Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1636 fois

Israël -

Un américain touché par les Forces Israéliennes adresse une pétition à la Cour Suprème pour demander une enquête criminelle

Par

La demande d’enquête criminelle de Brian sur ses blessures est une exigence minimum pour un régime qui prétend respecter la loi et la vie humaine. Le refus total d’accéder à cette demande amène à s’interroger sur la protection que le juge-avocat militaire procure aux civils innocents meurtris par l'utilisation illégale des armes.


Le 5 avril 2003, Brian et un autre membre de l'ISM se tenait sous un réverbère dans une rue vide et silencieuse. Il portait gilet de médecin bien visible et avait les mains en l'air, indiquant clairement qu'il était un international non-armé quand un APC s'est approché à moins de 30km/heure et a ouvert le feu sans avertissement à une distance d'une dizaine de mètres.

Après avoir tiré sur Brian , ils ont continué leur chemin.

Cela a été confirmé par quatre autres pacifistes Suédois et Danois qui se trouvaient à proximité


Ci-dessous, un extrait de de l'appel qui sera soumis au tribunal :

Cette pétition est déposée contre le Juge-Avocat militaire pour avoir refusé d’ouvrir une enquête sur les blessures de Brian Avery en dépit des témoignages substantiels qui confirmaient que les blessures étaient le résultat du comportement criminel des soldats israéliens.

Le pacifiste de l’ISM, Brian Avery, était venu à Jénine pour fournir de l’aide humanitaire aux habitants.

Le 5 avril 2003 il a été blessé par une balle qui est entrée dans son visage, brisant sa mâchoire et son nez.

Depuis l'incident, il a été en réadaptation et a subi une série d’opérations pour reconstruire son visage.

Les témoins oculaires ont immédiatement déclaré que les soldats avaient ouvert le feu dans des circonstances où ils n'étaient pas menacés.

L'armée israélienne a effectué une enquête de contrôle interne et a conclu il n'y avait aucune preuve que Brian ait été touché par des coups de feu tirés par les soldats israéliens.


L'ENQUETE N'A PAS INCLUS LES TEMOIGNAGES DES TEMOINS OCCULAIRES ET A ETE BASEE SUR LES TEMOIGNAGES DES SOLDATS ISRAÉLIENS STATIONNES DANS LA RÉGION.


Toutes les demandes faites au nom de Brian pour une enquête de police criminelle n'ont reçu aucune réponse.
L'enquête de contrôle interne effectuée par l'armée israélienne n’est pas fiable.

Dans plusieurs cas, les enquêtes ont affranchi l'armée alors que des investigations ultérieures de la police militaire ont découvert des preuves incriminantes et que de sérieuses accusations ont été portées.




Ce fut le cas du meurtre d'un autre pacifiste, Tom Hurndall, qui a été abattu à Rafah six jours après les blessures de Brian. L'enquête de contrôle interne de commande a estimé que Tom avait été abattu en raison de la présence d'un militant Palestinien à proximité.

L’enquête criminelle de la police militaire a découvert le soldat qui a tiré la balle mortelle et qu’un autre soldat avait menti au cours de l'enquête interne. Des accusations de meurtre et d'interférence dans l’enquête ont été portées.


Tout comme dans le cas récent de la confirmation du meurtre de la fillette Iman Al Hams par le commandant d'une unité de l'armée israélienne, une enquête de contrôle interne par des officiels militaires avait affranchi le commandant que "a confirmé le meurtre".


Plus tard, une courte enquête de la police militaire a dévoilé que le commandant de l'unité a menti en niant les allégations contre lui quand elle a trouvé que les conversations radio qui l’incriminaient avaient été enregistrées.


La demande d’enquête criminelle de Brian sur ses blessures est une exigence minimum pour un régime qui prétend respecter la loi et la vie humaine. Le refus total d’accéder à cette demande amène à s’interroger sur la protection que le juge-avocat militaire procure aux civils innocents meurtris par l'utilisation illégale des armes.

Des copies de l'appel complet sont disponibles.


Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :

Avocat Michael Sfard : 972-544713930
Bureau de l’ISM : 972-59-6767-82 ou 0547-358-579

Source : www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Victimes ISM

Même auteur

ISM

Même date

13 décembre 2004