que de trois civils.

Des affrontements ont également éclaté à travers la Cisjordanie vendredi, dans une « Journée de la colère » contre Israël qui a vu des milliers de personnes défiler dans les rues de toutes les villes et principaux villages.

Les forces israéliennes ont assassiné au moins six Palestiniens lors de la dispersion des manifestants, ce qui porte le nombre de morts à neuf, en trois jours lors des manifestations de solidarité en Cisjordanie .

Israël prétend avoir lancé son agression contre la bande de Gaza en réponse aux tirs de roquettes à partir de la région, tirs qui avaient augmenté après qu’Israël ait lancé assaut massif à travers la Cisjordanie dans une tentative « d’écraser » le Hamas.

Cette opération - qui a commencé en juin et a pris fin au début de juillet - à causé la mort de près d’une dizaine de Palestiniens, en a blessé plus d’une centaine, tandis qu’un millier d’autres étaient jetés dans les prisons israéliennes.

La bande de Gaza a été sous blocus israélien depuis 2006, depuis que le Hamas a été élu démocratiquement et placé au pouvoir par le peuple palestinien. Au fil des années, ce territoire a fait l’objet de bombardements israéliens fréquents.

Une attaque israélienne en 2008-9 a tué plus de 1400 personnes, et plus de 200 en 2012. L’immense majorité dans les deux cas étaient des civils, et des groupes de défense des droits basés à Gaza estiment autour de 80 pour cent les victimes non-combattantes.

Bombardement lancé au moment de l’Iftar

Les frappes israéliennes contre des cibles médicales palestiniennes vendredi après-midi ont fait au moins un mort, y compris un médecin. Hamid al-Barai a été tué dans un raid aérien sur une ambulance. Il travaillait à Beit Hanoun.

Pendant ce temps, un groupe de militant du Mouvement de Solidarité Internationale a déclaré dans la soirée que l’hôpital de Beit Hanoun subissait de lourds bombardements israéliens.

Le groupe a déclaré dans un communiqué que 61 employés, trois patients, et deux des bénévoles du groupe restaient bloqués à l’intérieur, tandis que la plupart des patients avaient été évacués à l’hôpital al-Shifa en raison de bombardements précédents.

« C’est maintenant le chaos, l’armée nous bombarde directement. Deux patients sont encore au deuxième étage et nous pensons qu’ils sont sains et saufs, mais on ne peut pas les déplacer facilement car ils sont alités. Je saigne d’une blessure à la tête et il y a une autre personne blessée. Les gens ont très peur », a déclaré Fred Ekblad, un militant suédois.

Le jeudi soir, un bombardement israélien a détruit l’hôpital pour enfants al-Dura dans la ville de Gaza, tuant un enfant de deux ans et en blessant au moins 30 autres.

Au moins trois hôpitaux de Gaza ont subi des dommages importants à cause des bombardements israéliens ces derniers jours. Le groupe Médecins sans frontières a accusé Israël de cibler les installations et équipements médicaux.

Une douzaine de personnes ont été tuées dans un intense bombardement israélien par air, terre et mer, qui a débuté immédiatement après l’appel à la prière du soir qui marque la rupture du jeûne du Ramadan pour les musulmans de Gaza.

Ashraf al-Qidra, le porte-parole du Ministère palestinien de la Santé, a dit que selon les sources médicales à l’hôpital al-Shifa, Abd al-Majid al-Aidy, 35 ans, et Mohammad Abd al-Naser Abu Zeina, 24 ans, ont été tués dans une attaque contre leur maison à al -Zaytoun, le camp de réfugiés.

Un raid aérien israélien a tué Yousra Salem Hassan al-Berim, âgée de 65 ans, après avoir frappé sa maison dans Bani Suheila .

Le combattant du FDLP Youssef al-Kamil Wasifi, âgé de 26 ans, a également été tué.

Un homme non identifié a été tué dans une frappe sur la maison de la famille Abu Laila dans le quartier al-Zaytoun au sud de la bande sud de Gaza.

Trois personnes ont été tuées dans deux frappes aériennes sur une moto et un groupe de personnes à Rafah.

Deux Palestiniens ont été tués dans les bombardements sur une maison dans le village d’al-Masdar au centre de la bande de Gaza.

Mustafa al-Astal, âgé de 38 ans, a été tué dans une attaque contre le quartier al-Satir al-Gharbi à Khan Younis.


Source : Ma’an News, 26 juillet 2014.
Traduction : Info-Palestine.eu



Source : Info-Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Maan News

Même date

26 juillet 2014